Gendarmerie Nationale : Le directeur général face à la presse

0

Dans sa politique nouvelle de donner plus d’informations sur les structures relevant de sa tutelle, le ministre de la Sécurité a promis de faire venir un des chefs de corps ou chef des services centraux, afin d’éclairer la population sur le travail, les missions et les contraintes de ces différents corps. Ainsi, après le directeur général de la Police, l’honneur est revenu au patron de la Gendarmerie nationale de présenter le service qu’il dirige à  la presse.

 Le directeur national de la gendarmerie du Mali, le Colonel major Satigui dit Moro Sidibé, était face à la presse nationale et internationale, hier jeudi 24 mars 2016. C’était dans la salle de conférence du ministère de la Sécurité et de la Protection Civile. Le conférencier qui a été présenté à la presse par notre confrère Mahamadou Sangho, responsable de la communication, était accompagné de son adjoint, des chefs de services et d’unités. La presse a fait un déplacement massif.

Dans sa présentation, le directeur général a indiqué « expériences essentiellement françaises, la Gendarmerie, selon Napoléon est une organisation à part. Elle est la manière la plus efficace pour maintenir la tranquillité. Il s’agit donc de la rendre forte et inattaquable ». En 1991, les structures organiques de la Gendarmerie issue du Gouvernement fédéral ont été refondues par le décret du 27 décembre 1991. Selon le directeur général, le contexte de la démocratie et la mise en œuvre effective de la politique de décentralisation exigeait une vision évolutive et une adaptation constante au besoin de sécurité de nos concitoyens. Force de défense et de sécurité publique les missions de la Gendarmerie revêtent un caractère particulier. Pendant plus d’une heure, il a parlé des missions de Polices judiciaire, administrative, militaire, de prévôtale, de défense et des missions diverses de la Gendarmerie . Il a aussi entretenu la presse du décret  fixant l’organisation et les attributions de la gendarmerie nationale, pour après se prêter aux questions des journalistes. Nous reviendrons plus en détails dans notre prochaine parution.

Tiémoko Traoré

 

 

PARTAGER