Descente aux enfers de Sanogo, tĂątonnements d’IBK

8
  Descente aux enfers de Sanogo, tñtonnements d’IBK
Amadou Aya Sanogo

Le Mali d’Ibrahim Boubacar KĂ©ita (IBK) inquiĂšte, au point d’inciter les Nations Unies Ă  mettre la pression sur le nouveau chef de l’Etat. En effet, si certains dossiers avancent, d’autres font rĂ©ellement du surplace comme celui du Nord-Mali oĂč l’on note l’absence de progrĂšs dans les nĂ©gociations.
GagnĂ© par l’impatience, le Conseil de sĂ©curitĂ© vient de demander Ă  Bamako d’entamer le dialogue avec les rebelles du Nord « sans dĂ©lai ». « Le train de la paix est parti. On ne peut plus faire marche arriĂšre », a lancĂ© le reprĂ©sentant de l’ONU au Mali, Bert Koenders qui veut convaincre le gouvernement malien et les groupes armĂ©s de surmonter leurs rĂ©ticences.

 

IBK doit faire attention Ă  sa gouvernance

Depuis l’accord du 18 juin 2013, le Conseil note que les pourparlers avec les groupes armĂ©s du Nord sont au point mort. Le ministre malien des Affaires Ă©trangĂšres, Abdoulaye Diop, a dĂ©fendu devant le Conseil de sĂ©curitĂ© l’engagement de Bamako Ă  ouvrir le dialogue : Bamako lui, vient tout juste de nommer un nĂ©gociateur pour le gouvernement en la personne de l’ancien Premier ministre Modibo KeĂŻta. Il porte dĂ©sormais le titre de Haut ReprĂ©sentant du chef de l’État pour le dialogue inclusif intermalien. L’homme se dit prĂȘt Ă  des concessions pour obtenir un accord de paix. Pour y parvenir, l’ancien Premier ministre malien, reconnu pour son intĂ©gritĂ©, explique son Ă©tat d’esprit : « Le mot ’groupe rebelle’ me heurte. Ceux que je rencontre lĂ , ce sont des Maliens, des Maliens qui ont des prĂ©occupations. Ça suppose des concessions, ça suppose une ouverture d’esprit… »

 

 

Il faut Ă©viter en effet que le pays ne s’enlise Ă  nouveau dans des guerres de tranchĂ©es qui ne profitent qu’aux groupes armĂ©s. Dans cette optique, IBK doit faire attention Ă  sa gouvernance. Car, on ne sent point s’en dĂ©gager une ligne directrice vĂ©ritable. Il y a du tĂątonnement dans l’air, et cela ne rassure guĂšre ! IBK doit imprimer une ligne directrice plus prĂ©cise et transparente Ă  ses actions. Il faut que la rĂ©solution de la crise du Nord-Mali se fasse de maniĂšre plus sĂ©rieuse, en prĂȘtant davantage oreille au Mouvement national de libĂ©ration de l’Azawad (MLNA), seul groupe armĂ© qui perturbe le sommeil des uns et des autres. A ce propos, le nouveau chef de l’Etat malien doit Ă©couter davantage la CEDEAO.

 
Le Mali nouveau doit Ă©viter les zones de turbulences vers lesquelles pourraient le conduire les politiques Ă  courte vue, faites des incohĂ©rences d’un systĂšme clanique ou familial. Or, de mauvais signaux nous en ont Ă©tĂ© donnĂ©s rĂ©cemment, avec l’implication de la famille du Chef de l’Etat dans la gestion des affaires publiques. A preuve, le dĂ©part de son tout premier chef de gouvernement aprĂšs seulement quelques mois d’exercice.
Fort heureusement, certains dossiers avancent, comme la procĂ©dure judiciaire menĂ©e contre Amadou Haya Sanogo, l’ex-chef de la junte ayant perpĂ©trĂ© le coup d’Etat militaire de mars 2012. Le 22 avril dernier, les charges retenues contre l’intĂ©ressĂ© ont Ă©tĂ© requalifiĂ©es et alourdies. Il ne s’agit plus de « complicitĂ© d’enlĂšvements », mais de « complicitĂ© d’assassinats ». Cela, d’aprĂšs les indications du juge d’instruction en charge de l’affaire, Yaya KarembĂ©. Une requalification des charges dĂ©cidĂ©e Ă  l’issue de l’interrogatoire de l’ex-chef de la junte malienne sur le fond, par consĂ©quent, en fonction des rĂ©ponses donnĂ©es par l’inculpĂ©. Aucun dĂ©tail supplĂ©mentaire sur l’instruction en cours n’a Ă©tĂ© donnĂ©.

