Guerre au Mali : Des raisons qui amènent le Pentagone à se tenir en retrait de l’opération « Serval »

4 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le programme anti-terroriste le plus ambitieux des Etats-Unis dans la région du Sahel s’est soldé par un échec  cuisant au Mali. Et avec le lancement de  l’opération « Serval », cet échec revient au devant de la scène.

Selon le journal «New York Time», pendant  plusieurs  années,Washington a financé et formé l’armée malienne qui était jusque-là considérée comme la plus à même de résister fermement à la menace islamiste. Depuis le vendredi 11 janvier (début des hostilités), les Etats Unis suivent de très près l’intervention militaire française au Mali. Sans y participer directement, les forces américaines apportent leur soutien en termes de renseignements, de logistiques et de ravitaillement en matériels volants. Une aide qui s’avère importante dans la mesure où les Etats-Unis connaissent bien la zone sahélienne. Les autorités maliennes ont non seulement perdu le contrôle des régions du Nord au profit des rebelles, mais aussi les unités entraînées par les forces américaines ont été les premières à faire défection en abandonnant leurs armes entre les mains de l’ennemi et cela, à un moment crucial où elles ne devaient pas fuir la bataille.  Auparavant, lors de la démarcation des zones menacées par le terrorisme, le Pentagone a dépensé entre 520 et 600 millions de dollars (depuis quatre ans) pour aider les gouvernements d’une région allant du Maroc au Nigeria. Mais c’est au Mali que les Américains ont concentré le plus de ressources, précise « New York Time ». Mais en vain.

Par ailleurs, le Capitaine Sanogo, qui avait bénéficié de l’entraînement américain, avait renversé ATT sans que Washington ait vu venir le coup. Ce qui a accéléré les choses, c’est l’afflux d’islamistes dans le Nord du pays en provenance de la Libye d’où ils étaient  revenus armés et aguerris.  Ils  s’allient alors temporairement aux Touaregs du Nord pour mettre l’armée malienne en déroute. « Considérées comme le meilleur espoir pour repousser une telle offensive, ces mêmes unités entraînées par les Américains se sont au contraire révélées comme l’élément central de leur défaite », souligne le journal en notant que la plupart de ces unités étaient commandées par des Touaregs. Par ailleurs,  de nombreux responsables interrogés par le journal américain  regrettent que les Etats-Unis se soient reposés sur des éléments touaregs alors que ce peuple malien se bat depuis des décennies contre la rébellion du Nord. « Le quasi-effondrement de l’armée malienne, notamment des unités entraînées par les Etats-Unis, suivi d’un coup d’Etat mené par un officier entraîné par les Américains, a stupéfié et embarrassé les leaders militaires américains », constate enfin le journal. Mis à mal par cet échec, le Pentagone se tient donc en retrait de l’opération « Serval » au Mali.

Jean Pierre James

SOURCE:  du   16 jan 2013.    

4 Réactions à Guerre au Mali : Des raisons qui amènent le Pentagone à se tenir en retrait de l’opération « Serval »

  1. Dom du togo

    Les etats unis ne peuvent pas s’indigner du faite que ce soit la France qui prenne le control. Il faut savoir qu’on ne se leve pas un matin pour intervenir dans une affaire d’autrui meme si celui ci en a grand besoin.La preuve en est avec la ferme volonte du Burundi qui est motive mais attend l’aprobation de la CEDAO. la polique de non ingerence ne s’applique non pas seulement entre pays mais aussi entre metropoles. la France a la responsabilite premiere dans cette guerre du Mali. D’ailleur tout le monde connait l’imncomparable zele americain dans la lutte anti terrorisme mais pour le cas du Mali ils ne peuvent servir que de renfort en cas de besoin.

  2. blanche neige

    je ne suis pas toujours d’accord avec les articles de Jean Pierre James ,mais cette fois il est exact et concis . Les américains ont été surpris de la mise en route de l’armée française en quelques heures et dans un sens ils ont un peu vexés ! ainsi va la ,ils n’ont pas misé sur le bon cheval.

  3. Djuska

    Toutes les verites seron dites cette fois-ci. Le manque de leadership dans nos pays africains a contribue a la crise. On va se relever, s’epoussetter et continuer. Balyaons le Nord. L’Allemagne et les autres pays de l’Europe, notamment la France sont tres clairvoyants, la revolution des rebelles ne visent que l’Occident. Quand le Mali est attaque, c’est l’Europe qui est visee.

  4. filos

    Avec la l’insertion et la réinsertion des ex rebelles touaregs dans l’armée malienne, le gouvernement a commis une erreur fatale que le Mali est entrain de payer en ce moment.