Burkina : 1300 soldats peuvent-ils changer le cours de l’histoire ?

3

militaire RSPLe coup de force à Ouagadougou des hommes du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) vient perturber la marche déjà cahoteuse vers le scrutin supposé désigner le successeur de Blaise Compaoré. Cette prise d’otage des plus hautes autorités d’un pays par un régiment d’élite de 1300 hommes, en plein conseil des ministres, au-delà du caractère délirant de l’acte, est également symptomatique d’une schizophrénie qui trop souvent atteint les opinions publiques africaines.

Ceux qui applaudissaient l’interdiction faite aux anciens caciques du parti de Blaise Compaoré de participer à la présidentielle du 11 octobre sont les mêmes à éructer pour le respect quasi spirituel du processus électoral. Or, en avril, les autorités de la transition ont adopté une loi électorale pour interdire aux anciens partisans de Blaise Compaoré de participer aux élections du 11 octobre. En vertu de cette disposition, les candidatures de Djibril Bassolé et Yacouba Ouédraogo, anciens ministres de Blaise Compaoré, et celle d’Eddie Komboïgo, président du parti de l’ancien numéro un du pays, ont été rejetées par le Conseil constitutionnel. Décision jugée «difficilement justifiable en droit» par la Cour de justice de la Cédéao. Verdict resté sans suite. La situation actuelle aurait-elle pu être évitée si les candidatures des anciens membres du camp de Blaise Compaoré avaient été autorisées ? On a établi au Burkina Faso un délit d’opinion. Avoir soutenu le projet de modification de la Constitution du pays, aussi détestable soit-il, ne peut signifier une exclusion du champ politique, qui est par essence l’espace des discours contradictoires. La situation actuelle aurait-elle pu être évitée si les candidatures des anciens membres du camp de Blaise Compaoré avaient été autorisées ? La question mérite d’être posée sans passion ni a priori négatif sur un débat dont le pays ne fera pas l’économie à l’aune de sa nécessaire réconciliation. La démocratie n’est pas une gâterie joyeuse. Ce n’est pas un clignotant à enclencher au gré des envies et des humeurs. C’est un combat quotidien, d’arrache-pied. C’est même parfois un mal nécessaire qui oblige à se contraindre, à aller au-delà de nos sentiments, nos perfidies individualistes pour accepter les règles du jeu et défendre la pluralité des expressions. Si seulement tous ceux qui sont sortis manifester contre le RSP mercredi après-midi et ce matin l’avaient fait pour exiger le rétablissement dans leur légitime droit des anciens partisans de Blaise Compaoré ! On ne peut construire une démocratie apaisée en divisant un pays. Une partie des Burkinabè ne peut avoir le monopole du patriotisme, laissant à l’autre l’espace, peu enviable, de traîtres de la nation. Il y a eu partout en Afrique des «bonnes consciences» qui se sont opposées au troisième mandat de Pierre Nkurunziza, au Burundi. Ont-elles exigé, avec la même foi des nouveaux convertis que les anciens partisans de Blaise Compaoré puissent participer au jeu démocratique ? Cette indignation à géométrie variable, pourvu qu’elle nourrisse la bienséance ambiante proclamée à grand renfort de tweets, est à dénoncer au même titre que les atteintes à la démocratie. Or, aujourd’hui, le progressisme, le courage, le grand combat d’avant-garde est de défendre l’exigence d’équité. Il ne peut y avoir d’atermoiements en démocratie. Ce ne sont pas les saillies et les éternelles excitations (jamais traduites en nombre de voix) de Me Benewende Sankara qui sont le signe du courage politique. Ce n’est pas non plus au nombre élevé d’amplificateurs de récit que l’on jauge la véracité et la justesse d’un combat. Le climat n’était guère favorable lorsque Zola défendait Dreyfus. Il ne l’était pas non plus au moment où Mandela prônait Vérité et Réconciliation au détriment de la vengeance. En démocratie, il ne peut y avoir d’approximations ni de compromissions. Ce coup de force est à condamner et à dénoncer, surtout qu’il arrive à quelques semaines d’un scrutin qui devait clore le chapitre de la transition et remettre le pays sur les rails d’un fonctionnement normal des institutions. Il nous faut clairement nous situer dans le camp des maximalistes. C’est un marqueur de notre génération. C’est donc avec rage qu’il faut défendre la démocratie, partout et pour tous. Hamidou Anne est membre du think tank L’Afrique des Idées et chroniqueur pour le Monde Afrique

Hamidou ANNE

Chroniqueur Le Monde Afrique, Dakar

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Je salue l’armĂ©e rĂ©publicaine du Burkina Faso. Elle doit continuer dans sa lancĂ©e . Il faut dĂ©barrasser le peuple burkinabĂ© de cette vermine RSP. Le faux GĂ©nĂ©ral Gilbert Djindere doit mourir . Sa prĂ©sence est celle de Blaise Compaore . Il doit rĂ©pondre devant la justice burkinabĂ© . Les PrĂ©sidents Macki SALL et Boni Yayi ont déçu l’Afrique toute entière . Lui Macki est le PrĂ©sident le mieux Ă©lu sur le continent, je dirai mĂŞme du monde entier. Pourquoi amnistier les meneurs de coup d’Etat? J’encourage l’armĂ©e rĂ©gulière Ă  dĂ©sarmer le RSP. La France est Ă  la base de ce qui s’est produit au Bukina Faso. Avec la complicitĂ© de la France, Blaise Compaore Ă  Ă©tĂ© extirpĂ© sinon il devrait avoir le mĂŞme sort que Kaddafi, Samuel K. DOE et autres. Si le RSP n’est pas dĂ©sarmĂ© , le Burkina Faso sera rayĂ© de la carte de l’Afrique. Le RSP compte environ 1300 hommes, il faut les tuer . Malheur Ă  ceux qui bâillonnent leur peuple. J’ai honte d’ĂŞtre africain, nul part sur les autres continents de tel comportement ne saurait ĂŞtre tolĂ©rĂ©. Le PrĂ©sident Alassane Dramane OUATTARA est le parrain de ce coup d’Etat, sinon comment comprendre que Compaore reste encore Ă  Yamoussoukro . Le retour de l’ascenseur , oui cela ne fait aucun doute. Ils seront châtiĂ©s par Dieu, qui voit et sait tout. La
    Patrie ou la mort nous vaincrons !

  2. La prochaine fois qu’on tentera de chasser ou renverser un prĂ©sident de la rĂ©publique les soldats de la garde prĂ©sidentielle..ne se laisseront jamais faire et ils se dĂ©fendrons jusqu’au dernière goute du sang

  3. La prochaine fois qu’un prĂ©sident africain sera chassĂ© de son pouvoir son successeur aura
    intérêt a changer le plus rapidement possible les soldats de la garde présidentielle..

    Surtout si le prĂ©sident chassĂ© est restĂ© longtemps…

Comments are closed.