20 janvier 1961: une date, une histoire

1

Dans son discours du Nouvel an, le président Modibo Keïta, convaincu de la justesse du combat à mener, exhortait la Jeune République à l’effort et à la conscience nationale : « C’est à présent que nous devons réussir ou échouer… et je dis avec force et conviction que nous réussirons, inch’Allah ».

Le 20 janvier 1961 : Le président Modibo Keïta rappela par « décision politique » le Colonel Pianana Drabo pour jeter, sous le commandement du général Soumaré, les bases de la nouvelle armée du Mali. Ce jour-là, le tout nouveau Commandant s’attela avec d’autres officiers, dont son frère Kélétigui Drabo, à structurer l’armée du Mali avant que le président ne demande l’évacuation des troupes coloniales, vingt jours plus tard.

Le 20 janvier 1961 : quatre mois après la proclamation solennelle de l’indépendance de la République du Mali le 22 septembre 1960, les députés, réunis en séance plénière de l’Assemblée nationale, adoptent la loi n° 61-26 qui crée le drapeau national du Mali. Celui-ci sera composé de trois bandes verticales et égales de couleur verte, or et rouge.

À l’origine, le drapeau du Mali tel qu’il est décrit à l’alinéa 5 de l’article 1er de la Constitution de la République du Mali, du 22 septembre 1960, est composé de trois bandes verticales et égales de couleurs vert, or et rouge ; il porte en noir sur la bande or, l’idéogramme de l’Homme les bras levés vers le ciel.

Cette première version du drapeau national, portée par l’émotion de la proclamation de l’indépendance nationale, fut immédiatement adoptée par la population.

Présentation du drapeau
La loi du 20 janvier 1961 consacre la version définitive du drapeau national du Mali. Il est composé de trois bandes de couleurs vert, or et rouge.
La couleur verte de la première bande signifie l’espérance, la verdure des prairies et des champs du Mali, de son sol et de tout ce que celui-ci peut produire pour le bien-être des populations maliennes. Le vert rappelle aussi la vocation essentiellement agropastorale du pays pour le développement, la modernisation contenue et l’intégration duquel aucun effort ne sera ménagé.
En ce qui concerne la couleur or donnée à la deuxième bande verticale, elle indique l’or dont recèle le sous-sol du Mali, en plus d’autres ressources minières potentielles.

Qui ne se rappelle l’histoire du fabuleux voyage de Kankou Moussa à la Mecque ? La couleur or témoigne donc de la conscience qu’ont les Maliens de ce patrimoine qui est le leur et qu’ils entendent défendre à tout prix.

La couleur rouge de la troisième bande verticale constitue, pour les Maliens, à la fois un souvenir, une méditation et une exhortation.

Les Maliens doivent se souvenir du sang versé par les leurs pour la défense de leur Patrie contre l’occupation étrangère et la libération de celle-ci du joug colonial.
Le rouge du drapeau national est une exhortation pour les Maliens à lutter jusqu’à la dernière goutte de leur sang pour préserver l’intégrité de leur sol, leur sous-sol et leur patrimoine artistique et culturel afin qu’ils les exploitent dans leurs seuls et uniques intérêts.
Aussi, l’histoire retiendra-t-elle que c’est l’épouse du Président Modibo KEITA, Mariam TRAORE, qui a cousu à la main les trois bandes du drapeau national.

20 Janvier 1961 : le président Modibo Keita est réinvesti dans sa charge par l’Assemblée nationale unanime.

20 Janvier 1961 : le président Modibo Keita exige le départ du pays des troupes françaises, ce qu’il entend comme une manifestation de solidarité avec le FLN algérien. La base de Kati est évacuée en juin. En septembre, les dernières troupes françaises quittent le Mali.

20 janvier 1961 : Malgré les incompréhensions de première heure (l’éclatement de la Fédération du Mali, le problème de l’admission du Mali à l’ONU, l’évacuation des bases militaires françaises à la demande du gouvernement de Modibo Kéïta) la volonté de normaliser les rapports entre les deux pays était réelle, de part et d’autre. De Gaulle dépêcha auprès de Modibo Kéïta André Malraux, lequel a défini ainsi les bases de la coopération entre le Mali et la France, le 20 janvier 1961, dans une déclaration au moment de l’évacuation des bases militaires françaises.

PARTAGER

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here