Interview du capitaine Amadou Aya Sanogo, président du CNRDR : «Je promets que le pouvoir sera remis aux mains des civils dans le plus bref délai»

47 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le capitaine Amadou Sanogo, président du Cnrdr qui vient de s’emparer du pouvoir après le coup d’Etat dans la nuit du mercredi 21 au jeudi 22 mars 2012, est prêt à rabattre le caquet à ceux qui veulent faire comprendre à l’opinion nationale et internationale que ce coup de force est malvenu. Sans détour, il expose les motivations qui ont conduit à cette prise de pouvoir et se veut rassurant quant à la protection des personnes et de leurs biens. Profitant de cet entretien, il égrène un long chapelet de griefs contre le régime déchu.

 Dans Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je suis un ancien élève du Prytanée militaire de Kati. Comme je n’ai pas pu terminer le cycle, j’ai été admis au Certificat d’aptitude technique 1 et 2 (Cat 1 et 2) pour être caporal puis sergent. Après, j’ai participé à une formation de cours de carrière avec l’unité spéciale des Marines aux Etats-Unis d’Amérique. Ensuite, je suis reparti à Fort Benning en Géorgie pour faire l’Ecole d’application en infanterie où j’ai également pris des cours d’anglais.

Quelques années après avoir été promu au grade de sous-lieutenant, je suis reparti à Fort-Wachica en Arizona pour être formé comme officier de cellule de renseignements. Deux ans plus tard, j’ai été nommé lieutenant plein. J’ai participé à plusieurs formations en tant qu’instructeur. J’ai été formateur à l’Ecole militaire interarmes durant quatre années au cours desquelles j’ai enseigné beaucoup de spécialités. J’ai aussi suivi beaucoup de formations organisées par les Etas-Unis, celle sur la lutte internationale contre le terrorisme au Maroc; l’Initiative africaine de réponse aux crises (Acri), phases I, II, III et IV et la formation de Contingent africain pour l’assistance et la formation (Acota). Le capitaine Sanogo est marié et père de trois filles.

 Est-ce que l’idée vous est venue de faire, un jour, un coup d’état ?

L’idée ne m’est jamais venue. Mais, comme tout officier conscient, nous étions à un moment où la situation était devenue très critique dans le pays.

 Quel était votre motivation en prenant le pouvoir ?

Je rends, tout d’abord, hommage à ces sous-officiers et soldats qui m’entourent. L’initiative est venue d’eux. Suite à des requêtes et demandes non satisfaites, la rencontre de ces hommes avec le ministre de la Défense a mal tourné, et ils ont pris des armes et des munitions pour se défendre. Le dialogue n’étant plus possible, il fallait faire entendre la voix des armes. Quand un militaire veut se faire entendre par la voix des armes, personne ne peut imaginer la portée. Je me suis dit, avec quelques collègues, pourquoi ne pas profiter de la situation et ne pas laisser ces hommes seuls agir, parce que trop c’est trop. C’est ce qui nous a conduits à ce coup de force.

 Pouvez-vous nous faire part de  ces requêtes ?

Les requêtes ne sont pas venues de moi, mais surtout des sous-officiers et soldats. Quelques fois, la troupe se réunit avec le commandement. Les requêtes portaient généralement sur la non information par rapport à la crise du nord. Les militaires meurent et les attaques continuent, mais personne n’est informé à temps réel. Plus grave, les militaires sont informés par d’autres sources comme le téléphone. C’était devenu de la désinformation et les gens racontaient du n’importe quoi. Souvent c’est réel, souvent ça ne l’est pas. En plus, les troupes confrontées à l’ennemi n’ont pas souvent de secours. Ce qui est un constamment réel. Plus grave, nos hommes ne recevaient pas le matériel dont ils devaient disposer pour faire leur travail. Le ras-le-bol les a poussés à agir car ils étaient arrivés à un niveau où ils ne voulaient plus écouter personne. C’est cette situation qui a dégénéré avec la récente visite du ministre de la Défense, le Général Sadio Gassama, accompagné de son staff. La situation étant favorable, les jeunes m’ont lancé un appel pour que je vienne m’associer au mouvement. Ils m’ont fait confiance et je crois que ça y est.

 Qu’est-ce qui a motivé votre choix ?

Ma troupe a la réponse. Ils sont les seuls à vous répondre.

 Après la prise du pouvoir, qu’allez-vous en faire ?

C’est très simple. Nous ne sommes pas venus nous éterniser. Nous sommes venus pour la reforme et la restauration de l’Etat. C’est ce qui est capital pour nous. Certes, les militaires se sont levés pour en arriver là, mais vous conviendrez avec moi que ça n’allait à aucun niveau de la chaîne de l’Etat. Il y a le problème de l’éducation car cela fait dix ans qu’il n’y a pas d’école, le recrutement au niveau de la fonction publique où il faut mettre la main à la poche pour être admis. Il y a  un vrai malaise social. Les civils se lèvent pour réclamer, mais c’est différent du cas de l’armée. Nous, on se lève avec quelque chose dont le civil ne dispose pas (ndlr : les armes).

 En vous écoutant, la situation au nord du Mali n’est pas la seule raison de votre prise de pouvoir ?

Pour nous, militaires, cette question occupe 70% de nos préoccupations. Mais, la cherté de la vie aussi nous touche en tant que citoyen. Le fait qu’il n’y a pas d’école touche nos enfants; le manque d’emploi touche nos familles (frères, sœurs, femmes). Il faut que les Maliens et les Maliennes soient rassurés. Encore une fois, nous ne sommes pas venus nous éterniser au pouvoir, encore moins, faire ce que nos prédécesseurs ont eu à faire. Sans quoi, on n’aurait pas dû amener un changement. Nous sommes venus d’abord exiger des conditions de vie descentes pour les Maliens et tout ce qui peut concourir à la bonne marche d’une armée digne, professionnelle et efficiente. Une fois que chaque soldat, à quelque niveau que ce soit, sait qu’il est nourri, logé, entretenu, soigné et pris en charge, au besoin, avec une formation de qualité, nous aurons donc un soldat de qualité, avec un résultat positif.

 Quelle garantie donnez-vous aux Maliens quant au retour du pouvoir aux civils ?

