Incapable de faire appliquer la loi dans l’affaire des bérets rouges : Le régime IBK a choisi de déporter les détenus à travers différents lieux de détention de notre pays.

7
14 militaires détenus au Camp I de la gendarmerie en grève de la faim de sept jours à partir du lundi 6 novembre
Amadou Haya Sanogo (Sélingué) , Gl Yamoussa Camara (Markala), Amadou Konaré (Manantali)

Depuis quelques mois, la question des militaires et paramilitaires inculpés dans l’affaire des bérets rouges était devenue une équation à plusieurs inconnus pour le régime du président IBK.

En effet, après l’expiration du délai de détention provisoire, les militaires et paramilitaires détenus au Camp de la Gendarmerie avaient entrepris différentes actions notamment à travers des correspondances pour dénoncer cette situation en l’occurrence la violation de l’article 135 du Code de procédure pénale (CPP) qui fixe ce délai à trois années maximum.

Ces actions ont été soutenues par une vaste campagne de communication de leurs épouses à travers des émissions sur certaines radios de la place et des conférences de presse pour expliquer à l’opinion nationale et internationale les manquements dans la procédure. Toujours pour soutenir les actions de leurs époux, elles ont également tenu des rencontres auprès de certaines personnalités maliennes et étrangères établies dans notre pays.

Paniquées par la teneur de la dernière correspondance adressée au directeur général de la gendarmerie nationale dans laquelle les inculpés menaçaient de quitter leur lieu de détention le vendredi 22 décembre en l’absence de papier d’écrou, les autorités n’ont pas trouvé mieux que de les déporter à travers différents lieux de détention du Mali. Ainsi, le Colonel Blonkoro Samaké et l’élève commissaire Siméon Keïta ont été transférés à la Maison centrale d’arrêt de Bamako (MCA) et le capitaine Amadou Konaré récemment transféré au Camp I de la gendarmerie a été déporté à Dioïla.

La question persistante qui revient à tout moment est de savoir comment transférer un militaire dans une prison civile de surcroit un colonel de la gendarmerie qui a eu à occuper des postes de responsabilités dans la légion de la gendarmerie nationale au District de Bamako.

À la lecture de la situation actuelle, nous pouvons dire que ce plan de transférer des militaires dans les prisons civiles aura des conséquences désastreuses sur la sécurité de ceux-ci. Alors que le Statut général des militaires est très clair. De l’esprit de ce document, les militaires poursuivis doivent être remis à la disposition de la Gendarmerie nationale.

Les prochains jours nous édifieront sur les réelles intentions des autorités politiques, militaires et judiciaires dans la gestion de ce dossier.

Mama PAGA   

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Le regime a mal de gérer le pays Ibk a était choisie comme un grand bâtisseur pour le peuple maliens mais aujourd’hui nous tous ont été dessus si vous l’aimez la paix et la réconciliation au Mali le régime a un grand intérêt de libéré Mr sanogo et ses camarades qui sont détention illégale sans jugement la même volonté vous avez fait pour Att vous devriez faire pour Mr sanogo et ses compagnons vive l’armée maliens a bas les enclaves moderne

    • @Diabate. Vous devez savoir que la plainte fourmulee par le Gouvernement contre ATT a été vidée par la haute cour de justice tout comme SANOGO a été amnistié par l’assemblée pour le coup d’état. Le motif pour lequel SANOGO est détenu aujourd’hui est tout autre.Alors laissons la justice suivre son cours pour que la vérité triomphe car il s’agit de l’assassinat de 21 militaires maliens par d’autres militaires maliens.

  2. comrades this is a sad plus uncalled for condition that further evince IBK government incompetence while it proclaim itself a democracy. It seems only thing IBK reliably do is use cocaine plus drink liquor. Comrade Sanogo plus his men should have long ago been released plus this “mess” which came about due to ATT incompetent leadership set aside.
    If ATT is viewed as being in good standing with IBK government same should exist for Comrade Sanogo plus his comrades. We need to close door on this unfortunate occurrence plus move nation forward by addressing Security plus Order problems caused by AZAWAD terrorists/jahadists.
    Those Security plus Order problem make it virtually impossible to complete necessary development projects in a timely plus cost efficient manner.
    FREE AMADOU SANOGO plus his Comrades.
    Very much sincere, Henry Author (People of Books) Price Jr. aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan aka Gue.
    translationbuddy.com

  3. Monsieur le journaliste sachez que l’article 135 traite le mandat de dépôt et non l’ordonnance de saisi de corps traité par l’article 132 comme c’est le cas d’après l’arrêt de renvoi de la cour d’assises de BAMAKO en déplacement à Sikasso. Aussi, Blonkoro SAMAKE (en retraite ) n’est plus un militaire en activité et Siméon KEÏTA policier (civil) ne doivent pas être gardés au niveau de la Gendarmerie car n’etant pas couvert par le statut militaire en vigueur.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here