Mali: l’armée tchadienne prend position à Kidal

16
Le départ des colonnes blindées tchadiennes pour la frontière malienne, le 22 janvier 2013.
Moussa Kaka/RFI

Des soldats tchadiens sont arrivés jeudi 31 janvier à Kidal, dans le nord du Mali. Des habitants de la ville les ont vus circuler dans les rues vendredi matin. Les Tchadiens ont pris leurs quartiers dans une caserne en ville. Leur mission consiste désormais à participer à la sécurisation de Kidal, aux côtés des soldats français, stationnés à l’aéroport, et des Touaregs du MNLA.

Général Mahamat Idriss Déby Itno

Commandant adjoint de la force tchadienne déployée au Mali

On n’a pas eu de problèmes avec les gens du MNLA, avec qui on a une très bonne relation d’ailleurs.

 

RFI

PARTAGER

16 COMMENTAIRES

  1. Le MNLA et le MIA doivent etre immédiatement désarmés par les forces de la coalition sur place. Ses responsables doivent être traduits en justice pour les exactions commises au nord notamment à Gao : saccages, vols, viols, assassinats,… Ce n’est qu’après cette justice rendue qu’on pourrait parler veritablement de reconciliation nationale.

    • A.Maiga …….et la clique de Kati t’en fais quoi ? Sanogo Imperator comme Bokassa ?? 😉 😉

      • …oh te souviens tu de ton produit – 😳 BOKASSA 😳 – une HONTE et une FABRICATION francaise…
        la difference est que SANOGO est une reaction a la fabrication francaise…tu comprends j’ espere…
        😉 FOUTEZ LA PAIX A SANOGO, QUE CHAQUE MALIEN AI UN COEUR SANOGO-UN COEUR DE LION ❗

  2. Bonjour,
    Il est difficile de vouloir être intégrer dans les négociations sans déposer les armes.

    Le MNLA et le MIA, tout comme tout groupe constitué de Maliens, doivent accepter l’engagement responsable pour pouvoir négocier avec les Maliens.

    Cet engagement responsable est constitué de principes (refus du terrorisme, non impunité, coexistence pacifique, respect des droits de l’homme, refus des amalgames) et de conditions (dépôt des armes, promouvoir la démocratie, intégrité du Mali et laïcité).

    La réconciliation nationale EXIGE des négociations ET LE DIet donc cet engagement responsable.

    • Bonjour,
      La réconciliation nationale EXIGE des négociations ET LE DIALOGUE ENTRE MALIENS et donc, cet engagement responsable.

      Sans un tel engagement (voir plus haut les principes et conditions à respecter) de chaque Malien et de chaque groupe formé de Maliens, il n’y aura pas de réconciliation durable entre les Maliens et la spirale de l’instabilité repartira.

      Sachant que la justice va faire son travail en mettant en avant la non impunité, en jugeant les actes et crimes commis par les uns et les autres, dont le MNLA, les Maliens doivent prendre de la hauteur et dialoguer ENSEMBLE en EXIGEANT LE RESPECT de cet engagement responsable et en constituant la commission nationale avec des ramifications régionales intégrant toutes les communautés du Mali.

      Méthodiquement, A TRAVERS LA NÉGOCIATION ET LE DIALOGUE, les Maliens arriveront à s’entendre en faisant valoir la justice. Ne soyons pas pressés. Avançons dans l’unité.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE

    • Bonjour Dr. Ag Rhissa…

      Je ne suis pas toujours d’accord mais je lis et respecte vos points de vue réfléchi …

      Moussa Ag,…qui encourage le DOC a persister … ça va payer pour le MALI …

  3. Vive le tchad et la france, pour eviter aux troupes maliennes une nouvelle debandade……

    Un beau message et respecter par les armées maliennes, pas un pas à Kidal…….. sinon ce sera la replie technique…..

    Pourquoi pas de troupes de CEDEAO à Kidal?

    • Mon cher ….

      KIDAL reviendra aux troupes maliennes et à leur alliés. Les bandits du mnla et du mia …doivent désarmer et vont désarmer ou perir…CA C’EST UNE CERTITUDE ….

      Peut être que tu as été qui ont cru à l’autres folie du ZAZAREVE …l’ex ÉTAT sans jamais être un état..

      Moussa Ag, qui demande aux frères de revenir a la raison ..

  4. Bien dit Black is beautiful.
    Disons simplement merci au Tchad. Nous sommes sûr que le Tchad n’est là que pour aider notre pays. Laissons le MNLA faire photo. Ils finiront par manger du sable la bas. L’essentiel est que les manliens (toute ethnie confondue) se sentent en securité et libre d’aller là où ils veulent sur notre territoire.
    Si vous avez remarqué les gars de RFI adorent les sensations fortes. C’est pour cela qu’ils parlent tout le temps de MNLA.
    Faut pas non plus les en vouloir c’est une radio en faillite qui ne vit que grace aux nouvelles africaines. Donc les reporters qui n’ont pas accepté le depart volontaire doivent à tout prix . . .

  5. Le MNLA s’est fondu dans les différents mouvements AQMI, Ansardine et les rues de Tamarasset et Tinza. Le petit groupe qui a été épargné par le MUJAO est composé de proche des islamistes qui avaient le feu de venir à Kidal quand ils voulais.

    Pour vous montrer qu’ils ne defendent que leurs interêts pourquoi ils ne viennent à Djebock et Tinoukar pour proteger les populations si c’est vraiment leur inquiètude.

    Le porte parole du MNLA est ressortissant de Bourem ou se trouvent ces parents, il n’ont subit aucune exaction. Les hommes se connaissent: il n’y a que des opportunistes au MNLA.

    Et puis, le général tchadien ne sait pas qui est MNLA et qui l’est pas et ils parlent déjà de collaboration
    Attention! Attention!

    • AMA ,ne prends pas le general tchadien pour un ignorant , c’est un vrai général , pas un truc de pacotille comme les généraux maliens 😉 😉 et les tchadiens sont les plus qualifiés et les mieux équipés pour se battre dans le desert .

  6. LES QUESTIONS :
    -Ou était les combattants du MNLA avant de venir libérer Kidal ?
    -Comment ont-ils mené leur offensive de libération ?
    -Avec quels moyens militaires ont-ils libéré la ville ?
    -Quelle a été leur stratégie pour libérer la ville ?
    -Ont-ils bénéficié d’un appui logistique de l’étranger ?

    Et bien, AQMI, Ansar dine, MNLA étaient tous ensemble dans la ville de Kidal au moment de l’offensive Française et Malienne, de source sûre.

Comments are closed.