Hommes de l’année 2012 au mali : L’armée et le Nord

5 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

L’année 2012 a été marquée par l’occupation des régions du Nord par des groupes armés et le coup d’Etat survenu le 22 mars 2012.

Tout a commencé en fin 2011, avec l’arrivée de Touaregs, ex-combattants de Mouammar Kadhafi qui sont revenus lourdement armés, via l’Algérie, après la chute de leur mentor. Malgré les dénonciations, l’ex-président de la République ATT a envoyé ses ministres accueillir ces hommes. Le samedi 3 décembre 2011 au palais de Koulouba, ATT a reçu des représentants de ces Touaregs.

Il a été question, au cours de cette rencontre, de paix. Et c’est une offre de paix qui a été faite à ATT ce jour-là qui y a cru aveuglement. Malheureusement, quelques semaines plus tard, des enlèvements et des attaques ont repris au nord.

Avant, le 24 novembre 2011, deux Français (officiellement des géologues) sont kidnappés dans un hôtel à Hombori. Le lendemain, trois touristes (un Néerlandais, un Suédois et un Sud-Africain) attablés dans une auberge de Tombouctou sont enlevés, un quatrième (Allemand) est abattu.

Tous les regards se tournent vers Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui a fait du kidnapping d’Occidentaux un fonds de commerce très lucratif, même s’il est probable que l’opération en elle-même aurait été menée par des Touaregs intégrés dans l’armée libyenne et qui sont rentrés au Mali avec armes et bagages à la chute de Kadhafi.

ATT gère donc directement l’épineux dossier avec le colonel-major El hadj Ag Gamou et Mohamed Ag Erlaf, deux Touaregs originaires de la région de Kidal. Mais, à Bamako, on s’inquiète de la proximité de l’élection présidentielle.

L’armée engagée depuis le 17 janvier 2012 dans une guerre dans le Nord du pays contre les rebelles touaregs du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) et les djihadistes de l’Ançar Eddine continue à subir des revers. Elle souffre d’un manque de moyens face aux Touaregs qui bénéficient d’un important matériel et d’armes lourdes récupérées à la chute de Kadhafi en 2011.

Le moral des troupes est au plus bas, les officiers supérieurs sont soupçonnés de népotisme, de favoritisme et de corruption, de détournement d’argent destiné à l’équipement militaire. Fin janvier et début février, des manifestations de femmes de militaires réclament des « munitions pour leurs hommes ». A un mois des élections présidentielles, l’autorité du président Amadou Toumani Touré, qui a annoncé qu’il ne se représenterait pas, est remise en cause.

Le 24 janvier, les bandits armés ont attaquéAguelhok ou plusieurs soldats ont été tués. Ensuite, Tessalit, un poste stratégique, tombe entre les mains des bandits armés le dimanche 11 mars 2012.

Le 21 mars, Sadio Gassama, ministre de la Défense et des Anciens combattants, et le général Gabriel Poudiougou, chef d’état-major général des armées, se rendent au camp Soundiata Kéita à Kati pour évoquer l’évolution de la situation au Nord-Mali. Ils sont pris à partie par des militaires mécontents. Leurs gardes du corps tirent en l’air pour les exfiltrer.

 

Coup d’Etat et occupation du Nord

Les militaires en colère se dirigent alors vers l’armurerie et prennent des armes et munitions. Ils s’emparent des automitrailleuses BRDM-2 et des transports de troupe BTR-60 stationnés à Kati puis partent vers le palais. Aux environs de 16 h, ils attaquent la présidence : les bérets rouges, parachutistes qui forment la garde d’Amadou Toumani Touré, résistent jusque vers 21 h où l’enceinte du palais est forcée.

Les mutins ne peuvent mettre la main sur le président qui a été exfiltré vers 18 h, les bâtiments sont alors pillés et partiellement incendiés. En fin d’après-midi, une centaine d’hommes investissent le bâtiment de l’Office de la radiotélévision du Mali (ORTM). La radio nationale suspend ses programmes. Les mutins, constitués en Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat (CNRDRE), font une déclaration le jeudi 22 mars, à 5 h du matin à la télévision nationale.

Le lieutenant Amadou Konaré, porte-parole du CNRDRE, annonce la suspension de la Constitution et la dissolution des institutions de la République. Il justifie le coup d’Etat par « l’incapacité du gouvernement à donner aux forces armées les moyens nécessaires de défendre l’intégrité de notre territoire national ». Il précise que le CNRDRE prend « l’engagement solennel de restituer le pouvoir à un président démocratiquement élu dès que l’unité nationale et l’intégrité territoriale seront rétablies ».

Le capitaine Amadou Haya Sanogo, chef de la junte, annonce l’instauration d’un couvre-feu à partir du jeudi 22 mars. Dans la matinée du jeudi 22 mars, plusieurs responsables sont arrêtés. Les prisonniers sont conduits au camp de Kati devenus le siège des putschistes.

