Temps Forts
NEWS ALERTE 
il y a 2 années

Mali: des soldats maliens et burkinabè à Ber, après des affrontements entre Arabes et Touaregs

Decrease Font Size Increase Font Size Taille Police Imprimer
Des soldats burkinabè de la Misma, ici à Tombouctou le 23 avril 2013, sont intervenus à Ber aux côtés de l'armée malienne.. REUTERS

Des soldats burkinabè de la Misma, ici à Tombouctou le 23 avril 2013, sont intervenus à Ber aux côtés de l’armée malienne..
REUTERS

Ber, à 60 km au nord de Tombouctou, est le théâtre d’affrontements entre Touaregs et Arabes, les deux communautés s’accusant mutuellement de pillages et d’agressions. Dimanche 5 mai, des combattants arabes étaient entrés dans la ville, pour en sortir le soir même. Lundi 6 mai, ce sont les militaires qui sont arrivés.

C’est au petit matin, ce lundi 6 mai, que les militaires maliens et burkinabè sont entrés dans la ville de Ber. Ils y étaient toujours à la nuit tombée. « Les soldats resteront jusqu’à nouvel ordre », explique le colonel Bationo, qui commande les forces burkinabè de la Misma à Tombouctou. Il confirme que des combattants arabes sont repartis, dimanche 5 mai, au volant d’un camion et de deux pickups volés, après avoir pillé des boutiques et des maisons.

 

 

Un chef du MAA affirme ne pas contrôler ses troupes

« Ils n’agissaient pas aux ordres du MAA [Mouvement arabe de l’Azawad, nldlr] », affirme Mohamed el-Maouloud Ramadan, le chef du MAA, qui affirmait pourtant contrôler la ville depuis deux semaines. « Nous avons rappelé nos hommes aux frontières algérienne et mauritanienne », assure-t-il encore. « Ceux qui sont restés n’ont pas répondu à notre appel, ils ont voulu récupérer par eux-mêmes ce qu’on leur avait volé à In-Khalil. »

 

 

Tensions intercommunautaires

Depuis le départ, les combattants du MAA accusent les indépendantistes touaregs du MNLA de pillages. Raison pour laquelle une partie d’entre eux aurait d’ailleurs décidé de prendre en otage le fils du marabout de Ber, un Touareg, dont on est sans nouvelles depuis deux semaines.

 

 

Selon un habitant de la ville, les militaires auraient procédé à de nombreuses arrestations. « Nous avons regroupé des hommes », a concédé le colonel Bationo dans la soirée de lundi. « Mais ils doivent être libérés », a-t-il cependant assuré.

 

Par RFI

L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.

6 Réactions à Mali: des soldats maliens et burkinabè à Ber, après des affrontements entre Arabes et Touaregs

  1. amara
    6 commentaires
    8 mai 2013 à 15:18

    le MNLA composé de peuple maudit

  2. gina wadosan
    159 commentaires
    7 mai 2013 à 14:49

    The army will kill more civilians, in addtion to what arabs had already killed.

    • Ould Bakar
      216 commentaires
      7 mai 2013 à 16:15

      what about the MNLA criminals who started the killings
      :roll: :roll: :roll: :roll:

  3. 1FILSDUMALIBA
    4435 commentaires
    7 mai 2013 à 13:12

    Tous ces groupes armes doivent etre mattes, point. :twisted: .

  4. Iliaque
    364 commentaires
    7 mai 2013 à 10:05

    En Verité Quel est le Groupe armé au Nord qui controlerait ses troupes a Part Ancardine, Aqmi et Mujao!?
    Eux ils ont leur moyen de financement a eux (financement exterieur,drogues, otages) Mais les autres mouvements ne vivent que de vols et pillages d’ou l’impossibilité de canaliser les combattants!
    C’est Aussi cela les Realités de « l’Azawad »: vivre de razzias,de trafic mais aussi vivre chacun dans son cocon d’ethniciste,jamais de cohésion. »L’Azawad » ne saurait existé par une Ethnie encore moins par un tribut.
    Ce Qui est devenu un phenomene de mode, la création de mouvements armés par chaque Ethnie de la Zone dite de « L’Azawad » va continuer et bientot les « bozos ou Sorkos »,les « Bellas »,les « PEULHS »,les « Sonrhais » auront tous leur mouvement « AZAWADIENS ».Des lors que la boucle sera bouclé, la communauté internationale comprendra que l’impunité et le laisser-faire dans cette zone est la cause de tous les maux et qu’une Ethnie seule essai d’instrumentaliser le probleme a son profit.

    • Tirailleur Africain
      232 commentaires
      7 mai 2013 à 15:19

      Tu as vraiment bien résumé la situation Iliaque.
      Quand le chef du MAA aurait rappelé ses hommes aux frontieres, cela veut probablement dire que ces derniers font de la contrebande: importer des vivres de Mauritanie/Algérie pour le revendre au nord du Mali avec profit pour pouvoir vivre et financer leur mouvement…