Je veux vous dire des mots qui qualifient ma personne. Honnête, sincère et je sais ce que je veux. Je n’ai même pas besoin du pouvoir à fortiori y revenir. Je promets que le pouvoir sera remis aux mains des civils dans le plus bref délai. Cela peut dépendre de la structure qui sera mie en place et qui sera un acquis pour le Mali et pour le soldat que je dois redevenir. Une fois de plus, je répète que je n’ai pas l’intention de m’éterniser.

Est-ce que vous êtes en contact avec la classe politique ?

Nous sommes obligés de travailler avec l’ensemble de la classe politique afin que les choses se normalisent. Nous avons échangé avec beaucoup d’entre eux et sous peu, un comité sera en place. Il sera constitué des représentants de toutes les forces vives de la nation, sans exception.

Qu’allez-vous mettre en œuvre pour endiguer la rébellion au nord du Mali ?

La sécurité au nord du pays demeure notre préoccupation majeure et je ne veux pas me permettre de me prononcer sur les stratégies mises en place. Nous sommes dans un Etat conflictuel et nous allons trouver les personnes ressources et les moyens nécessaires pour lutter contre ce fléau. Le but n°1 de notre mission est le retour de la paix au Mali parce que le Mali est un et indivisible.

 Est-ce que, selon vous, la situation est irréversible. Etes-vous en sécurité ?

Je voudrais vous dire quelque chose. Même en dormant avec sa propre femme, la sécurité à 100% n’existe pas.

 Quelle assurance donnez-vous aux Maliens quant à la sécurisation des personnes et leurs biens ?

Au lendemain de la prise du palais de Koulouba, la première mission que j’ai eu à confier aux forces de la garde nationale, de la police et de la gendarmerie, forces spécialisées en maintien de paix, a été de les envoyer sur le terrain afin de sécuriser les personnes et leurs biens. Des communiqués sont en train d’être diffusés pour rassurer les populations. Ceux qui vivent à Bamako et à Kati peuvent le témoigner, il n’y a aucun problème et les populations soulagées vaquent à leurs occupations. L’armée n’a pas été associée, parce que tout simplement, elle n’est pas une force de maintien de paix. J’en appelle au bon sens des Maliens et je précise que les actes de vandalisme ne font aucunement partie de notre mission. Ceux qui ont été victimes d’actes de pillage seront remis dans leurs droits jusqu’au plus petit centime.

Quelles réactions faites-vous aux déclarations de la communauté internationale et quel est le sort qui sera réservé aux personnes interpellées ?

Je pense que les gens se font de l’amalgame à Bamako et au niveau international. On nous traite de putschistes, de mutins. Je change le terme. Nous sommes des soldats qui ont juste pris conscience de la réalité et avons pris le risque de nous lever pour quelque chose. Nous ne sommes là pour tuer personne. Au moment venu, chacun répondra de ses actes devant une juridiction compétente. Ce n’est pas à nous de les juger. Le peuple sait qui a fait quoi et à quel niveau.

Propos recueillis par Mamadou DIALLO «Mass»  

SOURCE:  du   27 mar 2012.    

47 Réactions à Interview du capitaine Amadou Aya Sanogo, président du CNRDR : «Je promets que le pouvoir sera remis aux mains des civils dans le plus bref délai»

  1. je crois que il faud preciser au capitaine certaines points qu’il doit savoir, actuellement le mali est en face à trois problèmes:
    – le problème que ATT nous a laissé
    – le problème de la rebellion
    – lui même a créer un problème, ce dernier devient difficile à resoudre car même si son action est de bonne foi l’opinion internationale le condamne et par la suite aucune aide millitaire ne viendra à notre secour tand qu’il ne s’ecarte pas et laisser au peuple et aux hommes politiques de faire le travail de mise en confiance de notre pays, il a oublié qu’en Mars 1991 le peuple a mis fin au regime de Moussa Traore.

  2. politiqucin voulu gate au mali on ne pas dacore avec vous

  3. idy

    nous voulons le retablisement de l’ordre constitutionel, les casernes aux militaires et la politique aux politiciens. Nous voulons sauvegarder tous les acquis de notre democratie.On ne prend plus le pouvoir par la force ds armes mais par le vote.

  4. QJ

    monsieur le capitaine prenent les armements et allees au but on a assez tro d declarations inutiles comme dit le defit es la bonne chance

  5. ILLAL

    Ne lui jette meme pas l’epervier, peut etre qu’il faisait partis des pilleurs du pays

  6. sory-17

    Moi je pense que le plus objectif dans le cas actuel du mali n’est pas de manifester contre la junte mais de les soutenir afin qu’ils puissent faire une bonne transition , organiser les élections et
    rendre le pouvoir au président démocratiquement elu, parce que ATT ne va jamais retourner au pouvoir, même si on lui donne la possibilité, il va revenir au pouvoir pour dire quoi aux Maliens? que j’avais fuis je suis de retour? , il se sent assez humilié par le coup d’état et les propos tenu a son encontre par le peuple et même par certains hypocrites qui criaient sur tout les toits son nom . Le coup d’état est déjà fait, l’heure n’est plus a son appréciation , la ou nous sommes il est carrément insensé de porter une appréciation telle qu’elle soit a ce qui s’est passé, on ne peut plus revenir en arrière, soutenir la junte pour trouver une solution qui arrangerait le pays et mettre de coté les intérêts personnels et les orgueils.

    • ibssy

      Je suis vraiment du cœur avk ton idée mon cher frère. Il ne peut y avoir de paix sans qu’on optimise la situation.
      Le coup d’état est déjà consomé maintenant on doit penser à la sortie de crise.
      Par rapport au retour d’ATT (mdr) très rigolo.

  7. maka52

    Nouvelle sur att ci-dessous :
    Mali: le président malien en lieu sûr, possibles tractations en cours

    PARIS – La France a eu un contact téléphonique lundi avec le président malien Amadou Toumani Touré (ATT), qui l’a rassurée sur son sort, a-t-on appris mardi auprès du ministère des Affaires étrangères, alors que des tractations avec les mutins pourraient être en cours à son sujet.

    L’ambassadeur de France Christian Rouyer a pu s’entretenir par téléphone avec le président ATT, qui l’a rassuré sur son sort, a déclaré à l’AFP le porte-parole du ministère Bernard Valero, en refusant tout commentaire sur le lieu où se trouverait le président, victime d’un putsch mercredi dernier.

