Oise : le 5e soldat tué au Mali était originaire de Pontpoint

4
Tué samedi au Mali lors d’une opération militaire dans le nord-est du pays, Alexandre Van Dooren laisse derrière lui une fille de 2 ans et sa compagne, enceinte de leur deuxième enfant. | (DR.)
Tué samedi au Mali lors d’une opération militaire dans le nord-est du pays, Alexandre Van Dooren laisse derrière lui une fille de 2 ans et sa compagne, enceinte de leur deuxième enfant. | (DR.)

Décédé samedi lors d’une mission dans le nord-est du pays, Alexandre Van Dooren a grandi dans l’Oise, où vit encore sa famille.

« C’était notre fils unique… C’est très dur », souffle au téléphone d’une voix fébrile Isabelle Van Dooren, la mère d’Alexandre, le soldat tué samedi après-midi au cours d’une mission dans le nord-est du Mali.

Originaire de l’Oise, il est le cinquième militaire français à avoir perdu la vie depuis le début, le 11 janvier dernier, de l’intervention militaire menée par la France dans ce pays.

Agé de 24 ans, ce caporal du premier régiment d’infanterie de marine d’Angoulême (Charente) participait à une opération destinée à rechercher des groupes terroristes quand le blindé de reconnaissance qu’il conduisait a sauté sur un engin explosif. « On n’en sait pas plus que ce qui a été dit dans les médias. Cela reste très flou », indique Isabelle Van Dooren.

Elle et son mari ont appris la nouvelle dans la soirée de samedi, depuis le domicile familial de Pontpoint, près de Pont-Sainte-Maxence. « Un militaire d’Angoulême nous a appris la nouvelle par téléphone. Puis une délégation de la base de Creil est venue nous voir. C’était la volonté d’Alexandre de s’engager dans l’armée. On ne peut que respecter son choix », lâche Isabelle Van Dooren.

Ce dernier était parti au Mali le 24 janvier. « Il nous appelait de temps en temps pour donner des nouvelles. Mais il en donnait surtout à Pauline », sa compagne depuis huit ans, actuellement enceinte de leur deuxième enfant. Le jeune soldat était déjà papa d’une petite fille de 2 ans.

Amateur de sport, il pratiquait le judo

Décrit comme quelqu’un de « très réservé », Alexandre Van Dooren a passé toute sa jeunesse dans l’Oise. Né à Senlis en 1989, il grandit entre Pont-Sainte-Maxence, Nogent-sur-Oise, Rantigny et Pontpoint, au gré des déménagements familiaux. Amateur de sports de combat, il est licencié d’un club de judo pendant dix ans.

Le bac en poche, il quitte l’Oise pour intégrer l’armée de terre comme engagé volontaire en 2009. Après un passage au centre parachutiste d’instruction spécialisée de Perpignan, il rallie Angoulême en 2010, où il accédera au grade de caporal.

Une veillée mortuaire sera organisée aux pompes funèbres de Pont-Sainte-Maxence dimanche et lundi en hommage au jeune militaire, qui sera ensuite inhumé dans l’intimité hors du département.

 

 

Le Parisien

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Paix a son ame Soldat mort pour le Mali. les maliens sont fiers de toi, tu es au coeur de tous les malien, tu es mort pour une cause determinée, une cause noble, une cause aussi normal. certains de nos soldats sont là sous les climatiseurs et prennent 4000 000 FCFA par mois sous les clim.
    J’espère que cela soulage leurs consciences.

  2. Honneur à toi soldat de France ! j’espère que les soldats maliens seront bientôt capables de faire aussi bien que ces vaillants soldats français qui se sacrifient pour la liberté de l’Afrique !

  3. Pix a son ame Soldat mort pour le Mali. les maliens sont fiers de toi, tu es au coeur de tous les malien, tu es mort pour une cause determinée, une cause noble, une cause aussi normal. certains de nos soldats sont là sous les climatiseurs et prennent 4000 000 FCFA par mois sous les clim.
    J’espère que cela soulage leurs consciences.

Comments are closed.