Kafougouna Koné, le cerveau

4

Ce n’est pas pour rien que le général d’armée Moussa Traoré dit avoir pardonné à tous les officiers auteurs du coup d’Etat de 1991, sauf Kafougouna Koné. Il sait très bien la place qu’il occupait à l’époque dans l’armée et le rôle qu’il a joué lors de son renversement. Au moment des événements de mars 1991, Kafougouna Koné était l’officier le plus ancien dans le grade le plus élevé. Il avait informé ATT, de l’intention d’Oumar Diallo dit Birus, de faire un autre coup. Selon nos sources, Birus dévoilera son jeu le 26 mars aux environs de 1h30 du matin quand il appela ATT au Camp Para, qu’il avait quitté trois quarts d’heure plus tôt, pour lui demander de le rejoindre afin qu’ils se mettent d’accord sur la liste définitive du Conseil de réconciliation nationale. Mais sur l’avis de ses officiers paras, le chef du Bataillon déclina l’invitation et requit de son interlocuteur que celui-ci fasse le déplacement. En attendant, aux alentours de 4 heures du matin, ATT proposa à Kafougouna Koné d’assumer en tant qu’officier le plus ancien dans le grade le plus élevé les fonctions provisoires de chef d’État. Celui-ci refusa en arguant du rôle prépondérant qu’avait joué son cadet dans les événements. Le général Kafougouna Koné a posé plusieurs actes de bravoure, lors de la guerre Mali-Burkina Faso, qu’il a été révélé au grand public avant sa participation dans les rebellions au nord du Mali. Aujourd’hui, le général Koné est au repos.

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Qu’il pardonne au diable ou pas , il ira en enfer. L’ombre de Modibo, de Yoro, de Cabral et beaucoup d’autres du 22, 23,24 et 25mars le poursuivront jusqu’au jour du dernier jugement. Lui qui se prĂ©tendait croyant en fermant bar et autres hotels aux mois de carème.

Comments are closed.