Réconciliation au sein de l’armée : Une importante délégation des ‘‘bérets rouges’’ rencontre le FDR

15 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Dans le cadre de la réconciliation entre les frères d’armes, une délégation des éléments du 33e régiment des commandos parachutistes communément appelé compagnie des bérets rouges, a rencontré le lundi 28 janvier les responsables du FDR au siège de l’Adéma-PASJ à Bamako-coura.

Forte d’une quarantaine de personnes et conduite par Bourama Camara, représentant du chef de village du quartier Djicoroni Para, la délégation des éléments du 33e RCP communément appelé compagnie des bérets rouges, a été reçue à sa demande le lundi 28 janvier au siège de l’Adema-PASJ à Bamako par les responsables du FDR dont son 1er vice-président Ibrahima Ndiaye, le colonel Youssouf Traoré qui présidait d’ailleurs la séance , l’ambassadeur Fatoumata Siré Diakité et plusieurs députés du regroupement anti-putsch. Deuxième du genre, cette rencontre avait quatre points à l’ordre du jour : la libération des détenus, la problématique dissolution du corps, la mutation des rescapés, et le gel du salaire de ceux qui n’ont regagné leurs postes d’affectation.

Après les mots de bienvenue du président Iba Ndiaye, le porte-parole des bérets rouges un adjudant-chef dont nous tairons volontairement le nom, a remercié aux noms de tous ses camarades présents au Mali ou en fuite et de leurs familles, le FDR pour ses initiatives en faveur de l’apaisement et de la réconciliation. Il est alors revenu sur les démarches initiées par les bérets rouges depuis le 30 avril pour une réconciliation de tous les militaires du Mali, notamment les rencontres avec le ministre de la Défense et son collègue de la sécurité intérieure restés sourds aux demandes de pardon.

Le porte-parole des bérets rouges n’a pas manqué de contester les propos du ministre de la Défense qui, depuis quelques jours, tente à faire croire que le Bataillon des commandos n’a jamais été dissout alors qu’il était passé dans toutes les casernes pour expliquer aux militaires que le corps des bérets rouges été bel et bien dissout et que les soldats sont priés de rejoindre leurs bases d’affectation. Justement, selon le porte-parole le but de cette affectation qui en réalité est le début du démantèlement du 33e RCP est de casser la dynamique de regroupement des bérets rouges et ceux qui ont accepté l’affectation sont des proches de ceux qui collaborent avec la junte.

Aussi, il a expliqué que le fait de certains militaires de s’opposer à la décision judiciaire prise par le garde des Sceaux, ministre de la Justice de libérer des bérets rouges détenus est motivé par la volonté de dissimuler le sort des 22 disparus (exécutés par la junte au lendemain des douloureux événements du 30avril).

Cette certitude vient du fait que jusqu’à ce jour, ces éléments n’ont donné le moindre signe de vie et certaines sources laissent à penser qu’ils ont été enterrés en catimini dans des fausses communes.

En plus de cela, ils disent détenir les preuves des cas de tortures avérées perpétrés au vu et au su de tout le monde pendant plusieurs mois contre nombreux bérets rouges et les victimes de ces persécutions sont en vie et prêtes à témoigner.

Enfin, il a assuré que l’objectif principal de la rencontre avec le FDR est la volonté des bérets rouges d’aller combattre aux côtés de leurs frères d’armes surtout que toutes les unités combattantes étrangères sur le terrain sont issues des forces spéciales. « Il serait absurde que les forces spéciales du Mali pour lesquelles l’état malien a investi des centaines de millions de dollars pour la formation soient tenues à l’écart de cette guerre pour des raisons de vendetta personnalisée ».

Tout en réitérant ses remerciements au FDR, le porte-parole a renouvelé aux noms de tous ses frères d’arme le maintien du 33e RCP et la réhabilitation de leur corps qui est et restera à jamais l’unité d’élites de l’armée malienne.

Tout en invitant les militaires à l’union sacrée, Iba N’Diaye a donné l’assurance que le FDR s’investira pour trouver une issue heureuse à cette affaire. D’ores et déjà les députés seront mis à contribution pour porter le cri de cœur des bérets rouges à l’opinion nationale. L’honorable Me Hamidou Diabaté, avocat de certains détenus et membre du FDR continue de faire le lobbying de ces militaires en détresse. Un travail qui demande la patience, dit-on.

Le représentant du chef de quartier a abondé dans le même sens. Bourama Camara a réaffirmé le soutien de tout le quartier de Djocoroni Para à la cause des vaillants bérets rouges.

En retour, le colonel Youssouf et les membres du FDR ont assuré la délégation de leur disponibilité à œuvrer dans le sens de la réconciliation entre les frères d’armes et le maintien du 33è RCP. Ils ont dit faire confiance en la justice pour la future libération de ceux qui sont arbitrairement détenus.

Une grande mobilisation des bérets rouges est prévue ce jeudi 31 au Camp Para à partir de 9 h et la présence de la presse nationale et internationale est vivement souhaitée.

Fatoumata Haïdara

SOURCE:  du   31 jan 2013.    

15 Réactions à Réconciliation au sein de l’armée : Une importante délégation des ‘‘bérets rouges’’ rencontre le FDR

  1. SANOU TE KORO

    Je dis à tous les politiques de ne pas jouer au feu entre les bérets verts et les bérets rouges. Il faut éviter certaines manipulations. Nous sommes en guerre, dans la guerre ces sont nos soldats et les soldats étrangers qui se battent pour notre pays, notre nation. Ouvrir la porte à une tension entre ces deux groupes n’est pas malin. La résolution de ce problème relève d’une réconciliation nationale. Aucun parti ne doit recevoir une partie des antagonistes sans l’autre. A force de jouer au feu on finit par s’y brûler. Toute chose à son temps. Grace à Dieu et à la France le Mali n’est plus prisonnier des djihadistes. De grâce les hommes politiques arrêtez vos conneries. Penser à vos enfants et au regard du monde entier qui est tourné vers le Mali. Vraiment je désespère du politique malien, qui ne veut que sont petit intérêt égoïste.

  2. malindivisible

    Il faut que les.familles des soldats berets verts assassines devant l’ORTM se manifestent pour demander justice car ce sont des berets rouges qui les ont massacres pour tenter de faire un contre coup d’Etat.