A 11 h, Amadou Konaré annonce à la télévision nationale la fermeture des frontières. Il ordonne aux militaires de cesser les tirs de sommation et appelle la population à rester chez elle en attendant la reprise du travail mardi matin.

Les frontières sont partiellement rouvertes à partir du 26 mars, pour permettre l’acheminement des denrées de première nécessité et du carburant. L’espace aérien est ouvert uniquement au transport civil entre 20 h et 1 h du matin. Dans une déclaration à la télévision malienne, le capitaine Amadou Sanogo appelle les rebelles touaregs « à cesser les hostilités et à rejoindre dans les plus brefs délais la table de négociation », précisant que « tout est négociable à l’exception de l’intégrité du territoire national et de l’unité de notre pays ».

Le 27 mars, le couvre-feu est levé et deux prisonniers politiques sont libérésLe 28 mars, ATT, dont on était sans nouvelle depuis le coup d’Etat, accorde une interview à Radio France internationale dans laquelle il déclare être en bonne santé et se trouve au Mali. Il soutient le plan de sortie de crise proposé par la Cédéao..

La junte militaire adopte une Loi fondamentale pour remplacer la Constitution suspendue. Elle est composée de 70 articles. Le texte précise que le Comité est l’organe suprême de la transition et qu’il est composé de 26 membres issus des Forces armées et de sécurité et 15 membres issus des forces vives de la nation. Son président assure les fonctions de chef de l’Etat. A l’issue de la période de transition dont la durée n’est pas définie, aucun membre du CNRDRE et du gouvernement nommé par son président ne pourra être candidat aux élections.

Amadou Haya Sanogo nomme par ordonnances les nouveaux responsables des forces armées : le colonel-major Yamoussa Camara est nommé secrétaire général du ministère de la Défense et des Anciens combattants, le colonel Ibrahim Dahirou Dembélé, chef d’état-major général des armées, le colonel Ibrahim Fané, chef d’état-major de l’armée de terre, le colonel Abdoulaye Coulibaly, commandant de la 5e région militaire de Tombouctou, le colonel Moussa Sinko Coulibaly, directeur de cabinet du chef de l’Etat, le colonel Sidi Alassane Touré, directeur général de la Sécurité d’Etat

Le 30 mars, alors que le MNLA et Ançar Eddine ont pris la ville de Kidal l’armée évacuent les localités d’Ansongo de Bourem pour se regrouper et renforcer ses positions à Gao Le 31 mars le MNLA s’empare de la ville de Gao et de celle de Asango sur la frontière du Niger. Le colonel-major El hadj Ag Gamou, se rallie au MNLA. Ensuite, Tombouctou tombe entre les mains des islamistes.

Le 1er avril 2012, le capitaine Amadou Haya Sanogo annonce qu’il rétablit la Constitution de la République du Mali du 25 février 1992 et les institutions, et promet des « consultations avec les forces vives du pays » dans le cadre d’une« transition ». Le 2 avril, la Cédéao décide de la mise en place immédiate de sa force d’attente et un embargo total considérant que la junte n’a pas remis en place comme demandé l’ordre constitutionnel. Amadou Haya Sanogo prend acte de cette décision et déclare que « l’urgence est le recouvrement de l’intégrité territoriale ».

Le CNRDRE annonce la tenue à partir du 5 avril d’une conférence nationale sur l’avenir du Mali à laquelle sont conviés tous les partis politiques et la société civile et annonce des poursuites judiciaires contre ATT pour « haute trahison et malversation financières ». Les partis politiques et la société civile opposés au coup d’Etat annoncent leur refus d’y participer. La junte annonce le report de la convention nationale.

Le 6 avril, la junte signe un accord de sortie de crise avec la médiation ouest-africaine dans lequel elle s’engage à rendre le pouvoir au civil après la démission du président de la République renversé lors du coup d’Etat. Le président de l’Assemblée nationale assure la transition. L’accord prévoit la nomination d’un Premier ministre de transition qui aura tous les pouvoirs pour l’organisation des élections dans un délai de 40 jours.

Une loi d’amnistie contre les auteurs du coup d’Etat est adoptée. La Cédéao décide le 8 avril de lever toutes les sanctions prises contre le Mali. Le 8 avril, ATT présente sa démission dans une lettre remis à Djibril Bassolé, ministre burkinabé des Affaires étrangères. Le 10 avril, la Cour constitutionnelle du Mali constate officiellement la vacance de la présidence, annonce que Dioncounda Traoré, président de l’Assemblée nationale, assure l’intérim du président de la République.

Du 16 au 18 avril, des hommes politiques et des militaires proches du président renversé sont arrêtés par des hommes armés. Le 17 avril, Cheick Modibo Diarra est nommé Premier ministre. Le 19 avril au soir, ATT est exilé au Sénégal, cet exil ayant été autorisé par la junte du CNRDRE, encore au pouvoir effectif.

