A propos de l’absence de l’armée malienne à Kidal… « Nous sommes en train de mettre une base logistique à Gao pour l’assaut sur Kidal », dixit le colonel Souleymane Maiga, Directeur Général de la DIRPA

25

C’était lors de la traditionnelle conférence de Presse  de la DIRPA jeudi 18 avril 2013. Le colonel Souleymane Maiga était accompagné de son adjoint,  le Lieutenant-colonel Souleymane Dembélé.

 

Colonel Souleymane Maiga
Colonel Souleymane Maiga

Parlant de la situation sur le terrain, M. Dembélé a affirmé qu’elle est relativement calme, avant d’ajouter  que « nos forces restent très attentives, car des actions isolées peuvent subvenir à tout moment… L’armée malienne accompagnée de ses alliés sont en train d’occuper le terrain et mènent des patrouilles dans les localités conquises ». Il a estimé que de nos jours les contingents Burkinabés et Sénégalais sont à Gao aux côtés des autres. « Nous sommes à la phase de pacifier et de sécuriser les zones récupérées ; et la quiétude revient  dans ces localités » a-t-il ajouté.

 

S’agissant  des évènements récents, il a rappelé le crash de l’avion ayant quitté Bamako pour Sévaré, faisant 5 morts. Le commandant de la Base 1 de Sénou faisait partie de l’équipage. Il a annoncé que les premières informations font état de défaillances techniques.

 

Par ailleurs, poursuit-il, il a été découvert à Gao, dans le quartier d’Abaroudiou d’importantes caches d’armes.

 

La formation des militaires continue à Koulikoro. A partir de la semaine prochaine, il sera procédé à la phase de spécialisation des troupes dans divers domaine (transmission, blindé, artillerie et infanterie).

 

Les gendarmes sont aussi en train d’être formés en renseignement militaire, et ont reçu la visite du général français Lecoindre, lequel s’est dit emerveillé.

 

A la question de savoir si la nomination du commandant de la zone militaire de Kidal n’était pas une propagande, le colonel Souleymane Maiga, dira qu’il n’en est rien. Pour lui, c’est en vue d’éviter que l’unité de Kidal qui est actuellement entre Markala et Niono ne soit pas sans commandement.

 

Par rapport à l’absence de l’armée à Kidal, il dira qu’il ne s’agit nullement d’un refus. « Nous sommes en train de mettre une base logistique à Gao pour l’assaut sur Kidal » a-t-il indiqué. Pour le conférencier contrairement à ce qui se dit sur le retrait des tchadiens de Kidal,  ces troupes resteront jusqu’à l’arrivée de l’armée malienne. Il dira en outre que ces forces seront sous contrôle de la MISMA, et prises en charge par cette organisation.

 

A. Koné

 

PARTAGER

25 COMMENTAIRES

  1. Kidal est une partie intégrante du peuple Malien et le Mali ne sera jamais divisé. Toute la communauté international est inamime. Alors que veut le MNLA?

  2. je crois sincérement que les frontières du Nord seraient mieux gardées par le MNLA que par l’armée malienne 😉 😉 😉

  3. Mon colonel souvent il y a trop de contradictions dans vos propos. Tantot l’armee est ici et tantot l’arme est labas. Vous etiez aux portes de kidal je pensais ❗ . Donc soyez un peu credible dans vos sorties.

  4. Les véritables peureux.On a pas honte en tant une armée nationale de dire “Nous sommes en train de mettre une base logistique à Gao pour l’assaut sur Kidal”, au lieu de dire qu’on est en route. Et bientôt les élections. Quant est ce que vous allez prouver votre visage crédible au peuple malien.

  5. MNLA

    Unité – Liberté – Justice

    Mise au point du MNLA

    De sources bien informée et concordantes, le MNLA a appris que le Mali projetait d’attaquer les positions militaires tenues par ses unités a Anefis, Kidal et Menaka et qu’il avait, pour cela, mobilisés 300 véhicules. Le MNLA informe l’opinion publique nationale et internationale qu’il n’hésitera aucunement à réagir militairement à toute provocation des putschistes de Bamako.

