Mandat de la Minusma : Une évaluation de très haut niveau est nécessaire

0

Une évaluation de très haut niveau est nécessaireUne importante délégation des Nations Unies conduite par Edmond Mullet, sous-secrétaire général chargé des opérations de maintien de la paix, a bouclé vendredi dernier un séjour de six jours dans notre pays. Avant de s’envoler pour New York, la mission a rencontré le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Coopération internationale Abdoulaye Diop pour faire le point  d’un an de présence de la Mission de stabilisation des nations unies au Mali (Minusma). La séance de travail s’est déroulée dans la salle de conférences du département en présence du secrétaire général Mamadou Macki Traoré, de l’ambassadeur représentant du Mali près des Nations Unies, Sékou Kassé et du chef de cabinet par intérim, Adama Diarra. Rappelons que  c’est la première mission d’évaluation des Nations unies dans notre pays.

Abdoulaye Diop a indiqué que c’est avec un grand plaisir qu’il accueille ses hôtes qu’il retrouve après leur rencontre à New York, il y a seulement quelques semaines. « Nous apprécions l’intervention des Nations unies dans notre pays et l’accompagnement dont le Mali continue de bénéficier « , a insisté le ministre. L’intervention de la Minusma a aidé à obtenir des résultats non négligeables. Ibrahim Boubacar Keïta a été élu avec une majorité confortable au terme d’une présidentielle bien organisée. Les élections législatives ont pu se tenir et toutes les institutions de la République sont en place.

Le ministre Abdoulaye Diop a remercié le sous-secrétaire général pour avoir eu l’initiative de cette mission d’évaluation qui va certainement ouvrir des discussions sur l’utilité de donner un nouveau mandat à la Mission qui achève son mandat actuel le 30 juin prochain. Durant son séjour au Mali, la délégation a parcouru l’intérieur du pays. « Vous avez la situation en main, d’importants efforts ont été faits. Nous souhaitons maintenant accélérer la cadence », a indiqué Abdoulaye Diop. La situation alimentaire avec l’arrivée des refugiés constitue une forte préoccupation de nos plus hautes autorités qui souhaitent que les Nations unies continuent à nous assister.

Le sous-secrétaire général des Nations Unies Edmond Mullet chargé des opérations de maintien de la paix s’est dit honoré se pouvoir échanger avec la partie malienne. Il s’est montré satisfait de constater que notre Mali a obtenu des avancées remarquables avec la tenue de l’élection présidentielle et des législatives. Les préparatifs pour les communales vont bon train. Le responsable des opérations de maintien de la paix a admis que les réalités d’hier ne sont pas celles d’aujourd’hui. La mission a évalué très positivement les responsabilités de la Minusma et sa capacité opérationnelle au Mali. Comment maintenant faire face aux nouveaux défis qui se posent ? Il faut, selon Edmond Mullet, une évaluation stratégique de très haut niveau. Parce que, analysera-t-il, malgré les progrès accomplis, il y a beaucoup de choses à faire au Nord avec l’insécurité. Il faudra reconfigurer la mission, a admis le sous-secrétaire général chargé des opérations de maintien de la paix.

S. DOUMBIA

PARTAGER