Le même jour, les 22 responsables civils et militaires arrêtés les jours précédents, sont libérés mais toujours menacés de poursuites judiciaires ultérieures notamment pour détention d’armes, qui auraient été découvertes au domicile de certains d’entre eux, selon la gendarmerie. Ils seraient  » soupçonnés de vouloir mener un contrecoup d’Etat ».

Le 25 avril, Cheick Modibo Diarra forme un gouvernement de transition, réduit à 24 membres, composé surtout de techniciens et de militaires, avec pour mission difficile de ramener la paix dans le Nord du pays. Trois militaires, des gradés proches de la junte militaire, y figurent : le colonel-major Yamoussa Camara à la Défense, le colonel Moussa Sinko Coulibaly à l’Administration territoriale (Intérieur) et le général Tiéfing Konaté à la Sécurité intérieure et Protection civile. Cette nouvelle équipe comprend aussi trois femmes, dont l’une est originaire du Nord.

Le 26 avril, avec la déclaration des chefs d’Etat de la Cédéao, réunis en sommet extraordinaire à Abidjan, le comité militaire est prié de se soumettre aux autorités civiles, ses membres de retourner dans les casernes, et le mandat des autorités de transition est prolongé à 12 mois. De plus, il est prévu d’envoyer une force militaire régionale à Bamako pour « sécuriser les organes de la transition et le gouvernement intérimaire en attendant que le processus arrive à son terme ». Le 30 avril, une fusillade éclate à l’Université de Bamako, tuant une femme par « balle perdue ».

La radiotélévision (ORTM) est attaquée vers 19 h, ainsi que le camp militaire de Kati. La population vit une nuit d’affrontements violents, à l’arme lourde notamment. Le 1er mai au matin, l’ex-junte affirme contrôler la situation après des combats ayant opposés des bérets verts des ex-putschistes du capitaine Sanogo, à des bérets rouges des partisans de l’ex-président ATT. Plusieurs morts sont à déplorer. Des négociations engagées pour pallier ce problème béret rouge/béret vert qui reste bloquer par Kati. Entre-temps, le 21 mai, le président par intérim Pr. Dioncounda Traoré a été blessé par des manifestants jusque dans ses bureaux à Koulouba.

Les armes du Mali qui étaient bloquées depuis plusieurs mois au port de la guinée arrivées à Bamakole mardi 4 décembre sont accueillies par Amadou Haya et conduit à Kati.

Sidiki Doumbia

SOURCE:  du   1 jan 2013.    

5 Réactions à Hommes de l’année 2012 au mali : L’armée et le Nord

  1. jawaando-prestige

    La partition et la laicité du Mali ne sont pas négociable; ces bandes de terroristes paieront pour les crimes et exactions qu’ils ont commises.Je demande a ces FILS DE BEDOUINS, :de violeurs et débiles de quitter nos lieux immédiatement. :evil: :evil: :evil: :evil:

  2. Massaye

    Négocier quoi ? La répartition du pays ? L’autonomie ? La fédération ? Selon le gouvernement de transition il n’est pas
    question de tout cela. Avec qui négocier ? Des criminels, violeurs, coupeurs de pieds, de mains,des assassins;de destructeurs de patrimoine culturelle ? Des individus qui doivent rendre compte de leurs actes et forfaits devant une justice nationale et internationale s’asseoir face aux représentants de leurs victimes pour parler de quoi ? De pardon?
    Alors, où est la justice ? Après le 11 septembre , l’Occident a parler de dialogue avec les agresseurs? Pourtant ils sont tous morts. Qui vont être poursuivis,traqués? Les planificateurs et commanditeurs à travers le monde. Les têtes de certains ont été mise à prix; des pays comme l’Irak et l’Afghanistan ont été envahis sans même une résolution du Conseil de sécurité. Pourquoi nous imposés ce qu’ils ne se sont pas imposés à eux? Deux poids deux mesures. Donc tous ces crimes vont en perte et profitent aux bandits armés.

  3. Emoo

    Negocier quoi?… Negocier probablement les circonstances de leur jugement pour crimes et haute trahison…

    Comment peut on confier le dossier malien a un ennemi assasin, responsable de tous les desordres en Afrique de l’ouest, ce fils depute de blaise..et que personne ne leve le petit doigt dans ce pays…??/

    La seule chose que le peuple demande c’est la justice, la condamnation de ces irredentistes b.a.a.t.a.r.ds de mnla, ansar dine et la condamantion de ce fils de.dimajo… de att… avec ses generaux dogon en papier gabriel, abidine, niangaly et que sais je encore…qui ont tous fui le champ de l’honneur et oublie leur serment….

    TROP c’EST TROP TROP c’EST TROP TROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROPTROP c’EST TROP