    Cet entretien a eu lieu lundi et le président Amadou Toumani Touré a également rassuré le diplomate sur le sort de ses proches, a ajouté Bernard Valero.

    Selon une source proche du dossier, Amadou Toumani Touré a expliqué à son interlocuteur être parti miraculeusement du palais présidentiel avec sa famille alors que le bâtiment était attaqué.

    Il a dit être en bonne santé, en sûreté, et a remercié la France pour son action diplomatique, a-t-on ajouté de même source.

    Ce contact avec le président malien, le premier obtenu par l’ancienne puissance coloniale et, semble-t-il, par un pays étranger, pourrait être suivi d’autres entretiens. Il est joignable, il peut nous joindre, indique-t-on désormais à Paris.

    Le lieu de résidence du président reste secret. Il est vraisemblablement protégé par des militaires loyalistes mais ne serait pas du tout dans une optique de préparer une contre-offensive comme l’ont affirmé jeudi dernier certains membres de son entourage, selon les sources contactées par l’AFP.

    La junte a assuré qu’il va très bien et affirmé qu’il était en sécurité, mais sans dire où il se trouve.

    Dimanche, le ministre de la Coopération Henri de Raincourt avait indiqué que, pour la France, Amadou Toumani Touré restait le président du Mali car rien n’est stabilisé.

    Il avait aussi vivement nié que Paris l’ait lâché en raison de son manque de vigueur à combattre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui détient au Sahel six otages français, une critique entendue à Paris depuis plusieurs mois.

    Henri de Raincourt avait aussi souligné que, pour la France, il n’y a aucun problème pour organiser des élections et ajouté que la Constitution malienne prévoit qu’en cas d’empêchement du chef de l’Etat, le président de l’Assemblée nationale assure l’intérim et permette un scrutin présidentiel.

    Des contacts avec Amadou Toumani Touré comme avec les mutins, représentés mardi à Abidjan dans un sommet extraordinaire des chefs d’Etat ouest-africains, pourraient permettre une sortie de crise selon ce schéma, selon des spécialistes de la région.

    En ce début de semaine, la France insiste beaucoup pour que les mutins rentrent dans leurs casernes. Le coup d’Etat est le fait d’une bande minoritaire qui a été elle-même surprise de sa réussite, commente-t-on à Paris.

    Aujourd’hui, c’est le blocage absurde avec le reste de l’armée qui n’a pas suivi les mutins et les Touareg qui progressent dans leur conquête du terrain dans le nord du pays, ajoute-t-on de même source, en prédisant au final un accord donnant-donnant pour que chacun sorte de la crise la tête haute.
    source de:
    http://www.romandie.com/news/n/_Mali_le_president_malien_en_lieu_sur_possibles_tractations_en_cours39270320121807.asp?

  8. koa

    SANOGO (CNRD de merde), regarde toi en toute objectivité dans une glace et tu verras que dans aucun pays digne du monde tu ne pourrais aspirer à autre chose qu’un poste de balayeur (cela n’a rien de péjoratif mais c’est ton niveau). Tu n’as rien compris puisque tout cela n’est motivé que par un désir de briller. Les grands hommes d’état ne cherchent pas à briller mais à rayonner. Je ne t’expliquerai pas ici la différence entre les 2 termes car vu l’état de tes yeux de drogué, aucun rayon de lumière ne peut en sortir.
    Tu es une calamité pour notre peuple. Pauvre de nous, tout ça est pathétique.

    • fabus

      Mon grand le problème est que le Mali n’avait plus de dignité.
      Raison pour laquelle ce jeune homme est ici en ces temps ci.
      Aussi n’oublies pas que les personnes qui avaient le niveau ce sont ces mêmes personnes qui ont pillé et trahir la nation malienne.
      Je cherche pas à deffendre sanogo loin de cela.C’est pour te dire que si tu verrais que nous sommes à cela ce que il y avait un desordre salut porte toi bien et il faut songer à analyser les problemes avec la logique et non la haine merci.

    • LEREVOLTE

      Tu es libre de dire ce que tu veux, les pauvres au Mali savent ce qui se passait. Tu a de la chance tu vies en France. Tu as tout le boulot a manger, et la ou dormir.

  9. stam

    mais c’est le discours de l’après putsch, vous savez c coup n résout absolument rien, la preuve, lui qui qualifie ATT d’incompétent parce que il prônait la voie pacifique, il use des communiqués pour dissuader les rebelles, soyons sérieux quel plan c capitaine vous propose par rapport à la situation (tant au Nord que dans la vie de la nation en général) et quelle analyse vous en faite. Même sur la durée qu’il estime consacrer au pays pour faire face aux problèmes, il ne parvient à l’estimer. comment apprécier un coup d force pour le plaisir de le faire parce que on a des dents contre le pouvoir en place. laissons nos égos de coté et pensons au Mali qui nous tt donné. soyons un pour demander à notre frère SANOGO d quitter quand il est encore temps d sa faire une sortie heureuse, si non plus tard, ça va être expliqué pour lui et alliés, mais le Mali restera

  10. avioce

    ce qui est arrive a ATT n’est qu’une suite logique de sa mal gestion du pays et il la merité meme si nous n’avions pas besoin de ce coup de l’etat en ces moments tres critique de la vie de notre pays.
    QU’ALLAH PROTEGE MON PAYS…..

  11. asterix

    l’ambassadeur de France a pu parler avec ATT hier 26 Mars et ce dernier l’a rassuré sur son sort et celui de ses proches (Le Point ,il y a 1/4 d’heure)

  12. Morales Fasso

    NOTRE VALEUREUX CAPITAINE SANOGO A TOUT SIMPLEMENT VOULU METTRE FIN Á L’APOGÉ DE LA LACHETÉ AU MALI. CELA EST LA DEUXIEME, APRES SANKARA, CHANCE POUR L’AFRIQUE DE RETROUVER SA PROPRE VOIE DE RÉUSSITE.
    OUI, CHERS COMPATRIOTES NOS AVONS FAIT DE LA LACHETÉ UNE VERTUE ET NOUS AVONS EU LE FRUIT: LA CRISE DU NORD-MALI.

    Bonne lecture sur la lacheté, dans l’espoir que nous allons pouvoir s’en guérrir! Le plus souvent le lache ne se réconnait, méme dans le mirrioir.

