Journée folle du 2 février: grande panique au Camp Para !

0
1

Les rumeurs, la semaine dernière, sont allées beaucoup plus loin qu’on ne le pense. En effet, le célèbre Camp des Commandos Parachutistes de Djicoroni a aussi été atteint dans sa sérénité.

La grande manifestation, due aux rumeurs, à l’intox et à la désinformation, du 2 février dernier, des populations à Bamako, Kati, Kayes, Ségou et Sikasso contre la mollesse du pouvoir dans la gestion de la guerre contre les bandits armés au nord du pays, aurait fait beaucoup de dégâts et porté un coup dur au moral et à la cohésion nationale.

Ce jeudi 02 février 2012, entre 12 h et 13 heures, un mouvement de panique a envahi le Camp Para de Djicoroni suite à une grosse rumeur qui faisait état de la descente imminente des manifestants au Camp. Cette rumeur prise au sérieux par le commandement a eu pour conséquence, le bouclage immédiat du Camp par des hommes en armes. On a battu le rappel des troupes avec le mouvement des hommes. Ainsi, les Bérets rouges sont sortis partout avec les armes au poing. Des engins de guerre ont été dépoussiérés. Des chars de combats, de blindés ont été mis en marche pour occuper les endroits stratégiques. Des instructions fermes ont été données à tous les occupants de se terrer chez eux. L’accès au Camp a été bouclé pendant un certain moment. Une situation presque d’alerte maximale qui a surpris plus d’un.

Heureusement que c’était encore et encore, une fois de plus, le fait du virus de la rumeur et de l’intox qui avait envahi la capitale et ses environs.

Rappelons que, la Compagnie Para de Djicoroni, unité d’élite dirigée depuis quelques mois par l’ancien aide de camp du président de la République, Colonel Abdine Guindo,  est chargée d’assurer la sécurité présidentielle.

D.T.K

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.