 

 

Sanogo aura fait un coup d’Etat pour rien

Depuis novembre dernier, l’ex-capitaine Sanogo devenu gĂ©nĂ©ral, est en prison, poursuivi pour « complicitĂ© d’enlĂšvements » dans le cadre de l’affaire de la disparition des bĂ©rets rouges. Il s’agit de ces militaires proches de l’ancien rĂ©gime, et dont une tentative de contre-coup d’Etat avait Ă©tĂ© violemment rĂ©primĂ©e en avril 2012 par la junte militaire.

 
Cela faisait des mois qu’on attendait la requalification des charges pesant contre Amadou Haya Sanogo. On la sentait imminente aprĂšs la dĂ©couverte, en dĂ©cembre dernier, d’un premier charnier contenant 21 corps puis, il y a deux mois, de cinq nouveaux cadavres. Tous appartenant trĂšs vraisemblablement Ă  des bĂ©rets rouges. Le rĂ©sultat des analyses devant confirmer leur identitĂ© n’a toujours pas Ă©tĂ© versĂ© au dossier.

 

 

L’Association malienne des droits de l’homme (AMDH), qui s’est portĂ©e partie civile dans l’affaire, fait part de son « Ă©norme satisfaction » aprĂšs cette requalification des charges. « Nous attendions cela, nous l’avions demandĂ©. Cela met en exergue la gravitĂ© des crimes commis. Les parties civiles ainsi que le parquet pourront donc demander une peine plus lourde », explique Me Moctar Mariko, prĂ©sident de l’AMDH.

 
Certes, il y a requalification des charges, et il faut en fĂ©liciter aussi bien les parents des victimes, la sociĂ©tĂ© civile malienne que le juge. En cela, il faut saluer le courage, la dĂ©termination et l’abnĂ©gation du juge KarembĂ©. Jusque-lĂ , ce dernier aura fait preuve de perspicacitĂ© dans l’examen de ce dossier Ă©pineux. Mais pourrait-on aller jusqu’à la condamnation Ă  mort des coupables, avec leur exĂ©cution le cas Ă©chĂ©ant ? Peu probable !

 
EntrĂ© par effraction dans l’histoire du Mali, Sanogo aura donc fait un coup d’Etat pour rien ! En tout cas, son action aura peu apportĂ© au Mali. On retiendra longtemps les charniers, les cris et les larmes des parents des victimes ! De quoi faire rĂ©flĂ©chir les militaires africains amateurs de coups d’Etat, ou dĂ©sireux d’assouvir des desseins inavouĂ©s Ă  la tĂȘte de l’Etat ! Peut-ĂȘtre au finish, aura-t-il profitĂ© Ă  celui que le destin a placĂ© aujourd’hui Ă  la tĂȘte du Mali : IBK, lequel le remercie en le faisant juger. C’est l’ironie de l’histoire.

 
Tout compte fait, l’ex-capitaine Sanogo aura confirmĂ© Ă  son tour, que nos militaires sont avant tout des humains, et comme tels, des gens faillibles. Comme avant lui, le capitaine Dadis Camara, ex-chef de junte et ex-prĂ©sident de GuinĂ©e. Finalement, du Mali d’aujourd’hui, c’est bien la descente aux enfers pour Sanogo et les tĂątonnements d’IBK qui retiennent l’attention.

