Morts au service des Nations Unies pour la paix au Mali

0
Morts au service des Nations Unies pour la paix au Mali

Ce vendredi 10 juin 2016, six Casques bleus ont une dernière fois été salués par le personnel de la MINUSMA, les autorités maliennes, les délégations du Togo, du Sénégal et le corps diplomatique accrédité au Mali. C’était au cours d’une cérémonie d’adieu au Quartier Général de la MINUSMA, où, un dernier hommage a été rendu aux cinq Casques bleus togolais tués dans la région de Mopti le 29 mai dernier, Journée internationale des Casques bleus, et à leur frère d’armes sénégalais, décédé des suites d’une crise cardiaque le 3 juin à Gao.

La marche funèbre, la sonnerie aux morts, les cercueils, les médailles décernées à titre posthume et les hommages viennent rappeler à nouveau, à quel point le combat pour la paix est un noble sacrifice.

 

Placée sous la co-présidence du Représentant Spécial Adjoint du Secrétaire Général des Nations Unies, en charge du pilier politique de la MINUSMA, Monsieur Koen Davidse ainsi que du Ministre malien de la Sécurité et de la Protection Civile, le Colonel Major Salif Traoré, représentant le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, de nombreux officiels maliens et étrangers étaient également présents à cette cérémonie, au premier rang desquels le Commandant de la Force de la MINUSMA, le Général de Division Michael Lollesgaard, le Représentant Spécial de la CEDEAO, M. Chéaka Aboudou Touré, le Chef d’Etat-major Général des Armées maliennes le Général de division Mahamane Touré, le Chargé d’Affaires de l’Ambassade du Sénégal, le Consul Honoraire du Togo au Mali et le Chef d’Etat-Major Général Adjoint de l’Armée du Togo, ainsi que les membres du Corps diplomatique accrédités au Mali, des représentants des agences du Système des Nations Unies et les partenaires de la MINUSMA que sont EUTM et Barkhane.

 

Soldats aguerris, professionnels chevronnés, l’adjudant Tchadabalo, les sergents Landja, Bamazi, et les soldats de première classe Tchédré et Akoto du Togo ainsi que le soldat de première classe Thioune du Sénégal, l’étaient tous assurément.

Né en 1977 dans le sud du Sénégal, c’est à 20 ans tout juste, que Kalilou Thioune intègre l’armée de son pays. Il obtient 3 fois la médaille des Nations Unies, qu’il a servies en Guinée Bissau, en République Démocratique du Congo et en Côte d’Ivoire, avant de venir à Gao au Mali. Mort des suites d’un malaise, le Soldat de première classe Kalilou Thioune était apprécié. « Partout où il a servi, le soldat de première classe Kalilou Thioune a été noté par ses supérieurs comme un élément discipliné, travailleur, donnant entière satisfaction. Son sens élevé du devoir et son professionnalisme lui ont toujours permis de remplir avec brio les missions qui lui ont été assignées au cours de sa carrière au Sénégal et dans les théâtres extérieurs. » Tels furent les mots choisis par le représentant du contingent Sénégalais dans l’oraison funèbre, pour décrire le soldat défunt.

Tous pères de familles, sénégalais et togolais, ces Casques bleus, sont tous morts dans l’exercice de leur fonction : au service des Nations Unies pour la paix au Mali.

 

Devant leurs dĂ©pouilles, le reprĂ©sentant du bataillon togolais, leur a ainsi rendu hommage : « Vous ĂŞtes venus ici au Mali en bons soldats : courageux, disciplinĂ©s et vigoureux avec la ferme volontĂ© et la dĂ©termination d’apporter votre contribution au retour de la paix dans ce pays frère qui est le Mali. ». Les cinq soldats togolais de la paix Ă©taient d’ailleurs de retour d’une mission d’une semaine, dans le cercle de TĂ©nenkou lorsque les ennemis de la paix se sont, une fois de plus, lâchement manifestĂ©s, Ă  l’aide d’engins explosifs improvisĂ©s. BaptisĂ©e “OpĂ©ration Sofia”, cette mission consistait notamment Ă  procĂ©der Ă  des manĹ“uvres, des contrĂ´les de zone, des reconnaissances d’axes, des escortes de convois humanitaires et des consultations mĂ©dicales gratuites, au profit des populations du cercle de TĂ©nenkou. En prĂ©lude Ă  cette mission, l’avant-veille, l’unitĂ© avait dĂ©jĂ  fait l’objet d’une première attaque ratĂ©e, ayant tout de mĂŞme fait 5 blessĂ©s et rendu leur vĂ©hicule blindĂ© quasi inutilisable. Un affront qui n’a, en rien, entamĂ© leur dĂ©termination et qui leur a permis de remplir cette dernière mission.

 

Présent au Quartier Général de la MINUSMA, le Grand Chancelier des Ordres Nationaux du Mali, a, « présenté les condoléances du Président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, qui l’a personnellement dépêché ici ce matin », a-t-il déclaré avant de décorer les six Casques bleus. La médaille de la Croix de la Valeur Militaire à titre étranger et posthume pour les cinq togolais et la médaille de la Campagne Militaire à titre également étranger et posthume pour le sénégalais.

Les six soldats ont également été décorés de la médaille des Nations Unies à titre posthume, par le Général de Division Michael Lollesgaard, Commandant en chef de la Force de la MINUSMA. Un Général rompu à ce funeste exercice et qui ne souhaite plus qu’une chose : que cela  s’arrête! Pour ce faire, il en appelle à l’union de l’ensemble des acteurs : « Maintenant, plus que jamais, il est important que nous, la communauté internationale ainsi que les parties signataires de l’Accord de Paix, soyons ensemble contre les terroristes. » a-t-il plaidé.

« J’adresse au nom de la MINUSMA mes condoléances les plus attristées aux familles ainsi qu’aux Gouvernements et peuples du Togo et de la République du Sénégal (…) J’ai une pensée toute particulière pour les épouses et les 17 enfants (le nombre total d’enfants des six défunts ndlr), » a déclaré le Représentant Spécial Adjoint Koen Davidse.

Cependant et comme cela l’a, à maintes reprises, été affirmé par le Représentant Spécial du Secrétaire Général et Chef de la MINUSMA, Monsieur Mahamat Saleh Annadif, Monsieur Davidse a  également réitéré dans cette allocution, la volonté de la MINUSMA de « poursuivre leur mission (celles des Casques bleus tués) en faveur de la paix pour qu’enfin le Mali redevienne une terre où tout est possible. Aujourd’hui nous pleurons les nôtres demain nous sèmerons à nouveau les graines de la paix, » a-t-il ajouté au cours de cette cérémonie pleine de douleur et d’émotion.

La Minusma

 

PARTAGER