Les pères fondateurs de l’armée malienne

1

Après l’éclatement de la Fédération du Mali, le président Modibo Keïta fera appel au Général Abdoulaye Soumaré, celui-là même par qui la crise au sein de l’exécutif fédéral a éclaté dans la nuit du 19 au 20 Août 1960, pour lui confier les destinées de la jeune armée nationale, pendant que le capitaine Pinana Drabo était envoyé à Ségou comme commandant en chef des armées.

Pour rappel, le Colonel Abdoulaye Soumaré avait été arrêté en même temps que Modibo. Tandis que le président soudanais est expulsé manu militari vers Bamako, l’officier sénégalais de l’armée française est renvoyé en France. Mais les deux responsables gardent contact, fidélité et loyauté.
Après la proclamation de l’Indépendance, le président Modibo Keïta proposera au colonel Soumaré de rentrer à Bamako pour l’aider à mettre sur pied une armée nationale, dédiée à la cause du Mali et de l’Afrique. L’officier n’hésitera pas à rejoindre son ami et à se mettre à la disposition du Mali. On est décembre 1960.

À peine débarqué de Paris, le Colonel Abdoulaye Soumaré est nommé le 28 décembre 1960 chef d’état-major de l’armée de la République du Mali forte déjà de 1.300 patriotes et élevé le lendemain au grade de Général de Brigade.

Le nouveau Chef d’État-major poursuivra la politique d’appel sous le drapeau et rapatriement des soldats maliens engagés sur les fronts extérieurs, une politique on le sait initiée par le Capitaine Pinana Drabo. C’est dans ce cadre que le Général Soumaré fera revenir de Saint-Cyr, six jeunes aspirants, dont le Sous-Lieuteant Moussa Traoré, pour compléter leurs études sur le terrain et participer à la formation des hommes et au commandement des unités.

Avec l’éclatement de la Fédération, les architectes de l’armée ont dû privilégié cette approche pour fonder et redimensionner une armée qui se limitait en fait, outre les groupes nomades (GN) de Tombouctou, à deux bataillons : le BASO (Bataillon autonome du Soudan occidental basé à Kayes et le BASA (Bataillon saharien basé à Nioro). Aussi, face au manque d’effectifs, les autorités militaires d’alors se sont contentées d’un redimensionnement autour de trois bataillons stratégiques : Ségou qui coiffait les secteurs de Tombouctou et Gao ; Kati qui commandait les zones militaires de Bamako et Kayes et Kidal avec une compagnie saharienne motorisée (CSM).

La construction d’une armée moderne, patriotique engagée et panafricaniste va se poursuivre progressivement sous la direction du Général Soumaré jusqu’en 1967… avec les complications de la milice populaire et le coup d’État du Comité militaire de libération nationale.
Ce 19 novembre 1968, une page de l’histoire du Mali est tournée, l’armée ouvre une nouvelle page.

PARTAGER

1 commentaire

  1. Bien pour la mémoire. Seulement, Moussa TRAORE n’est pas un ancien de Saint Cyr. Les officiers de sa génération ( Kérékou, Kounthé, Saïbou) sont de Fréjus ou Saint Maixent.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here