 

source: « Le Pays »

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. Pour que les choses rĂ©ussissent, il faut que quelqu’un accepte de prendre le risque d’agir. Et c’est ce que Sanogo a fait. Mais comme on le dit, il fallait assumer entiĂšrement cette responsabilitĂ©, c’est Ă  dire garder ce pouvoir jusqu’Ă  l’atteinte des objectifs pour lesquels le coup d’Ă©tat est intervenu. L’occident a beau criĂ©, la CEDEAO a beau condamnĂ© le coup d’Ă©tat, il devait rester Ă©gal Ă  lui mĂȘme et comme il l’avait dit ne voir que le Mali et les intĂ©rĂȘts des maliens. C’Ă©tait la seule voie indiquĂ©e pour mettre tout le monde aux pas.

    • La solution que vous prĂ©conisiez Ă©tait possible au moins Ăąge mais pas Ă  notre Ă©poque.

    • Vous nous aviez habitue a des commentaires plus honorables que ca, c’est dommage 🙁 🙁 . A suivre votre logique, Iyad serait aujourd’hui a Bamako entrain de se preparer a envahir d’autres pays de la sous-region.
      Quelle honte!!!

  2. Les maliens ,il est qu’on fait un choix.Laissons sanogo en paix .Si n’etait pas sanogo IBK SERAIT EN CETTE PLACE.

  3. SANAGO, NE DEVRAIT PAS ETRE EN PRISON. POURQUOI PAS ATT, LES FAUX MALIEN (LES REBELLES) ET MEME KAREMBER QUI A GARDE RANCUNE, PARCEQU’IL N’A PAS ETE MINISTRE DE LA JUSTICE.
    SI ON NE FERME PAS LES REBELLES QUI ONT PUR QUE LES MILITAIRES, N’ENFERMER PAS SANAGO.
    SI SANAGO N’ETAIT PAS LA, ATT ET LES REBELLES ALLAIENT VENDRE LE MALI.
    LE PAYS ETAIT DEVENU UN CENTRE DE COMMERCE TRIANGULAIRE.
    NON LES MALIENS, SOYEZ HONNETES, OUVREZ BIEN VOS YEUX.
    SI LE GROUPE DE SANAGO N’AVAIT REAGI, LES AUTRES MILITAIRES ALLAIENT LES TUER, C’EST LA RIPOSTE EN TERME MILITAIRE.
    PENSEZ VOUS, ON VOUS ATTAQUE ET VOUS VOUS LAISSEZ TUER PAR VOS OPPOSANTS ? NON C’EST LA LEGITIME DEFENSE.
    C’EST PAS BON POUR UN PAYS CES GENRES DES SITUATIONS….
    MERCI…………..

    • Arretez cette masturbation intellectuelle qui ne vous grandit pas, alors la pas du tout. Vous bombez votre poitrine avec toutes ces sornettes comme si il s’agissait d’un conte de fees, mais le tout s’est passe devant nous non!
      Si sanogo ne doit pas etre en prison, alors dites moi le role d’une prison, ceux qui y entrent, et enfin qu’est-ce qui a amene sanogo au devant de la scene.

      Quelle honte!!!

  4. Les maliens ont Ă©tĂ© trompĂ©e par ibk incapable de gĂ©rer sa propre famille ses pas le mali q u il va mettre sur les rails rien qu a la composition de son gouvernement ibk n est pas crĂ©dible un premier ministre sans pouvoir des ministres dĂ©jĂ  vue des rebelles incorporer dans son parti en suite devenu des dĂ©putĂ©s le gaspillage des biens de l Ă©tat les rebelles font ce qu il veulent tro ses trop ses au malien de prendre leurs destin en mains car avec ibk il n’y a pas capitaine dans le bateau mali

    • Sanaogo n’a pas fait un coup d’Ă©tat pour rien, il a juste mal gĂ©rer l’aprĂšs coup d’Ă©tat. Il gerait le Pays pour son compte et non pour le Peuple. Milliardaire en si peut de temps, il pensais avoir le monde Ă  ses pieds.
      Quand tu ne respecte pas les personnes qui ont le mĂȘme Ăąge que des Parents, tu finit mal…. Dieu ne dort pas.
      Il recolte ce qu’il a semĂ©
      Oublions Sanogo, c’est un passĂ© qui n’honore pas notre Pays, allons de l’avant. On rĂ©ussira Inchalla main dans la main

Comments are closed.