    Aussi, le MNLA informe les azawadiens que tous ses combattants sont prêts à mourir, jusqu’au dernier d’entres-eux, pour protéger les populations de l’Azawad contre les inévitables exactions de l’armée malienne. Cette armée de putschistes, composée de criminels avérés, déjà largement dénoncés par Amnesty International et Human Rights Watch, ne parviendra à mettre la main sur nos populations qu’après avoir exterminé le dernier des soldats du MNLA, et ce, quels que soient les soutiens dont bénéficient les putschistes de Bamako. Le MNLA précise très clairement qu’il pourrait avoir la terre entière contre lui qu’il n’acceptera jamais de livrer les populations civiles de l’Azawad aux horreurs de l’armée malienne sans avoir combattu jusqu’au dernier souffle du dernier de ses combattants.

    Par ailleurs, le MNLA a également appris que les membres du « Groupe de contact et de soutien du Mali », réunis à Bamako, ont unanimement demandé le désarmement du MNLA comme « préalable » à toute négociation politique. Aussi, nous les informons que le MNLA ne désarmera que le jour ou un véritable accord politique protégera réellement nos populations et qu’un vrai statut juridique, politique et définitif soit trouvé à l’Azawad qui est notre territoire historique depuis des millénaires, n’en déplaise aux annexions coloniales et autres contrefaçons historiques.

    Le MNLA rappelle, à toute fins utiles, que la France coloniale est responsable du découpage territorial à la source du tragique conflit que nous vivons depuis plus de 52 ans. D’autre part, nous rappelons également que la France n’a jamais protégé nos populations au cours de toutes ces « très longues » années de souffrances, de tortures et de massacres. Encore aujourd’hui, la France reste incapable de protéger les civils azawadiens des horreurs de l’armée malienne alors-même qu’elle a pris la lourde responsabilité de la réinstaller sur le territoire de l’Azawad.

    Le MNLA tient également à rappeler l’incohérence du soutien « inconditionnel » accordé aux putschistes de Bamako car le gouvernement malien n’a aucune légitimité institutionnelle, c’est un gouvernement de putschistes disposant, de surcroit, d’une bande armée, accompagnée de milices ethniques, faisant office d’« armée régulière ». Les « soldats maliens » ne se sont jamais distingués autrement que dans l’assassinat, la torture, le viol et la spoliation des civils azawadiens. A ce jour, aucun autre « fait d’armes » ne leur est connu. Les terroristes du Mujao, d’Aqmi et d’Ansar Dine sont combattus par les soldats français, les soldats tchadiens ET les soldats du MNLA, quand bien même le discours officiel français cherche à « dissimuler » l’engagement concret du MNLA dans la lutte contre le terrorisme. Le MNLA précise que cette dissimulation dans le discours officiel français n’est pas de nature à instaurer un climat de confiance, surtout après le troublant précédent de l’affaire « Abdoulkarim Ag Matafa ».

    En effet, le MNLA n’a pas oublié le piège tendu à Abdoulkarim AG Matafa et à ses compagnons ; et si le MNLA est resté conciliant, cela ne signifie nullement qu’il est dupe. Le MNLA n’est dupe de rien et, en tout état de cause, il tient la France entièrement responsable de la dramatique situation qui prévaut dans l’Azawad, de même qu’i tient la France pour premier responsable du sort des azawadiens dans les villes réoccupées par le Mali à la suite de l’opération Serval car depuis le déclenchement de cette opération, plus de 380 azawadiens ont été assassinées par l’armée malienne au vu et au su de l’armée française qui se déclare « officiellement » aux cotés de l’armée malienne, aux côtés des putschistes de Bamako.

    Le MNLA a été scandalisé par les déclarations de la diplomatie française qui « prépare le terrain » aux exigences maliennes de désarmement d’un mouvement populaire et révolutionnaire qui n’a d’autres aspirations que de vivre en paix sur son territoire et protéger son peuple contre des exactions commises au grand jour, avérées et confirmées par les organisations internationales des droits humains.