    APOLOGIE DE LA LACHETE

    Diogène

    Tout le monde recherche le bonheur idéal, n’est-ce pas la preuve qu’il demeure introuvable?
    Notre société qui n’entend pas céder au pessimisme semble empiriquement s’acheminer vers un état mythique et extatique du bonheur, en cultivant une qualité essentielle pour l’atteindre : La LACHETE… Hé oui ! Ne permet-elle pas en fuyant, d’éviter tout conflit familial, social ou professionnel et d’être en accord total avec son environnement ?
    La règle est simple : il suffit de donner raison systématiquement à vos interlocuteurs, d’éviter face à ceux-ci toute critique ou contestation tendancieuse, de laisser faire… en laissant entendre sans cesse que vous êtes guidés par l’amour et la tolérance. A ces seules conditions, vous deviendrez l’ami de tous !
    Si, d’aventure, on vous reprochait votre manque d’engagement, de responsabilité et d’esprit critique, il vous suffirait de déclamer haut et fort, que vous êtes respectueux de la personnalité d’autrui et que vous ne ferez rien pour en contrarier l’expression.
    Cultiver la lâcheté avec délectation et persévérance est la clef « passe-partout  » de la réussite totale. Il faut non seulement être lâche, mais être fier de l’être !
    Notre très estimé LA FONTAINE, ne fait-il pas dire par les animaux de ses fables, ce qu’il pense des hommes ? Ne conclut-il pas, par exemple, dans une phrase célèbre du corbeau et le renard :  » tout flatteur vit aux dépends de celui qui l’écoute…  »
    La lâcheté et ses divers attributs : la dissimulation, la tromperie et la flatterie prennent, chez notre fabuliste, une telle dimension esthétique que ses fables touchent à l’art et, qu’à ce titre, elles sont enseignées précocement aux enfants. Vivre aux dépens des autres, en parasite, par la flatterie… Quel merveilleux enseignement !
    De nos jours, qui oserait réfuter la valeur pédagogique des fables de La Fontaine ?
    L’apologie de la lâcheté doit par conséquent être unanime et reconnue comme une qualité sociale primordiale !
    Sur le plan sentimental :
    La personne que vous aimez ne souhaite-t-elle pas de vous que vous rendiez hommage à sa personnalité, que vous flattiez sa beauté, ses qualités morales et intellectuelles ? N’attend-elle pas également de vous que vous lui affirmiez que, pour vous, elle est la seule au monde et que vous n’existez que pour elle ?
    C’est cela la séduction : vous deviendrez aussi indispensable qu’une brosse à reluire pour une paire de chaussures ! Mariés, redoublez de vigilance car vous n’êtes pas à l’abri d’une poussée d’honnêteté, d’une réaction incontrôlée de franchise. Une simple critique pourrait altérer votre bonheur…
    Cultivez sans cesse votre ambition : haussez votre intellectualité à la hauteur ou culminent les poils d’une moquette… N’hésitez pas à rivaliser avec le quotient intellectuel d’une courgette ! Ces qualités spécifiques que vous développerez ainsi, sciemment choisies pour les avantages incontestables qu’elles vous apportent, vous mettront à l’abri d’éventuelles rivalités, dangereuses, qui compromettraient votre tranquillité.
    La formule est simple ! N’est-elle pas à la portée de tous ?
    Sur le plan professionnel :
    Ouvrez les yeux : les postes clés dans l’entreprise ne sont-ils pas occupés par des adeptes experts de la diplomatie, de la flatterie, de la politesse poussée jusqu’à l’hypocrisie ? Ils ont compris que les qualités intellectuelles, professionnelles, et l’honnêteté n’ont que peu de poids dans la réussite, au regard d’une bonne soumission aux règles de la lâcheté : plus on s’abaisse vis-à-vis d’un supérieur, plus on monte dans la hiérarchie !
    Aveuglé par la réussite, cet objectif cardinal est quelquefois perdu de vue par des personnes en place. Là, vous tenez votre chance ! N’hésitez pas à surenchérir par la flagornerie, en vous adressant au supérieur du poste convoité, critiquez votre rival, médisez sans cesse dans son dos, de manière anonyme. Ne faites jamais face à votre adversaire et si vous êtes découvert, niez, protestez, en affirmant apprécier tous vos collègues et que vous recherchez par-dessus tout la paix et l’amitié ! Vous passerez ainsi pour une victime qu’il convient d’aider et de protéger…
    Ceux qui limitent leur lâcheté, limitent leurs ambitions. La faiblesse, la couardise, la poltronnerie, la fausseté, la bassesse, l’indignité et la vilenie vous protègent en vous dissimulant. Ils répondent à votre instinct de préservation et satisfont de surcroît efficacement votre ambition…
    Sur le plan politique :

    A ce niveau, la lâcheté est un culte ! Aux qualités précitées, il est indispensable de posséder en outre, à un haut degré, deux qualités primordiales : le mensonge et la dissimulation, et une qualité supplétive : l’opportunisme, ou autrement dit, une grande aptitude à la trahison.
    En politique, les vestes sont réversibles en fonction des intérêts du moment et s’il fallait porter honnêtement les couleurs de la politique, c’est la veste multicolore de clown qui conviendrait !
    Réalisme oblige : qui oserait encore prétendre que pour réussir il faille des qualités autres que celles que nous venons d’énumérer ?
    La thèse que nous défendons, n�est pas une interprétation, mais une simple description asymptotiquement objective des us et coutumes de notre société, qui s’abuse en travestissant ses défauts en qualités, pour éviter toute manifestation de culpabilité.
    Le terme « tolérance  » mérite une mention spéciale, il est paré socialement de toutes les vertus alors qu’il n’est trop souvent qu’une forme travestie de la lâcheté.
    Les lâches de tout acabit défilent avec fierté sous l’étendard de la tolérance !
    L’exemple vient d’en haut. L’Etat démagogique fuit constamment ses responsabilités quand il s’agit d’appliquer réellement des réformes de fonds indispensables pour l’enseignement, la fiscalité, la sécurité sociale, la santé etc. par crainte des réactions sociales. Résultat, nous cumulons sans cesse des déficits…
    Les impôts records, en constante augmentation, s’imposent comme le prix de « notre pénitence  » face à des politiciens incohérents qui prônent publiquement la justice fiscale en surtaxant l’argent du travail plutôt que celui de la spéculation boursière. Les trusts financiers, les multinationales, tirent les ficelles des marionnettes gouvernementales, animées sur la scène publique pour manipuler la société. Ces puissances financières, férocement spéculatives, détiennent dans l’ombre réellement le pouvoir : celui d’inféoder à leurs intérêts exclusifs l’AFRIQE et l’ordre mondial par l’intermédiaire de leurs serviteurs politiques.

