Leadership militaire et résolution des conflits : Le DH Centre renforce les capacités des armées de la CEDEAO

0

Le Centre pour le dialogue humanitaire (DH Centre) a organisé les 20, 21 et 22 novembre, une rencontre au sein de l’Ecole de maintien de la paix (EMP) à l’invitation des forces armées de la sous-région ouest africaine et de leurs partenaires sahéliens, incluant des officiers des forces armées des pays suivants : Mali, Niger, Burkina Faso, Sénégal, Côte d’Ivoire, Bénin, Togo, Nigeria, Mauritanie, Algérie.

Dans un contexte d’insécurité régionale et de lutte contre le terrorisme, alors que les menaces sont largement transnationales et que les organisations qui visent à menacer la paix opèrent sur de vastes étendues, la coordination et la coopération entre les forces nationales des pays concernés directement doivent être au cœur des préoccupations. Le maintien de la cohésion et la capacité des officiers en charge des opérations à travailler en bonne intelligence avec leurs partenaires régionaux sont parmi les enjeux majeurs auxquels doivent faire face les autorités maliennes.

Cette cohésion dépend elle-même de la création et du maintien de la confiance au sein des armées et plus généralement du respect des règles et de l’éthique sur lesquelles se fondent les institutions militaires.  C’est ainsi que l’Ecole de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye (EMP) a abrité du 20 au 22 novembre un  atelier sur le thème “leadership militaire Mali-CEDEAO“, une initiative du Centre pour le dialogue humanitaire (HD Centre).

Les officiers des forces nationales concernées sont des officiers ayant travaillé en opérations extérieures et pouvant potentiellement être déployés, en ce qui concerne les pays d’Afrique de l’ouest, surtout dans le cadre d’une force de la CEDEAO d’appui aux forces maliennes dans le cadre de leurs missions. Cette rencontre avait notamment pour objectifs de  fournir aux participants, en trois jours des compétences et des outils méthodologiques et pratiques dans le domaine de la résolution des conflits, négociation, médiation, dans un contexte sécuritaire instable, permettre aux responsables militaires d’entamer une réflexion quant aux modalités pratiques qui peuvent guider leurs actions de terrain en situation de gestion de crise et d’opérations conjointes sur un espace régional. Et enfin favoriser la création d’un esprit d’équipe et d’un leadership entre l’armée malienne, les forces de la CEDEAO, et leurs partenaires au sein du CEMOC.

L’atelier sera l’occasion d’un partage d’expérience. Des simulations et mises en situation adaptées aux réalités régionales permettront également des mises en perspectives. Au carrefour des champs des modes de résolution de conflit, de l’analyse stratégique, des sciences de la communication, cette retraite vise à favoriser le renforcement des capacités des armées de la CEDEAO, afin qu’elles soient à même de répondre aux défis majeurs auxquels elles font face.

Le but de cette retraite est donc d’équiper les participants non seulement en concepts adaptés à leurs besoins mais aussi en outils opérationnels qui puissent se décliner simplement et rapidement entre les forces armées et plus généralement les corps habillés, et également faciliter les relations entre civils et militaires. Les techniques de communication propres à la facilitation et à la médiation, la conception de processus simples et adaptés à la gestion des tensions doivent notamment permettre de créer des cadres de références communs.

Lors de cette rencontre, les participants ont pris conscience de leurs propres comportements en tant qu’acteurs, et ils ont développé progressivement leurs compétences en forgeant leurs propres outils et méthodes.

En vue de son succès, ce séminaire a requis des participants une forte implication dans les simulations. Une réflexion collective a été menée visant à concevoir et mettre en place des solutions pratiques à un problème donné.

La dernière journée de la retraite formative a permis l’utilisation des outils pratiques en vue de résoudre un problème spécifique, choisi par les participants, et répondant aux questionnements suivants : urgence, importance, pouvoir, compétence. Il s’agissait d’une expérience forte de résolution conjointe des problèmes. Les solutions ont été élaborées par les seuls participants.

Signalons que le Centre pour le dialogue humanitaire est une organisation indépendante basée à Génève, dont la mission est d’améliorer la réponse apportée par la communauté internationale aux conflits armés. Elle s’y efforce par le biais de médiations entre belligérants et en soutenant l’action de la communauté des médiateurs au sens large. Le HD Centre est motivé par une approche humanitaire. Son objectif est de diminuer les conséquences des conflits violents, d’améliorer la sécurité et en fin de compte de contribuer à la résolution pacifique de ces conflits.

Bandiougou DIABATE

PARTAGER