Mali : « Nous sommes à 100% pour l’intervention militaire »

2 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

La Cédéao se prépare pour libérer le Nord

La tension est montée d’un cran lundi entre l’armée malienne et les islamistes d’Ansar Dine -groupe de Touaregs pro-chaira (la loi islamique)- et du Mouvement pour l’unicité et le jihad islamique (Mujao), lorsque celle-ci a procédé à des tirs de sommation contre ces jihadistes dans le département de Douentza. Si l’on se fie au calendrier fixé notamment par la France, l’intervention militaire au Nord-Mali pourrait se dérouler soit au premier trimestre de l’année 2013 ou alors à l’automne de la même année. A la veille d’un éventuel conflit armé, Afrik.com a tenu à donner la parole aux Maliens, de Bamako, afin de recueillir leur état d’esprit. Au-delà de l’inquiétude, c’est l’attente d’une libération qui prédomine. Réactions.

« L’intervention militaire serait salutaire ». C’est le sentiment qui prédomine auprès de la jeunesse malienne de Bamako, la capitale malienne. Alors que la France et les organisations ouest-africaines (l’Union africaine et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) chapeautent l’intervention militaire, les Maliens interrogés par Afrik.com s’inquiètent pour leurs frères qui souffrent au Nord-Mali et s’impatientent de la libération de cette région occupée presque dix mois par les islamistes notamment d’Ansar Dine -groupe de Touaregs pro-chaira (la loi islamique)- et du Mouvement pour l’unicité et le jihad islamique (Mujao).

Les Maliens plébiscitent la guerre

« C’est une occupation qui dérange. On n’est pas habitués à un Islam comme ça. L’intervention militaire serait salutaire, parce que la population souffre », confie à Afrik.com cette dame gestionnaire d’entreprise à Bamako. « Les plus pauvres deviennent démunis. Je n’ai pas peur de la guerre, comme on dit qui veut la paix prépare la guerre ! », s’exclame-t-elle.

Même si la guerre ne l’enchante pas, Alassane Diarra, âgé d’une trentaine d’années, jette lui aussi son dévolu sur l’intervention militaire qu’il décrit comme dernier recours pour sauver le Mali. « Si on peut l’éviter, ce serait bien. Sinon, on fera la guerre pour que le pays soit libéré, ils (les islamistes) veulent nous obliger d’appliquer la charia », nous affirme ce technicien en assurances. « Cette situation n’honore pas le Mali qui est une terre d’accueil, un pays uni et laïque. C’est une terre du vivre ensemble entre musulmans et chrétiens », renchérit-il. « Ce qui se passe c’est regrettable. La population du Nord-Mali fait les frais de l’occupation des islamistes venus d’ailleurs. Nous compatissons », déplore-t-il.

Même son de cloche du côté de Oumar Ballo. « Nous sommes 100% pour l’intervention militaire, souligne-t-il, car la situation est bloquée. Nos frères qui sont au Nord souffrent », s’offusque ce jeune étudiant de 25 ans qui, jadis, souhaitait quitter le Mali une fois son diplôme de licence de physique appliquée en poche. Depuis les choses ont changé : « Malgré la situation actuelle, je veux quand même rester au Mali. Peu importe les circonstances, nous sommes Maliens », lance-t-il.

Ce jeune homme reste tout de même lucide sur le contexte tendu de son pays. Il envient alors à s’étendre sur ses envies de renouveau : « Il faut un changement démocratique en commençant par l’Etat. Il y a une mauvaise gouvernance, le gouvernement dans son ensemble doit doit changer de comportement », nous explique-t-il.

Nord-Mali : les étudiants en danger

La situation des étudiants maliens se dégradent de plus en plus, surtout dans le Nord-Mali où les écoles sont saccagées et fermées par les islamistes qui imposent l’école choranique. Le Collectif de soutien aux étudiants déplacés du Nord-Mali s’occupe depuis plus d’un an de ces jeunes hommes et a réussi à soustraire une partie d’entre eux de Tombouctou et Gao, deux régions administratives occupées par les islamistes, et à les ramener à Bamako où il les héberge dans un centre culturel.

« Ils ne pouvaient pas rester la-bas (au Nord-Mali) sans étudier. Nous leur donnons des cours de rattrapage pour les remettre à niveau. Nous avons rencontré beaucoup de problèmes, au départ, pour les inscrire dans des écoles car ils sont arrivés en vitesse sans documents, les actes de naissance par exemple », témoigne Oumar Konta, le président du Collectif de soutien aux étudiants déplacés du Nord-Mali.

Les islamistes occupent depuis le mois de mars le Nord-Mali et entendent imposer une République islamique au Mali. Ce qui se ressent d’ores et déjà au Nord du pays où la musique est interdite, les femmes sont voilées et les amputations sont légion. L’ONU a voté une résolution autorisant l’intervention militaire mais, le conflit ne pourra pas avoir lieu tant que l’armée malienne n’est pas reconstituée et le Capitaine Sanogo et sa junte ne sont pas écartés du pouvoir civil. A Bamako, les Maliens sont donc persuadés que l’attaque contre les islamistes reste la seule solution pour sauver le Mali de l’islamisation.

mardi 8 janvier 2013 / par Sébastien Badibanga

afrik.com