Comité de suivi de la réforme des forces de défense et de sécurité : LE CAPITAINE AMADOU AYA SANOGO prend fonction

9
Directement placé sous l’autorité du président de la République et sera dissout à la fin de la transition (photo essor)
Directement placé sous l’autorité du président de la République et sera dissout à la fin de la transition (photo essor)

Le président de la République par intérim, Dioncounda Traoré a officiellement renvoyé le capitaine Amadou Haya Sanogo à ses nouvelles fonctions à la tête du Comité de suivi de la réforme des forces de défense et de sécurité. Cette investiture intervient six mois après sa nomination à ce poste par décret présidentiel daté du 8 août 2012.

La cérémonie organisée dans la salle de conférence de la présidence, à Koulouba, a réuni autour de Dioncounda Traoré, le Premier ministre Diango Cissoko, les présidents des institutions (Assemblée nationale, Cour suprême, Cour constitutionnelle, Haut conseil des collectivités, Conseil économique, social et culturel) et les responsables des Forces armées et de sécurité : le chef d’état-major général des armées ; les chefs d’état-major et directeurs de services centraux des armées et le directeur général des douanes. Etaient également présents, le ministre de l’Economie, des Finances et du Budget et ses homologues en charge de la Défense et des Anciens combattants et de l’Administration territoriale ainsi que le ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile.

Le secret était bien gardé : annoncé comme étant « une séance de travail », les esprits étaient tous, ou presque, tournés vers la malheureuse affaire dite « des bérets rouges ». D’évidence, il s’est agi d’une cérémonie officielle, tenue à huis clos, renvoyant le N°1 du défunt Comité national de redressement de la démocratie et de restauration de l’Etat (CNRDRE) à ses nouvelles fonctions.

Dans la cour centrale du bâtiment où une collation était offerte, le président Traoré a déclaré à la presse qu’il attendait beaucoup « d’abnégation et de sens patriotique et de capacité de dépassement de soi» de la part des membres de ce comité.

Précisant que ce comité n’est pas issu du coup d’Etat du 22 mars et rectifiant l’affirmation d’un journaliste, le chef suprême des armées a indiqué que le comité dirigé par le capitaine Sanogo « n’est pas un prolongement du CNRDRE, ce n’est pas non plus une réactivation du CNRDRE » mais il « constitue une sorte de laboratoire au chevet de l’armée malienne ».

Et le président Dioncounda Traoré d’ajouter que « le capitaine Sanogo se trouve être celui qui a été choisi pour faire fonctionner ce comité compte tenu de ses qualités personnelles ». Le chef suprême des armées ajoute qu’il est « formateur ». Donc, « c’est son travail ». « Il est capable de manager une équipe qui va travailler pour mettre en place une armée performante», a assuré Dioncounda Traoré.

Le Comité de suivi de la reforme des forces de défense et de sécurité est un organe directement placé sous l’autorité du président de la République et sera dissout à la fin de la transition. Il est composé de cadres militaires et civils qui ont la lourde mission de « réflexion, d’appui, d’assistance, de formation et de rénovation des forces armées et de défense, afin de faire naitre une armée et des forces de sécurité professionnelles et républicaines au service de la nation malienne », selon le propos du capitaine Sanogo qui a également indiqué que « sa personne physique » ne souhaiterait pas passer « un seul instant à la tête de cette entité après cette période de transition ».

Dans le discours qu’il a lu après son investiture, le capitaine Sanogo précise que « le comité n’a aucune vocation politique et ne saurait se substituer à la chaine de commandement militaire. Plutôt, « il s’attelle à sa mission de suivi des reformes prévues et cela dans une étroite collaboration avec les autres structures ».

A l’actif de ce comité depuis sa création, l’officier citera notamment le réarmement moral de la troupe à travers des missions, la présence physique des officiers sur la ligne de front et l’évacuation des blessés.