    Les adeptes prosélytes de l’hyper-tolérance, du laxisme, de l’irresponsabilité et de la lâcheté, ont tout lieu d’être satisfaits, car la société est maintenant à leur image.
    En conclusion : la lâcheté est devenue à l’heure actuelle la  » qualité  » dominante de notre société par les multiples gratifications qu’elle procure!
    Sera-t-elle prochainement plébiscitée et nominée pour prendre la 1ere place au palmarès de nos vertus ?
    Elle est présentement si généralisée, qu’elle est devenue statistiquement normale !
    Dans ces conditions, comment ne pas condamner toute déviance : l’honnêteté, l’intelligence, la loyauté, la franchise, l’oblativité, le courage, la volonté et la charité comme des qualités insurrectionnelles, qui troubleraient la paix sociale d’une société avachie, de cloportes irresponsables et souhaitant, par dessus tout le rester…

  13. babaduhon

    JUSTICE POUR LE PEUPLE MALIEN
    Apres tout ce bordel il faut qu’on traduise devant la justice toute cette bande de gangsters,il faut qu’ils comprennent que le mali n’est pas une maison les appartenant qu’ils peuvent fermer et rouvrir les portes comme ils veulent,le peuple malien ne pardonnera jamais cet act criminel.

    • Morales Fasso

      Soyons un peu plus créatifs surtout quand nous parlons du devenir d’une nation.
      Cela demande du coeur combiné á l’intelligence, du savoir acquis et déduit…

  14. Mali avant tout

    Au lieu de s’emprendre aux militaires, mettons toujours le Mali avant tout . Je suis tres desus apres tant d’echecs a tous les niveaux; que cela soit politique( democratie sans opposition, tout le monde se rallie derniere le president pour avoir sa part du gateau du jamais vu sauf en afrique en general et au Mali en particulier), soit social ( la dignite des maliens a disparu a cause de la pauvrete). Je ne suis pas pour un coup d’etat, mais, Je mets mon noble pays avant tout. Soyons just avec notre consience. L’histoire jugera tout le monde.

  15. manfredman

    La Constitution du Mali
    DECRET N° 92-0731 P-CTSP
    PORTANT PROMULGATION
    DE LA CONSTITUTION

    Conformément à l’Acte Fondamental N°1/CTSP du 31 Mars 1991 La Conférence Nationale a élaboré, Le Peuple malien, vu l’arrêt N°002 du 14 février 1992 de la Cour Suprême proclamant les résultats du Référendum Constitutionnel du 12 janvier 1992, a adopté, Le président du
    Comité de Transition pour le Salut du Peuple promulgue la Constitution dont la teneur suit

    TITRE XVII : DES DISPOSITIONS FINALES
    Article 121 : Le fondement de tout pouvoir en République du Mali réside dans la Constitution.
    La forme républicaine de l’Etat ne peut être remise en cause. Le peuple a le droit à la désobéissance civile pour la préservation de la forme républicaine de l’Etat.
    Tout coup d’Etat ou putsch est un crime imprescriptible contre le peuple malien.

    • AFRO

      Tu trouveras les même dispositifs dans cette qui a précédé la constitution de 1992, Malgré tout on à applaudi ATT, et 10 ans après il est venu se foutre de nous avec son clan.
      Le Mali avance.
      vive la démocratie dans la bonne gouvernance.

  16. doucara

    votre commentaire est nul
    vive Sanogo
    soutenons le pour avancer et mettre fin a cette rebellion

  17. Kassin

    La Chronique d’une autodestruction d’un peuple:

    Il était une fois le 26 mars l’an mille neuf cent quatre vingt onze, le peuple malien avait reçu à faire partir un régime corrompu et sanguinaire et instaurer la démocratie pour améliorer le bien être des maliens dans un espace de liberté et de justice.

    Je me souviens encore de l’immense espoir suscité.

    20 ans plus part, les opportunistes de tout acabit  et des ennemis du Mali, ont reçu à maintenir et à renforcer la corruption et l’injustice dans le pays qui touchent désormais toutes les sphères de la vie sociale.

    La passivité et l’insouciance face à ces deux fléaux ont accouché de deux méchants jumeaux:
     L’impunité et la médiocrité .

    Ces jumeaux ont maintenu les maliens parmi les nations les plus pauvres du monde malgré un espace de liberté retrouvée et d’estime de l’extérieur liés au mode de gouvernance démocratique du pays.

    Cependant les démocrates n’ont pas joué leur rôle, c’est à dire la vigilance qu’il faut dans un système de gouvernance démocratique pour assurer les contre-pouvoirs indispensables à la bonne gouvernance et dénoncer les pratiques et les maux qui gangrènent notre société.

    Alors qu’à tout moment ils pouvaient interpeller nos ministres à l’assemblée nationale, faire des marches de protestation et faire des propositions de lois et exiger par tous les moyens de droit que justice soit faite pour arrêter tous ceux qui impunément détournaient les deniers publics sans vergogne. 

    Il pouvaient le faire dans le cadre du droit et continuer à avoir l’estime et la reconnaissance de la communauté internationale.

    Ils ne l’ont pas fait, le système politique s’est au contraire transformé en système « griot » avec tous mes respects pour les hommes de caste.

    Pire l’école, l’enseignement et l’éducation du peuple ont été relégués  au second plan au moment où le chômage et la précarité avançaient à grand pas.

    Aujourd’hui quand on parle de ressources humaines, il ne faut même pas penser au Mali. 
    Quel gâchis!  

    Première bombe sociale qu’il fallait désamorcer à temps, mais hélas!!!

    Dans cette situation, la quête effrénée et éhontée du gain facile et non mérité a pris le dessus sur le travail bien fait avec vocation et engagement pour le pays et la nation.

    Tout était du faux, du simple produit à l’étalage dans un  marché à l’article d’un journal privé, en passant par la parole d’un ministre, incapable d’être dans le vrai.