    Comment la France peut-elle exiger du MNLA qu’il accepte d’être « cantonné et désarmé au même titre que tous les groupes armés » ? Doit-on comprendre que le MNLA est subitement logé à la même enseigne que les groupes terroristes qui ont prospérés à l’ombre du palais présidentiel de Koulouba ? Par ailleurs, ce cantonnement et ce désarmement, vaut-il aussi pour les bandes armées du Mali et leur milices ethniques qui massacrent nos populations ? Ou bien cela concerne-t-il seulement le MNLA ?

    D’autre part, il nous semble utile de préciser que si Kidal et les zones tenues par le MNLA échappent aujourd’hui aux massacres des soldats maliens, cela est du à la seule présence des soldats du MNLA et non pas à la présence de l’opération Serval. Pour rappel, les régions de Gao et de Tinbouctou sont en toute impunité livrées aux massacres sans fin des soldats maliens alors-même que l’opération Serval est justement « aux côtés de l’armée malienne ».

    Comment se fait-il que la France fasse table rase des très graves exactions commises par les bandes armées du gouvernement putschiste de Bamako ? Comment se fait-il que la diplomatie française déclare que « Dans un pays démocratique, il ne peut pas y avoir deux armées ». Depuis quand les coups d’Etats militaires, agrémentés de massacres de populations civiles, et les « gouvernements putschistes » sont-ils qualifiés de « pays démocratiques » ?

    Hier le parlement français a voté à l’unanimité la poursuite de l’opération Serval. Le premier ministre français a déclaré que l’opération Serval était une victoire militaire et politique. Au delà du fait que l’opération Serval soit menée par la seule armée française, car aucun autre Etat européen ne s’est aventuré à s’engager aux côtés des putschistes de Bamako, doit-on considérer les centaines de civils azawadiens, victimes des exactions du Mali, comme une « victoire politique et militaire » de l’opération Serval ?

    Quoi qu’il en soit, s’il est une victoire que l’opération Serval avait déjà définitivement perdue dès les premières exactions des putschistes de Bamako sur les populations civiles azawadiennes, c’est bien la victoire morale.

    Aussi, pour répondre à l’exigence du désarmement de notre mouvement avant les élections de façade prévues pour juillet, le MNLA rappelle encore une fois qu’il ne désarmera pas avant qu’une solution définitive soit trouvée pour l’Azawad par un véritable accord politique qui protégera réellement nos populations. Le MNLA ne désarmera que le jour où un vrai statut juridique, politique et définitif sera trouvé à l’Azawad, pas avant, et encore moins, pour cautionner des pseudos-élections au Mali.

    Le MNLA tiens à rassurer la population civile de l’Azawad et l’informe que, sous aucun prétexte, il ne les livrera aux criminels de l’armée malienne. Le MNLA s’est engagé à défendre le peuple de l’Azawad, il le défendra jusqu’au dernier souffle du dernier de ses combattants.

    Kidal, le 23 Avril 2013

    Mossa Ag Attaher,

    • bonne idee comme ça ont va massacrer le maximuim de bat…tard, humam rigths pourra toujours continuer à condanner.

  6. Sanogo est entrain de constituer une escadrille de djakartas pour monter à l’attaque de Kidal :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: l’avantage de la djakarta sur l’helico ,c’est que si elle tombe en panne , elle ne chute pas dans le vide 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  7. Il y a des jours vous dites que les soldats ont encerclé Kidal, maintenant les elements ne sont même pas reunis encore, tout ce temps, et vous profitez de l’état d’urgence pour contenir le peuple,AGISSEZ EN PATRIOTE SVP

    • mon ami tu as tout a fait raison !est ce ke nos soldat n ont pas peur d aller a kidal ?

  8. Cette DIRPA, est sans vergone comme son pute capi residant à kati. Cela fait plus d.une année que vous mentez au peuple Malien. Vous n.etes que des fuyards reunus

  9. Modibo Keita Le Pere fondateur du Mali etait le seul a maitrise le nord.
    Les autres ce sont les supers menteurs du pays.

