Le Premier ministre dévoile sa solution pour mettre fin à l’affaire des bérets rouges : Les instructeurs au Camp para, les autres à Gao et Tombouctou

3

A compter du 1er mars prochain, le régiment des bérets rouges sera scindé en deux groupes : le premier, composé d’une compagnie d’instruction va pouvoir rester au Camp de Djicoroni Para et l’autre groupe, constitué de deux compagnies, sera envoyé respectivement à Gao et à Tombouctou.

beret rougexxL’affaire dite des bérets rouges, qui ne cesse de défrayer la chronique ces derniers mois, est-elle définitivement réglée avec l’intervention des plus hautes autorités du pays ? On peut l’espérer. Le chef du Gouvernement, Diango Cissoko, en exécution des instructions reçues du président de la République par intérim, le vendredi 8 février 2013, a rencontré les représentants des forces vives de la nation (organisations de la société civile et différents regroupements politiques) et la hiérarchie militaire, le lundi 11 février 2013 ; les représentants du 33e Régiment des Commandos Parachutistes (RCP), le mardi 12 février 2013.

Le mercredi 13 février 2013, il a rendu compte au président de la République de ses premières conclusions. Il a estimé notamment que la voie du dialogue n’est pas épuisée.

Ainsi, avec l’accord du président de la République, le Premier ministre a poursuivi le processus de dialogue, en tentant à nouveau un rapprochement des propositions de sortie de crise formulées par les deux parties.

Il a eu plusieurs entretiens, le 14 février 2013, avec la hiérarchie militaire d’une part et les représentants du 33e RCP d’autre part.

A l’issue de ce processus, le Premier ministre a fait les propositions suivantes au président de la République, qui les a approuvées :

Les décisions de mutation des éléments du 33e RCP, prises par la hiérarchie militaire, seront exécutées.

Le 33e régiment des commandos parachutistes sera restructuré ainsi qu’il suit:

– une compagnie d’Instruction sise au Camp de Djicoroni Para;

– deux Compagnies sises, respectivement à Gao et à Tombouctou.

Les éléments des deux compagnies de Gao et de Tombouctou seront déployés à Ségou et à Sévaré pour leur mise en condition, avant leur engagement dans les opérations.

Le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants veillera à la mise en œuvre de toutes ces mesures. Celles-ci devront prendre effet, au plus tard le 1er mars 2013. Il faut rappeler que les doléances des bérets rouges se résumaient en quatre points essentiels : la réintégration du régiment dans le corps de l’armée et l’annulation de toutes les affectations ; l’amnistie et la libération des éléments en détention dont certains sont “chefs d’éléments sur le terrain, des largeurs et des moniteurs commandos “ ; la prise en charge effective et intégrale des frais médicaux des blessés et l’indemnisation des victimes lors des événements du 8 février 2013 ; le rétablissement de tous les droits administratifs du régiment et le payement effectif des arriérés de solde (6 à 7 mois pour certains) et la reprise sans délai du mécanisme de ravitaillement en céréales.

Joint par nos soins au téléphone pour avoir ses impressions sur les pistes de solutions préconisées par les autorités, le chef de la délégation des bérets rouges chez le Premier ministre s’est montré rassurant.

Le Lieutenant-colonel Seydou Moussa Diallo s’est félicité des décisions prises par les plus hautes autorités. “Nous sommes pleinement satisfaits par les solutions proposées. Elles vont dans le sens de nos préoccupations. On s’en tient à la déclaration du Premier ministre. Les bérets rouges, comme je le dis toujours, n’aspirent qu’à la paix. L’armée est une seule et même famille “, a-t-il déclaré.

Bruno D SEGBEDJI

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Pour ma part, je trouve la solution idoine. Le régiment parachutistes est une force spéciale qu’il serait difficile de faire disparaître brutalement. Il faut y apporter des reformes. Quant à son redéploiement, c’est juste de les faire regrouper en compagnies de combat hors de la garnison de Bamako où ils posent problème. Laver un affront n’est pas chose aisée. L’ex junte aussi bien que les parachutistes pensent chacun de son côté être victime de l’un et de l’autre. Il faut alors briser ce mur de méfiance avant la réconciliation. Les derniers évènements de Gao m’ont fait penser au rôle et missions des paras commandos. Cette unité spéciale est très utile dans des opérations de nettoyage et de dépollution . C’est pas avec les BRDM, les BTR et le BM 21 qu’on peut faire un combat de rue.
    VIVEMENT LA PAIX DES BRAVES .

Comments are closed.