    Cette situation a travesti la démocratie, l’école, la justice, l’administration, l’armée, la police, les partis politiques, les syndicats, les associations, les entreprises, les familles, la société civile bref toute la société sans que cela ne dérange personne.

    Il ne faut surtout pas critiquer, ou dénoncer sinon tu seras tout de suite traité « d’aigri », « de réactionnaire », de  « Coguèlè Tigui » de « A ka Kouma ka tian » etc. etc.

    C’est dans ce climat d’autodestruction programmée entretenue et voulue par tous (« Tiè N’ye N’Tassôrô fin na tiè »), qu’on a perdu notre armée, notre police, notre gendarmerie, notre école, notre administration, notre justice, bref on s’était trop égaré errant dans le néant du faux.

    Mais on avait l’estime de l’extérieur qui continuait à nous financer malgré « l’initiative riz », le « fonds mondial » bien d’autres forfaits, la liste est tellement longue que ce n’est même pas la peine d’essayer de les énumérer.
     Perte de temps pour les lecteurs.

    Alors l’aide américaine (militaire et civile), millenium challenge, l’aide chinoise, l’aide japonaise, banque mondiale, Bad, Boad, FMI, et bien d’autres continuaient à nous renflouer comme un enfant gâté.

    C’est pour cela qu’ATT a pu mettre en œuvre son PDES (le programme pas le parti). Multipliant ainsi des infrastructures économiques de base dans le pays. Mais on pouvait faire largement mieux si chaque franc dépensé était chaque franc effectivement investi dans des secteurs porteurs de croissance.

    Mais avec la guerre au nord, les maliens ont vu l’impuissance de l’armée malienne face à un groupuscule lourdement armé et déterminé pour nous reprendre une partie des terres de Kankou Moussa.

    Comme les capacités d’analyse des uns et des autres sont altérées par le manque de débats et de confrontations intellectuelles sérieuses sur les questions d’intérêt national, la majorité des maliens croient à une manque de volonté des pouvoirs de combattre le mnlaqmi plutôt qu’à une absence d’une vraie armée mieux formée et mieux équipée pour affronter toutes sortes de menaces sur notre sécurité.

    Et pourtant Ag Bahanga et ses lieutenants les ont alerté depuis 2006!

    Nos gouvernants successifs ont préféré entretenir une bandes de généraux et d’officiers supérieurs, à coup de milliards de nos francs, plutôt que songer à mettre sur place une vraie armée républicaine disciplinée  capable de défendre le Mali.

    Dans cette situation ne soyons pas étonnés de voir des mutins de Kati ne sachant même pas lire correctement leur propre communiqué.

     Il n’ont tout simplement pas eu la formation qu’il faut.

    Sinon en 20 ans de démocratie si tout le monde était correct dans son travail nous aurions pu avoir une armée respectable et respectée.

     Le Mnlaqmi n’oserait pas nous attaquer, les mutins de Kati n’oseraient pas, une seconde,  prétendre diriger ce pays.

    L’autodestruction continue malheureusement!

    Au lieu de nous remettre en cause et combattre la corruption et la médiocrité pour continuer à profiter davantage de l’assistance indispensable de nos partenaires extérieurs, on a choisi un régime d’exception décrié par tous.

    On s’isole, on pille, on se divise, on laisse avancer ançar dine et autres illuminés au nord, on se ridiculise.

    Des opportunistes de tout bord qui n’ont pas assez profité jusqu’à présent du système « griot », pensent avoir l’occasion rêvée pour achever le Mali. Et dès aujourd’hui il font commencer leur nouvelle campagne de détournement massif du peu d’argent public qui reste encore.

    Ils gravitent autour du Cnrdr comme des mouches, exactement à la manière de certains qui gravitaient autour d’Att (je pense aux donneurs de médailles et autres flatteurs qu’on ne voit plus depuis le 22 mars 2012) et toujours le même système du faux et de la fuite en avant.

    Mais pour combien de temps encore?
    Bon dieu pour combien de temps?

    Maliennes et maliens qu’on se dise la vérité il faut retourner vite à la démocratie et mettre la justice, le travail et le droit au centre de nos préoccupations pour redresser ce pays et marcher enfin dans du vrai.

    L’isolement d’un régime de quelques porteurs d’uniforme mal formés et illettrés de Kati, totalement agités avec bâton ridicule en main et casquettes bouffant les têtes, n’est pas une alternative crédible et viable au système politico-corrompu de nos pseudos démocrates.

    Les deux système conduisent le Mali au mur et au chaos.
     
    Si personne ne vous le dis en face, moi je le fais.

    Revenons dans le vrai avec le travail, le mérite, la vocation, et la justice dans un système de démocratie et d’état de droit en symbiose avec les autres peuples du monde.

    On n’a pas le choix, sinon c’est l’autodestruction assurée.

    Je suis désolé de vous dire la vérité.

  18. mogonta

    Voyous tu seras traduit a la justice par le peuple malien, toi et tes copains de merdes,
    Honte a vous et honte aux soldats maliens
    Tu ne seras jamais sur la tête du Mali tu mourras comme un chien
    Le peuple malien est courage et dévouer nous allons nous battre,
    Nous battre pour notre démocratie pour notre liberté, pour notre dignité, pour notre fierté car nous sommes les descendants de l’homme guerrier Soundjata Keita
    Le peuple malien est fort et déterminer a n’est pas être diriger par un voyous, par un ennemie d’Afrique et du Mali

    • fabus

      Mais tu etais où quand le pays etait pillé ?
      n’insulte pas ce jeune il n’a rien fait de mal.
      Donc si pourrais fermer ta grande guelle tu nous rendras service salut

      • BOUYEZY

        Et toi où étais-tu!?! Si tout ce que vous dites sur la corruption est vérifié, c’est Sanogo ne pouvait pas bénéficier de ses avantages (plusieurs formations et programme des USA, instructeur, etc) que par copinage, corruption et je ne sais quoi d’autre!!!!! Ne rabrouez donc pas les gens, ils ont le droit de défendre ce pour quoi plus de 180 personnes sont mortes en 1991 dont ces aventuriers brisent la mémoires.

