Le Burkina veut plus de sécurité pour ses soldats déployés au Mali

6

Le Burkina veut plus de sécurité pour ses soldats déployés au MaliLa hiérarchie militaire du Burkina Faso demande davantage de sécurité pour les soldats burkinabè présents au Mali dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des nations unies pour la stabilité au Mali (MINUSMA), a-t-on appris à l’occasion de la visite à Ouagadougou, du commandant de la MINUSMA, le général Jean Bosco Kazura.

Lors de sa visite dans la capitale burkinabè, le général Jean Bosco Karuza a rencontré vendredi, le général de brigade, chef d’Etat-major des armées burkinabè, Nabéré Honoré Traoré, en compagnie d’autres chefs militaire du Burkina.

Selon Bosco Kazura, sa visite lui a permis de remercier les autorités du Burkina Faso, ainsi que les militaires du pays pour leur implication dans le maintien de la paix au Mali.

Le commandant de la MINUSMA dit avoir profité de la rencontre pour présenter également ses condoléances aux autorités burkinabè pour la disparition des soldats du Burkina dans le cadre de cette mission.

Il a reconnu qu’il est nécessaire de prendre des mesures sécuritaires pour davantage protéger tous les contingents déployés sur le terrain.

’’Nous avons fait l’évaluation sécuritaire, sans oublier d’informer le général des préoccupations que nous avons sur le terrain de cette mission au Mali’’, a indiqué, pour sa part, le général de brigade, Chef d’Etat-major général des armées, Nabéré Honoré Traoré.

A l’entendre, les préoccupations ont essentiellement trait aux questions sécuritaires des éléments sur le terrain.
Le général de brigade Nabéré Honoré Traoré estime qu’il est opportun que des mesures sécuritaires soient prises pour renforcer davantage la sécurité de tous les soldats burkinabè déployés au Mali.

A la question de savoir si le Burkina Faso allait se retirer de la mission au Mali, le chef d’Etat-major des armées a répondu par la négative, soulignant même que les autorités du Ouagadougou envisageaient le déploiement d’un deuxième bataillon, d’ici à octobre prochain.

Trois soldats burkinabè (le lieutenant Christian Sawadogo, les adjudants chefs, Innocent Rouamba et Moussa Konaté) ont perdu la vie, ces deux derniers mois, suite à des attentats suicides au Nord-Mali.

Le premier, le lieutenant Christian Sawadogo a succombé le 30 juin 2014, tandis que les deux autres (Innocent Rouamba et Moussa Konaté) ont péri le 16 août dernier.

Ces deux attentats ont fait également des blessés parmi les soldats burkinabè.

ALK/cat/APA

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Burkina, ce beau pays, ne vous laissez pas trainer par l incapacite du mali. retirer vos soldats du mali, car on ne va jamais leur donner ordre de lutter contre ces rebelles qui les tuent chaque jour.les autorites maliennes ne sont pas a soutenir. ells ne sont pas responsables devant de telle situation. elles sont toutes des bandes de voleurs et dincapables. on ne meurt pas pour des gens qui ne nont pas pitier de leur people. ibk je parle au nom de dieu le plus puissant, tu as trahi le mali. je ne suis pas politician, mais tu as trahi ton people qui a vote pour toi a 77 pour cent. tu ne pense qu a ta famille et non au mali. comment un petit karim sans experience peut sacheter un terrain de 17 hectares a 1 millard et occuper un poste aussi strategique. comment karim peut occuper un tel poste si tu ne lavais pas impose?

  2. L’arroseur arrosé.
    C’est eux qui ont les armes. Ils n’ont qu’à se sécuriser eux-mêmes.

  3. Dans ce cas Blaise doit immédiatement cesser d’héberger les REBELLES du Nord. Car ils sont à l’origine de tous ces crimes.

  4. que leur âme repose en paix
    mais je comprend pas c est les soldat qui doit les sécurise eu même ou ce sont les civile qui les sécurise 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄
    comme il sont la a dormir et non maintenir la paix on va appelles les femmes pour les sécurise 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

Comments are closed.