Inculpés et écroués au Camp I pour ” complicité d’assassinat ” dans l’affaire des 21 bérêts rouges disparus : Le Colonel Blonkoro Samaké transféré à Kadiolo – Le Capitaine Amadou Konaré à Markala

7
BlBBlonkoro Samaké et A Konaré
Blonkoro Samaké et A Konaré

Après le transfert du Capitaine-Général Amadou Haya Sanogo à Sélingué, le juge d’instruction chargé de l’enquête sur les 21 bérets rouges, Yaya Karembé, vient de décider du transfèrement de deux grosses pointures de l’ex-junte putschiste. Il s’agit de l’ex-chef de sécurité de Sanogo, le Colonel Blonkoro Samaké transféré dans la région de Sikasso,  précisément à Kadiolo,  non loin de la frontière ivoirienne et  du numéro 2 de l’ex-CNRDRE,  le Capitaine Konaré,  transféré à Markala. Ces prévenus ont  rejoint leurs nouveaux lieux de détention  le  22 mars, date anniversaire de leur coup d’Etat à l’origine de la tragédie des bérets rouges.

 

L’ancien  responsable du Camp I de la gendarmerie nationale, le Colonel Blonkoro Samaké, qui  a rallié les auteurs du coup d’État du 22 mars 2012,  ne tardera pas à gagner la confiance de ces jeunes militaires. Le Capitaine d’alors Amadou Haya Sanogo le nomme conseiller et chef de sa sécurité personnelle. Il effectuera même un voyage éclair au Nigéria,  au plus fort des sanctions   brandies  par la CEDEAO pour  tenter d’obtenir la compréhension  du président nigérian Goodluck Jonathan. Sans succès.   Après la signature de l’Accord-cadre le 6 avril 2012 et l’installation du président intérimaire Dioncounda Traoré, le Colonel Samaké  en plus de son statut de Directeur de la sécurité de Sanogo sera nommé Directeur des Aéroports du Mali ( ADM).

 

 

Véritable homme à tout faire de l’ex-chef putschiste,  son nom sera maintes fois cité dans le cadre de l’enquête sur les  21 bérets rouges disparues   par l’adjudant Fousséïny Diarra et l’adjudant-chef Séïba Diarra, principal meneur de la mutinerie qui a conduit  au coup d’État du 22 mars 2012, comme étant celui qui a établi la liste des 21 éléments du Régiment des commandos parachutistes(RCP) communément appelés les bérets rouges. Ces infortunés condamnés à mort sans jugement,  comme on le sait, ont été tués et jetés dans une fosse à Diago.

 

 

Entendu par Yaya Karembé, le Colonel Blonkoro Samaké n’avait  pu nier les faits qui lui étaient reprochés. Il avait  été inculpé pour ”  complicité d’assassinat ”  et placé en détention au Camp I.

 

 

Le numéro 2 de l’ex-CNRDRE,  qui a été transféré à Markala,  a  été inculpé pour les mêmes  griefs.

 

 

Aux dernières nouvelles,  nous apprenons  que l’ancien ministre de le Défense et non moins ex-chef d’État-major particulier du président de la République, le Général Yamoussa Camara, qui  avait été  annoncé pour Koulikoro, a finalement été transféré lui aussi à Markala.

 

 

Il est à rappeler que bien avant le Capitaine Amadou Konaré et le Général Yamoussa Camara, un autre illustre prisonnier, l’ancien président de la République et dictateur déchu, général Moussa Traoré, avait séjourné à Markala pour les crimes commis lors de la répression sanglante de mars 1991.

Abdoulaye  DIARRA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. IBK un Président fantoche que les occidentaux ont choisi parce qu’ils savent le manipuler. Ils lui ordonnent de liberer en toute impunité les traîtres de rebelles qui ont tué, pillé nos compatriotes et profitent de la mésaventure de la soldateste des AYA pour lui recommander de se debarasser du Géneral Yamoussa Camara à cause de son franc-parlé et son patriotisme anti-mnla. IBK se met le doigt dans l’oeil et dans celui des maliens qui continuent à croire en lui.Les peuples qui oublient leur histoire se feront manger par leur futur.

    Merci Général Camara pour ton patriotisme et ton travail pour avoir commencé à remettre sur pied une armée morte et détruite depuis plus de vingt ans par la classe politique de l’ADEMA et ses paris derivés dont le RPM.
    l’histoire te réhabilitera.

  2. Monsieur le journaliste ne racontez pas des médisances ,rien ne se cache au Mali , Konare n’est nullement cite dans le dossier . Il a été inculpé parcequ’il à entendu comme tous les Maliens . On lui reproche qu’il n’a pas dénonce kiakia Kia Kia Kia , s’il l’avait fait ,il n’aurait pas vu ce jour. Même si vous n’êtes pas professionnel il faut néanmoins avoir peur de DIEU et il ne dort pas.

  3. Colonel Bilakoro Samake, charge de la securite du capitaine Amadou Haya Sanogo, le monde a l’envers: un Colonel charge de la securite d’un capaitaine? Mais il peut compter sur la tes belle compagnie du depute de Kolondieba, Barou le fou ou Omar naloma.

  4. Ces transfèrements constituent une bonne chose. Car, il est inadmissible que le Colonel Blokoro Samaké après avoir commandé la légion de gendarmerie de Bamako, se retrouve comme geôlier dans les locaux du camp I. Cela va pour l’honneur de toute la gendarmerie. Cet argument est aussi valable pour tous les autres officiers de la gendarmerie.
    Quant au cas Amadou Aya Sanogo, je trouve normal et juste qu’il soit transféré à Sélingué hors des casernes militaires. Il ne doit aucunement s’offusquer pour ça. Tout comme les autres généraux qui sont dans les liens de l’inculpation. Les décideurs doivent œuvrer pour ne pas porter atteinte au moral de la troupe quelque soit les circonstances. Un soldat qui garde un général dans une caserne militaire, n’aura que foutre de la hiérarchie et du grade. C’est ce que Moussa TRAORE aurait du éviter avec l’arrestation de Kissima, Tiékoro et autres qui avaient une certaine ascendance sur la troupe. Le grade dans l’armée confère une autorité et offre un honneur au promu. Si on pouvait comprendre cela, l’esprit de discipline tant prôné sera recouvré dans la nouvelle armée que nous aspirons tous. VIVE LA REPUBLIQUE

  5. Il faut penser a les envoyer plutot a gao où ils pourront partager l angoisse de la population au rythme des tirs de roquettes, leur securité ne doit pas etre une priorité,le mali etait vraiment tombé bas,la justice doit s interesser a oumar mariko,cette crapule a des choses a dire a la justice

Comments are closed.