  19. barakaba

    C’est une honte d’être malien; nous sommes devenu la risée du monde

  20. mogonta

    Voyous tu seras tranduit a la justice par le peuple malien, toi et tes copains de merdes, honte a vous et honte au soldats maliens
    Fils d’un chien tu ne sera jamais sur la tete du Mali tu mouras comme un chien
    Le peuple malien est couragé et devouer nous allons nous battre, nous battre pour notre democratie pour notre liberté,pour dignité,pour fierté, le peuple malien est fort et determiner a n’est pas etre diriger par un voyous, par un enemie d’afrique et du Mali

  21. asterix

    Sanogo se rend compte que les bottes qu’il a chaussées sont trop grande pour lui !s’il ne subit pas un jour le sort de Dadis c’est qu’il a beaucoup de chance :oops: :oops:

  22. ApemaM

    Est-ce que vous avez bien lu la partie de leur motivation? C’est grave vraiment grave ces genres de comportement!!! Renverser un gouvernement elu par le peuple parce que vous avez echoué à une négociation pour votre confort? Ce con veut negocier avec les rebelles? Mais ils pensent que les rebelles reflechisent comme lui ou quoi? Il a quelle legalité pour negocier avec les rebelles? Les issues de cette negociation engage lui et ses hommes ou le Mali? Il a interet à se clamer et liberer notre ORTM avant quîl ne soit trop tard lui. Le pouvoir, il l’exerce et l’exercera dans ce pays!!¨

  23. FANA

    Je vous en prie, un peu de respect pour le CNRDRE et L’ARMEE MALIENNE.Faisons plutôt des propositions concrètes pour une sortie de crise.

    • ApemaM

      Un peu de respect pour ces vayou? Ces ignorants manquent du respect à tout le peuple malien en donnant un coup de pied à ses institutions et nous mettre la honte à notre pays dans ce monde… Quel respect que tu demandes pour des Hommes qui se investi pour defendre le peuple et qui viennent de piller ce peuple et l’isoler du monde? Quel respect demandes-tu pour ces gens, il y a quelques jours vouloir matter les rebelles et aujourd’hui demande une negociation? Quel respect esperes-tu pr ces vayous qui osent parler au nom du peuple malien sans que celui-ci leur un mandat? Alors arretons un peu et dites à ces militaires de retourner dans leur casernes laisser notre ORTM en paix!!!

  24. Ndy

    Celui qui parlera de négociation avec les rebelles saura de quel bois je me chauffe. Vous foutez le bordel partout dans Bamako réclamant des armes et munitions pour aller combattre au nord et après avoir berner les gens vous voulez négocier ? Négocier quoi même ? Hé Soldats, montez vite au nord avant que Kidal ne tombe sinon…

  25. naaba

    Ce journaleux est un imposteur il n est pas l auteur de l article et sans vergogne il le signe quel kilo

  26. malipournous

    Soyons reel ces mutins ne se rend pas compte de leurs actes sanogo ne sait meme pas de quel merdre il a mit le pays si le Mali a un enemie ojourdhui c’est ce band ignorant,
    Pourquoi renverse 1 regime democratiquement Elu ATT a ete elu par les maliens, j’ai Jamai supporte ATT Mais ca ce pas question d’homme c une question de tout un pays, on est just entrain de construire de notre petite democratie qui est 1 exemple en afrique, sanogo ne se rend pas compte combien sa nous coute d’avoir la route democratie, si tu renverse un regime dictatorial tu sera 1hero, Mai personne ne te soutiendra si tu fais un coup a 1 democratque, ca c une honte pour le Mali en particulier et afrique en general, on a vai 1 president qui etait pres a quitter dans 1mois après les elections,pourquoi un tel acte,je suis Malien en etranger Mai j’ai honte de me presente comme un Malien pour la premiere fois, pour tout ces policiens asoife de pouvoir qui support ce coup Ils n’auront rien parceque les Maliens connaissent leurs intentions,ils s’enfoutent de notre interet,Mai leur poches
    Je demande a tout les Maliens de manifester leurs mecontentement dans la rue en pais et sans violence
    Vive le Mali vive la democratie

    • Morales Fasso

      Cher malipornous,
      Avec deux personne on peut également crier haut et fort  » MALI POUR NOUS ».
      La démocratie est UN MOYEN, PAS PLUS NI MOINS. UN REGIME DEMOCRATIQUMENT ÉLU PEUT BIEN ALLER AU MUR, EN CELA LE MALI N’EST NI LE PERMIER, NI LE DERNIER.
      C’EST FAUX, LE MALI N’A PAS ETE ET NE SERA JAMAIS L’EXEMPLE QUE vous sous entendez en écrivant :
       » on est just entrain de construire de notre petite democratie qui est 1 exemple en afrique « .

      Soyez intellectuellement un peu plus exigeant. LA DÉMOCRATIE NE PEUT EXISTER QUE DANS UN CONTEXTE, OUI , CONTEXTE CULTUREL.
      IL Y A DE DÉMOCRATIES.
      NOTRE « DÉMOCRATIE,IMPORTÉE, CELLE QUE VOUS DÉFENDEZ AVEC BEC ET ONGLES EST RÉVOLUE, PAS SEULEMENT AU MALI MAIS AU USA OÚ VOUS VIVEZ.
      VOUS NE VOUS RENDEZ PAS COMPTE…

  27. pengyou

    C’est aujourd’hui qu’on publie cette interview du 23 mars?? Vraiment en manque d’info,Le Pretoire.

  28. SankaraTom

    Nous sommes venus d’abord exiger des conditions de vie descentes pour les Maliens et tout ce qui peut concourir à la bonne marche d’une armée digne, professionnelle et efficiente….
    ….Nous sommes venus d’abord exiger des conditions de vie descentes pour les Maliens et tout ce qui peut concourir à la bonne marche d’une armée digne, professionnelle et efficiente

    Ahhhhh.EXIGER DE QUI?????? DU PEUPLE MALIEN…..? ARE YOU LISTNING TO YOURSELF?

    DIT TOI QU’ICI quand on parle du Mali.. on ne vois que des soldAST VOLEURS SE DISPUTANT DES TELEVISEURS OU UNQUI VIENS ARRETER SA VOITURE POUR Y METTRE UN FRIGO… DANS LES MILEIUX AFRICAINS, LE MALI N’EST JAMAIS TOMBE AUSSI BAS.