  10. Maliba info,votre journal est d’autant plus nul que vos journaleux.Des articles fausses et datés avec des faux renseignements (Abaroudiou est à Toumbouctou et nn à Gao),pfff!!! Faut pas aller à Kidal,il faut laisser!Les civils vont bientôt monter à l’assaut de cette ville pour montrer aux trouillards (Capi et DIRPA) que c’est pas la grande gueule qui mène une guerre!
    Kiakiakia qui veut prendre une arme et monter à l’assaut de Kidal même s’il doit y perdre sa vie!
    Juste pour un MALI UN et INDIVISIBLE !!!

  11. de quelle armée malienne parle t’il ??? 😉 😉 elle n’existe pas ,il n’y a qu’un groupe de fuyards :mrgreen: :mrgreen:
    et le gros mensonge de l’année : visite du général Lecointre qui s’est dit “emerveillé “……………..par la nullité et l’incompetence de ce qu’il a vu 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  12. Le quartier Abaradiou est a Tombouctou et non à Gao M. le Journaleux!
    Dites au DIRPA de se Taire un peu sur cette Histoire de Kidal tant qu’elle ne maitrise pas les contours! ça commence à devenir de la cacophonie et tous les jours quelqu’un sort sa tete se dis du DIRPA balance sa version!!!!!!!!!!!!!!

    • mali sordacis, dalan kolo, rien que la bouche, ils n’ont pas honte, des jeunes filles seulement

  13. ……..Vous avez intérêt à monter à KIDAL pour vous battre contre le MNLA pour essuyer les larmes des maliens. En regardant hier FRANCE 2 et voir le comportement du MNLA à KIDAL et de certaines personnes, j’avais la boule. Vive le MALI!

    • @Kone31……………il faut reconnaitre que l’emission de hier soir sur France2 etait interessante du fait qu’il y avait une revue non seulement sur la guerre au nord ,mais sur le Mali !
      Concernant Kidal ,saans doute que le jour ou il y aura une route pour y aller ,que les gens auront de l’argent de l’etat malien pour developper la region ,avoir de l’eau potable et de l’electricité pour tous , un peu de travail aussi ,sans doute vous sera t’il plus facile d’y aller que maintenant . Les gens là bas ont l’impression d’etre rejettés du pays qui ne fait rien pour eux!
      Moi ce qui m’a foutu les boules suivant ton expression , c’est de voir Dicko engraissé par le Qatar et l’Arabie et comme le disait justement Haidara , les maliens ont faim mais ils construisent des mosquées 😳 😳 😳 la nourriture spirituelle et islamiste sans doute !
      Pour les mines d’or ,vous vous faites bais.er par les australiens dont la générosité est exemplaire :300 euros de medicaments

      • ………Que direz vous alors des zones du SUD du MALI où on extrait de l’or sous les pieds de la population? Vous avez vu, comment, les jeunes de ces zones ont du mal à se faire embaucher comme simple ouvrier. Aucune retombé économique pour eux. Les populations de KAYES n’ont pas croisé les bars et attendre tout de l’état pour constuire des écoles, des dispensaires, des routes, des points d’eau……pourtant, KAYES est une région difficile aussi. L’état doit jouer son rôle mais, certains personnes des régions de KIDAL ne veulent pas travailler et il faut le dire. Le vrai problème n’est même pas la question du développement mais, un refus catégorique de se faire diriger par un noir c’est tout. Ceux là même qui croient d’exaction sur les antennes pratiquent encore l’esclavage dans le NORD DU MALI voir en MAURITANIE.

  14. Vous parlez aujourd´hui des choses qui sont dites depuis le 18 avril 2013??? Vous dormiez ou quoi??? Arreter de nous tympaniser avec cette histoire de Kidal; si vous n´avez pas les moyens pour aller les deloger, donner leur la region comme ils le reclame.. Ce que je ne supporte dans tout cela. c´est la gueule de ces voyyous du MNLA parce que vous etes incapables d´aller leur regler le compte..

  15. toujour a propos du quartier abaradjou le journaliste ne connais pas le nord encore non plus son directeur de publication pas de honte demander au moins.

  16. Petit journalieux le Quartier Abaradjou ce a TBT et non Gao voila une preuve que le Nord est encore mal connu mais on chante partout Maliba alors faite au moins l effort de connaitre votre pays

Comments are closed.