Après la déroute des islamistes de Gao, Douentza et Tombouctou : A quand le positionnement de l’Armée dans ces localités ?

7 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Il y a six jours que l’opération « Serval » a été lancée par l’armée française pour la reconquête des régions du Nord avec l’armée malienne,  suite à des agressions armées portant la signature du MNLA, d’Ançardine, du MUJAO, d’AQMI et de Boko Haram.

Des militaires maliens dans la région de Mopti, le 24 novembre 2012. | AP

Les morts, les blessés, les vols, viols et autres formes de violences faisaient partie du quotidien de nos compatriotes du Nord vivant sous l’occupation de ces bandits armés. Mais Dieu merci, ils ont été chassés de Gao, Douentza et Tombouctou. Mais la question qu’on se pose à présent, c’est de savoir : à quand la présence de l’armée malienne dans ses localités abandonnées par les terroristes ? L’aide de la France a été très utile pour faire avancer le dossier de la crise car nos ennemis d’en face (les terroristes) privilégiaient le dialogue tout  juste pour mieux renforcer leurs rangs. Ce qui a fait perdre neuf mois au pays, et cela, pour rien, pourrait-on dire, sauf que les autorités justifiaient cette attente par des études et préparatifs, notamment de l’armée malienne, en vue d’une attaque au Nord.  Et l’on était à la case départ, sans une lueur d’espoir. C’est alors que ces « fous de Dieu » ont décidé de lancer une offensive sur l’armée malienne à Konna dans le but de progresser vers le Sud du pays. Mais c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase car ils n’auront plus le temps de fêter leurs invasions.

En effet, traqués par l’aviation militaire française, ils ne savaient plus à quel saint se vouer, et voyant la supériorité de l’adversaire, ils prirent leurs jambes à leur cou en abandonnant les villes de Gao, Douentza et  Tombouctou avant de se fondre dans la nature, pardon, dans le désert. Ainsi la joie est revenue sur les visages des Maliens qui étaient prisonniers des exactions de ces bandits armés. Certes, avec le déploiement de la MISMA, c’est la solidarité internationale qui est en marche pour venir au secours du Mali. Mais qu’attendent nos soldats pour se positionner dans ces localités abandonnées par les terroristes ? Ne dit-on pas que la nature a horreur du vide ? Il est donc sage pour la hiérarchie militaire de commencer dès à présent à réfléchir sur ce problème afin d’y remédier.

Les terroristes contre-attaquent

Certes, ils ont été déstabilisés par les forces françaises et certains d’entre eux ont carrément pris la fuite. Mais, ils ne s’avouent pas vaincus, pour autant, et pour preuve : le lundi passé, une colonne de djihadistes conduits par Abou Zeid (l’un des principaux chefs d’AQMI) a pris Diabali.                                                                                               Avec la Mauritanie a augmenté sa surveillance aérienne de la zone et annoncé qu’elle prendra les mesures nécessaires en fermant ses frontières et en déployant son armée tout le long des zones limitrophes des combats. Toutes choses qui dénotent qu’il ne faut désormais plus permettre du repos à ces ennemis de la Nation, sinon ils auront le temps de se remettre et de se réarmer. Les autorités françaises ont elles aussi pensé aux conséquences de leurs frappes terrestres et aériennes. Aussi ont-ils demandé aux ressortissants français de quitter la ville de Ségou (située à 80 km de Bamako). Selon le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, l’attaque avait été anticipée. «Nous savions qu’il y aurait une contre-offensive vers l’Ouest, d’autant plus que là se trouvent les éléments déterminés, les plus structurés, les plus fanatiques », a-t-il déclaré. Désormais, c’est dans cette région que vont se concentrer les opérations, en attendant le renfort des forces armées africaines.

Paul N’Guessan

SOURCE:  du   16 jan 2013.    

7 Réactions à Après la déroute des islamistes de Gao, Douentza et Tombouctou : A quand le positionnement de l’Armée dans ces localités ?

  1. Mouhamad Alassane

    :evil: le gouvernement malien ne doit en aucun cas accepter cette bande d escrocs du MNLA se sauver;en demandant un raliement aux troupes francaises et maliennes pour la reconquete des regions nord.je pense que le MNLA a un passé bien connu de tous les maliens.et nous nous sommes tous conscient de leur duperie.quand la situation devient critique;ils tentent immediatement une negociations:un accord ou un raliement.leur demande n’a aucun sens;ils doivent payer pour leurs crimes tout comme le MUJAO et L’ANSARDINE

  2. mbè faso fè

    Ce journaliste est d’une nullité sans précédent. Il veut se positionner en analyse, mais c’est pour mieux raconter des bêtises. Les pages sont bien remplies, mais sans aucune consistance. tous les numéros sont presque comme ça.
    De plus, ce ne sont pas les terroristes qui demandaient le dialogue, ils ont toujours prôné la guerre ou la sécession, selon qu’ils se fassent appeler MNLA ou MUJAO/ANSAR DINE. C’est la prétendue médiation Burkinabé qui a toujours demandé le dialogue pour des raisons évidentes qui apparaîtront plus tard. Vous n’étiez certainement pas au Mali à cette époque.

  3. Dr ANASSER AG RHISSA

    Bonjour,
    MERCI A LA FRANCE POUR SON AIDE AU MALI.

    Merci à tous les pays qui souhaitent envoyer des soldats au Mali pour bouter les terroristes du Mali et à ceux qui l’aideront sur les aspects logistiques et/ou humanitaires.

    Pour une guerre démarrée depuis le 07 Janvier 2013, IL DEVIENT TRÈS URGENT DE DÉPLOYER la force mondiale MISMA pour la mise en œuvre du volet militaire de la résolution 2085 de l’ONU.

    Malgré ce retard du déploiement des contingents alliés à l’armée Malienne pour la reconquête du Nord Mali, L’ORGANISATION ET L’AGENDA DU DÉPLOIEMENT de la MISMA ne doivent pas être faits à la légère.

    Un ÉLAN SYNCHRONISÉ GLOBAL doit être SUIVI PAR TOUS pour le déploiement de cette force mondiale dans:

    (1) TOUTES LES RÉGIONS DU MALI avec priorité aux régions du Nord surtout les zones de conflit,

    (2) TOUTES LES FRONTIÈRES DU MALI.

    Il faut une SURVEILLANCE SÉRIEUSE PARTOUT AU MONDE y compris des zones libérées du Mali.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC/GOUVERNANCE

  4. toined

    J’aime bien aller lire sur les sites de RFI et France24. Vous savez pourquoi? parce qu’ils donnent des vraies informations. J’ai lu cet article du début jusqu’à la fin sans y trouver aucune information nouvelle. En plus, il n’ya que des questions. Au lieu de nous poser la question: A quand le positionnement de l’armée dans ces localités? dites nous les raisons qui les empêchent d’y aller.