Mettre fin à la crise au sein de l’armée, une tâche laborieuse

4

Dioncounda_TLe Premier ministre Diango Cissoko a reçu quatre heures durant une délégation de bérets rouges mardi 12 février. Il avait reçu la société civile, la classe politique et la hiérarchie militaire lundi. Les consultations à la primature ont sans conteste contribué à l’apaisement, suite aux échanges de tirs vendredi dans le camp des parachutistes. La crise entre les bérets rouges, proches de l’ex-président Amadou Toumani Touré, et les bérets verts, qui l’ont renversé, court depuis dix mois au Mali. Le président a sans doute à cœur de mettre rapidement fin à une crise qui décrédibilise le Mali et son armée, à l’heure où la communauté internationale vole à leur secours. Mais il sera très difficile de satisfaire les différentes parties à ce conflit.

Il est peu probable que le chef de l’Etat par intérim ose prendre le risque de radier les bérets rouges. « Il serait insensé de lâcher dans la nature, pour reprendre l’expression d’un bon connaisseur du dossier, plusieurs centaines de membres d’un corps d’élite », même s’ils refusent d’être dispersés au sein de différentes unités de l’armée malienne.

Il sera intéressant, en revanche, de voir à quel point les autorités civiles du Mali oseront s’affranchir de la pression de l’ex-junte et de la hiérarchie militaire. Cette dernière n’a pas vraiment observé l’esprit de réconciliation prôné par le président Dioncounda Traoré, au soir des tirs fratricides de vendredi.

Le lendemain de son allocution télévisée, les bérets verts ont en effet investi le camp du régiment de parachutistes, et y ont installé des blindés. Le ministre de la Défense Yamoussa Camara a ensuite convié les médias pour menacer les bérets rouges de procédures disciplinaires, alors même que le Premier ministre entamait des consultations sur ce dossier épineux.

Signe de la tension alimentée par cette crise interne à l’armée malienne, des responsables politiques de tous bords, en parallèle des entretiens à la primature, ont été conviés dans les locaux de la sécurité d’Etat pour des interrogatoires qui portaient essentiellement sur la question des bérets rouges.

Par RFI

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. ATT EST MALIEN ET IL y AVAIT LES BERE VERT ,BERET ROUGE AU MALI SES NEST PAS LUI LE FONDATEUR DE SE CORP DELITE MALIEN
    LA DECISION EST SÎ SIMPLE POUR LE PRESIDENT SIL VOIE QUE LE MALI DE DEMAINS ,SUIVRE L’EXCEMPLE DES GRAND NATION POUR AVANCE PLUS VITE LES OCCIDENTAUX ON PRIT L EXCEMPLE SUR LES ARABE POUR CONSTRUIRE LEUR ETAT . ILS NE PEUT Y EXITÉ L’ARMEÉ A LA MALIEN OU UN GOUVERNEMENT A LA MALIEN.
    IL FAUT JUSTE VOIRE LE MALI ,UN MALI INDIVISIBLE UN MALI A RECONTRUIRE DANS TOUT SON ETAT,UN CHANGEMENT DE MANTALITÉ POUR TOUT LES MALIENS ET MALIENNES ET MALIEN D ADOPTION, METTRE L’ARMEÉ EN PLACE .CHAQUE UNITÉ A SA PLACE DANS UNE NATION BERET ROUGE,BERET VERT ,GARDE PRESIDENTIELLE,POLICE,GANDARME,SAPEUR POMPIER ,PIONNIER,SES UNITÉ NE SON PAS UNE INVENTION MALIEN ,NI FRANÇAIS,OU AMERICAIN.SUIVRE L EXCEMPLE D’UNE REUSITE MONDIAL POUR MIEU AVANCE.
    QUE DE SE LESSE EMBARQUE AVEC LES DÉCULOCTEUR DE L’ARMEÉ MALIENS QUI ONT FAIT DU MALI LA RUZE DE LA SOUS REGION,UN MINISTRE DE LA DÉFENCE QUI SES VUE PRENDRE LES 2/3 DE SON TERRITOIRE ET DÉCLARE QIL NEST PAS EN GUERRE.TANDIS QUE LE MONDE DIT NOUS ALLONS EN GUERRE CONTRE TERRORISTES DES NARCOTRAFIQANT LES BAFOUEUR DE L’ISME,POUR LIBERE LE MALI, UN MINISTRE QUI A MONTRE TOUT SES BABLESSE ,
    JE DIT JE LE REDIT ,TOUT LES MEMBRE DU CNDRE DOIVE ETRE POURSUIVI EN JUSTICE ,POUR ALLIENCE AVEC TOUT LES GROUPE TERRORISTES QUI ON ATTAQUE LA NATION MALIENS .
    OUI LE MALI EST EN GUERRE.

  2. Les bérets rouges sont un régiment de l’armée malienne par conséquent de la nation. Elle n’est ni plus ni moins un bien propre ou une milice de ATT. Arrêtons ,cette crise entre les corps des armées n’est autre que l’œuvre du capitaine Sanogo. Il appartien au président par intérim de prendre ses responsabilités en tant que chef des armées. Si Dioncounda à eu le courage de se défaire du poid de Sanogo qui pèse sur lui, en faisant appel à la France, il aura le même impétence à maintenir ce régiment d’élites qui existe partout dans le monde. Dissoudre ce corp serait une erreur monumentale.

  3. rfi, tous les maliens sont françois grâce à l’opération serval, mais amalgame que rfi fait sur les bérets rouges est insupportable, ils ne sont pas plus proches de att que les autres, les bérets rouges, ils sont tout simplement des soldats maliens, créés depuis la 1ère république, qui ont servis tous les régimes successifs du mali. le terme rétrograde de proche de att ne doit pas venir de rfi, ça suffit maintenant. le président dioncounda doit dégager s’il est incapable de mettre sanogo et sa bande aux arrêts. la france n’ira pas tant que sanogo et sa bande perturbe le sommeil des maliens. combien de temps la communauté internationale va se battre contre les islamistes et fermer les yeux sur sanogo et sa bande par qui le mali est venu?

  4. monssieur le president de la republique chef supreme de l.arme malien tu doit prendre ta responssablite la cdeao le comaute internationnal ton aide ate debarasse de cette histoire tu a refuse toi meme on a amniste l.agensse por qu.il part te lesse le povoir tu a refuse de les ecarte tu lesse l.etamajort la defensse la securite la justice dant leur main tu croique avec se meme gensse tu peu organise des election tant que tu reste avec eux tu aura toujour des probleme fait un efort pour les equarte tu peu reussi san sa rien ne va se faire comme tu veu je sait sa la soohait du cdeao la france l.unite african la nation uni mai ils peu pa ajire a ta place

Comments are closed.