  29. 1FILSDUMALIBA

    Capitaine Sanogo, il y a une verite et une grande verite dans tes paroles. J’ai toujours dit je suis pour ce coup de force, seulement il devrait arriver plustot. Maintenant que le vain est servi, il faut le boire.
    L’important est que tu donnes tout le pouvoir a un tier parti pour que le recommence a rouler, apres avoir faire des compris. Le Pays est mal et tres malade. Ensuite restituer les vols, pillage et autres ont ete un grand facteur pour que le peuple vous tourne le dos. Personne n’ai ni aveugle, ni sourd pour savoir que le pays va tres mal et qu’il y avait plus d’autorite de l’etat, chacun faisait ce qu’il veut et dans tout cela la population d’en bas souffre amerment. Les detournements de biens publics et prives par des gros bras du clan att et autres, l’injustice,L’INSECURITE GRANDISSANTE A BAMAKO MEME.
    Seulement le temps presse et la population doit vivre en recommencant son train-train quotien dans la securite. Negociez et faites des compris. Le compris fait partie de la vie de quelque jour, en nations, peuples, familles, amis etc… Et donnez rapidement le pouvoir aux civils sur les neutres, sinon vous risqueriez de nous amener tous a une crise tres grave que ni toi, ni personne le souhaite. Il ne faut qu’il y ait un regret et pas de retour d’att.

  30. SankaraTom

    Le dialogue n’étant plus possible, « il fallait faire entendre la voix des armes ». Quand un militaire veut se faire entendre par la voix des armes, personne ne peut imaginer la portée.

    J’ai mi entre parenthese cette phrase pour que tu te rende compte de ce que tu dis. Parce que j’ai l’impression que tu te gargarise dans cette interview. Tu rendst-u compte de ce qu’encours un militaire en prenant les armes dans un milieu civiles. Va revoir tes manuels militaires.

    Quand un militaire veut se faire entendre par la voix des armes, personne ne peut imaginer la portée.QUAND UN MILITAIRE VEUT FAIRE ENTENDRE LA VOIX DES ARMES, PERSONNE NE PEUT IMAGINER LA PORTEE…. NON C’EST TOI QUI NE COMPRENDS PAS. ,…..Mais non de dieu VA FAIRE CONNAITRE CETTE PORTEE DE VOS ARMES AU REBELLES AU NORD.MRD ALORS. TU NOUS PRENDSPOUR DES OIES SUAVAGES?

  31. SankaraTom

    Sans meme lire ton interview j’ai deux a priori.
    1- Si ton coup a ete prepare, c’est toi qui doit etre traduit en justice pour crime comme il est precise dans l’article fondamentale- la constitution.
    2- s’il ne la pas ete, tu es passible de cours martial pour avoir mis la vie des milliers de Bamakois en danger en utilisant des armes de guerre en milieu civile. Et aussi d’avoir permit la partition du pays. Ne me dit pas que c’est la faute a ATT… ou ceci ou cela. « Tu casses, tu paies » Comme tu aimes a mettre l’accent sur tes formations americaines, tu dois te rappeler de ce generalqui disait en 2003, « You break it, you own it ».

  32. Foroski

    Laissez de cote les campagnes electorales et faisons face aux problemes epineux. Dans cette situation Kidal va tomber aux des rebelles. Et le pire est a venir avec la prise programmee de GAO et Tombouctou. Pour 6mois de transition avec les militaires quel est le probleme. Sanogo est malien comme les autres . Il agit parce que ca n’allait pas. IL a contribue a sa maniere pour trouver une solution au probleme. Etre president,c’est fait partie du destin. Qu’ALLAH le Tout Puissant sauve le Mali.

  33. Maliba12

    Personnellement j’accuse les pères et les mères de la democratie. Ils ont été incapables de prendre leur reponsabilités et ont boycottés la democratie en laissant un incapable, un homme sans parole, un trouillard et un faux militaire s’imposer pendant 10ans. Juste parcequ’ils cherchent leur propres interet.
    Maintenant qu’un enfant sinon un petit fils a eux prend son courage à deux mains pour l,avenir du Maliba, ils se lèvent pour le traiter de n’importe quoi. Quoi qu’il arrive aujourd’hui, mon cher capitaine, tu merites ta place et tu vaux mieux que ces vieux democrates qui ne pensent qu’à sucer le sang du peuple.
    Le capitaine été clair et net dans son discours. Au lieu de vous eterniser à dire que vous condamnez le coup d’etat, aidez le à mettre un gouvernement de transition pour mettre le Mali en marche.
    Sinon le trouillard est déjà en fuite.
    C’est honteux pour un general de se cacher commme un rat dans un trou.
    Sinon, le jour ou ATT a fait un coup d’etat, Moussa Traoré a dit  »Je me mets à la disposition du peuple malien ». C’est celui là qu’on appelle un general d’armée et non des fsnfarons.

    • jtraore

      C’est ça. On ça l’aider pour remettre le Mali en marche. Cor ça le prochain capitaine qui ne sera pas satisfait de cette marche fera également son coup d’état. On l’aidera également ce dernier. Il existe une voie legale pour convaincre un peuple et faire valoir ses idées. Un peuple convaincu est d’office vaincu. Aujourd’hui, on est vaincu. Pas convaincu. À quoi. À sert de dissoudre la constitution que le peuple à instaurer en payant cher? À quoi ça sert d’enlever la personne à qui le peuple a confié un mandat de 5 ans pour venir demander à ce même peuple d’aller aux urnes après que vous ayez atteind vos objectifs sans aucune légitimité?
      Dernière question pour quelles raisons Modibo Sidibé ancien premier ministre est arrêté et IBK, ancien premier ministre aussi ne l’a pas été ? Ni Soumaila Cissé ancien ministre aussi? Ça ne te paraît hasardeux tout cela?

    • Morales Fasso

      MERCI

  34. Prince94

    Discours des voyous soldats vraiment du n’importe quoi a quelque mois d’élection pamm pamm coup d’état c’était même pas organise comment tu va payé les fonctionnaires comment tu va payé tes soldats bonne question? Tu sais pas que sur les 100% de nos paye le Mali ne prend que 40% qui vienne de limpots et la douane hors que l’UE et nation unies on coupe tous les financement envert le Mali et la cedeao oci comment tu paye les gens avec tes balles en cachous que ta bombardé koulouba prépare toi pour offensif ou on te tuera en ville ta chassée quelque d’autre te fera oci prépare toi a beaucoup de surprise