Le Directeur adjoint de la DIRPA, Lieutenant -colonel ouleymane Dembélé à propos de la reconquête de Kidal “Le gros du contingent de l’armée malienne est en route pour Kidal…”

0

Le service de la direction de l’information et des relations publiques de l’armée vient de lever toute équivoque concernant la présence ou pas de l’armée malienne à Kidal. Le lieutenant-colonel Souleymane Dembélé, directeur adjoint de la DIRPA, est formel lorsqu’il déclare  que l’armée malienne ne va pas rester  à la traine dans la reconquête de la ville de Kidal.  Il ajoute qu’un important contingent de l’armée malienne est en route pour cette ville et qu’il mènera sa mission jusqu’à son terme. Aux dires du LT-Colonel Dembélé, les soldats français qui sont arrivés à l’aéroport de Kidal depuis mercredi ont sollicité la présence de leurs homologues maliens. Il précise à juste titre qu’il n’y a aucune volonté délibérée de mettre de côté l’armée malienne dans la libération de Kidal et ses environs.

DGA Dirpa

Le conférencier a tenu à préciser que depuis le lancement de l’opération Serval, les soldats français et maliens ont toujours évolué en tandem aussi bien à Tombouctou qu’à Gao. La ville de Kidal ne fera pas exception à cela. Le lieutenant colonel Souleymane Dembélé, qui s’est voulu très rassurant, a insisté sur le fait que les opérations se déroulent correctement.

” La France est là pour nous aider et nous devons lui reconnaitre ce mérite et éviter certaines conclusions hâtives “. S’agissant de la présence du mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), l’officier de l’armée malienne estime que s’il est réellement armé, sa présence constituera de ce fait une menace pour le peuple malien.  Il soutiendra que l’armée va le poursuivre jusque dans ses derniers retranchements.

Nous n’allons pas faillir dans notre mission de reconquête de l’intégrité territoriale “, a-t-il souligné. Il a expliqué que quatre militaires maliens ont été tués mercredi par l’explosion d’une mine anti char au passage de leur véhicule entre Gossi et Gao.  Cinq autres militaires ont été blessés. Il s’agissait d’une patrouille de la garde nationale,  qui revenait d’une opération de sécurisation. Le conférencier, qui estime que cet incident n’est plus ou moins qu’un cas isolé, a  précisé qu’une équipe de démineur est déjà sur place.  Selon le lieutenant colonel Souleymane Dembélé, la mine a probablement été laissée derrière eux par les rebelles islamistes, fuyant la progression des troupes françaises et maliennes.

Par ailleurs, l’officier a précisé que les opérations de sécurisation, actuellement en cours, ne se limitent pas aux seules localités du nord. La région de Kayes, à travers Nioro du Sahel, est fortement sécurisée. Tout comme une partie de la région de Koulikoro, notamment les cercles de Nara et  de Banamba.  A la DIRPA, on estime que la stratégie de l’armée malienne est claire. Il s’agit d’occuper le terrain et de le nettoyer en mettant hors d’état de nuire l’ennemi. Cette mission, basée sur les renseignements, ne peut aboutir qu’avec le concours de la population.

C’est à ce niveau, a conclu le conférencier, qu’elle doit accompagner son armée en lui fournissant des informations fiables.

Abdoulaye DIARRA

PARTAGER