A. M. CISSE 

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. MERCI MON CAPITAINE? TU LE MERITES . BONNE CHANCE POUR LA SUITE ET ABBAS LES TRAITRES DU FDR ET PIONS D’ATT

  2. merci sanogo tu est le seul homme actuellement au mali a dire la verite et agir les maliens ont toujours la memoire courte ils ont ete malmener pendant 10ans dans le mensonge avec le sois disant baronni.tous ceux qui ont ete acteeur de pres ou de loin dans cette histoire doivent etre mis aux arrets on dit yani ka djiguin i bin yoro la i be diguin i talon yoro de la c’est a cause d’ ATT qu’on en est la aujaurdhui et vous vouler reprendre les memes et recommencer?alors bon courage .VIVE SANNOGO

  3. Vous ne comprenez pas que le Mali vient d’avoir un groupe de Mafia tres organise’ dont: Sanogo, Djoncounda etc…
    Ne pensez pas que Djoncounda est independant. Il partira comme L’ex premier ministre s’il optait contre les decisions de Sanogo…

  4. AFKA relis tes propos c’est d’une bassesse indescriptible. tu m’envoies désolé avec tes raionnement racistes (afin si on peut appeler ça raisonnement). tu fais honte aux Maliens.

  5. Pour célébrer une semaine intéressante en événement … et souhaiter bon week-end à tous les Maliwebiens … Moussa recommande le cinéma pour la détente …. en particulier … le film suivant …

    http://m.flickr.com/#/photos/79313524@N06/8477217732/

    Pour ce qui est du CAPI….on attend voir mais la situation me rappele une fable de la fontaine…

    Une grenouille vit un boeuf
    Qui lui sembla de belle taille.
    Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf,
    Envieuse, s’étend, et s’enfle et se travaille,
    Pour égaler l’animal en grosseur,
    Disant: “Regardez bien, ma soeur;
    Est-ce assez? dites-moi: n’y suis-je point encore?
    Nenni- M’y voici donc? -Point du tout. M’y voilà?
    -Vous n’en approchez point.”La chétive pécore
    S’enfla si bien qu’elle creva.

    Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages.
    Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs ,
    Tout prince a des ambassadeurs,
    Tout marquis veut avoir des pages

    TOUT PUTSCHISTE VEUT DEVENIR PRÉSIDENT …

    Moussa Ag

  6. Le president Dioncouda est en train de conforter ce capitaine dans ses agitations.
    Il lui donne l’impression d’être indispensable. Bref, Dioncounda légitime sanogo.
    Le chef du gouvernement Django ne dit rien et peut être ne pense rien.
    Ce sanogo qui s’est permis de faillir à sa mission de militaire, séquestrer des hommes et des femmes, contraint un chef de gouvernement à la démission, inciter la foule de ses partisans à envahir le palais de Koulouba et agrésser le chef de l’état est aujourd’hui récompenser solennellement par un gouvernement. Que penser des responsables de ce gouvernement ?
    Un seul mot vient à l’esprit: Incapable .
    oui, le chef de l’état et le chef du gouvernement actuel du Mali ne sont pas à la hauteur de la tâche.
    Ils sont tous les deux incapables de mettre ce petit capitaine à sa place de simple militaire parmis les autres.
    Diriger c’est prévoir, décider et assumer. Dioucounda et Django en sont incapable.
    Le Mali ne peut plus s’encombrer de dirigeant incapable.

  7. A t’aatendre on dirai que Sanogo a fait quelques choses de precieux depuis qu’il est devenu cette figure tristement celebre car a son actif que des deceptions pour le Mali.Alors arrzetez vos paroles incensees car Sanogo par son nom s rapproche d’une communauté a mMali mais pas par ces actes et on a l’habitude de dire chez nous “yé ko be fo ko ban!!! Aors qu’ils se demerdent avant les 5ans que vous dites sinon il n’aura meme pas de parrainnage suffisant………..

  8. vive Sanogo et merci de nous avoir debarasser du regime corompu d4ATT et de son clik

  9. Le Grand Capitaine SANOGO est le seul homme capable de faire ce bon travail. Merci Dioncounda cette fois ci pour t’avoir libérer des Idées d Iba Ndiaye et autres Tapo. Car ceux ci sont des gens comrompus du regime de ATT qui n’ont de travail que de gâter le nom de Sanogo. Un jour la vérité sera connue.
    Aussi les nordistes sonrai ne veulent pas perdre leur place dans l’administraion de corruption. Ils font tout pour saper le nom de Sanogo que nous autre Senoufo, Miniankas et Bobos aiment beaucoup. Après les 5 ans du nouveau Président qui sera élu, nous allons créer un parti qui présentera Sanogo aux élections.
    SANOGO est très populaire à Sikasso, Koutiala et Segou. Je pense qu’il n’ y a plus de Mali sans ces 3 localités
    Merci Capitaine

Comments are closed.