Renforcement des capacités de la Minusma : deux « apaches » ont déjà rejoint GAO

7
Renforcement des capacités de la Minusma : deux « apaches » ont déjà rejoint GAO
L’hélicoptère Apache

La mission de stabilisation des Nations-Unies au Mali (Minusma) vient de renforcer ses capacités avec l’acquisition de quatre hélicoptères de combat. Deux premiers Apaches appartenant au contingent hollandais de la Minusma et en partance pour Gao ont été présentés à la presse vendredi dernier. C’était à la Base aérienne 101 de Sénou en présence du général Kazura, commandant de la force de la Minusma ainsi que du chef d’Etat major général des armées maliennes, le général Mahamane Touré.

Ces hélicoptères de combat permettent d’assurer des missions de feu, d’attaquer au sol et d’accomplir des missions de reconnaissance et de protection contre la menace aérienne. Le commandant de l’unité Apache, le lieutenant-colonel Pier Schipnolder, estime que ce type d’appareil dénommé « Apache A 64 » est particulièrement adapté aux missions de la Minusma. Il vole à 200 kilomètres/heure et servira pour les opérations menées à partir de Gao. Très prochainement deux autres Apaches –actuellement en cours de montage – vont rejoindre les premiers appareils.

 

Le général Mahamane Touré a rappelé que la Minusma et Serval ont pour rôle d’accompagner l’armée malienne. Ce qui ne peut se faire sans appui aérien conséquent. Les hélicoptères vont donc appuyer les forces armées maliennes dans les missions qui sont les leurs. Aujourd’hui, les différentes forces armées sur le terrain travaillent ensemble afin que l’administration soit redéployée partout au Nord. Pour ce qui est mené, les appareils seront d’un précieux secours. « Les Apaches seront basés à Gao, mais ils ser transporteront partout où le besoin se fera sentir, parce qu’ils n’ont pas besoin de piste de décollage ou d’atterrissage », a tenu à préciser le chef d’Etat-major général des armées du Mali.

 

Le commandant de la force de la Minusma Kazura estime que ces appareils extrêmement perfectionnés permettront aux forces présentes de mieux travailler ensemble pour le plus grand bénéfice des populations. L’Apache est muni d’un canon rotatif dont la commande peut être activée par le pilote à partir de son casque. Chaque côté latéral de l’appareil est doté de 19 roquettes et un réservoir de secours prolonge l’autonomie de vol de l’hélicoptère. En plus, l’Apache est équipé de multiples dispositifs lui permettant d’annihiler les menaces le concernant.

S. DOUMBIA 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. il faut surveillé de près ces avions de combat de la MINUSMA, car il risque de bombarder les positions de nos forces armée.

  2. La mission de la Minus ma doit être requalifier le problème est la, sans quoi leur présence n'a pas de sens, ils viennent plutôt pour entretenir la rébellion et leur donné le temps de mieux se préparé

  3. Bien et merci mais le probleme est n’est pas la. C’est surtout les malintentionnes du mlna, le hcua et le maa avec leurs conflits djihadistes et ces personnes font la pluie et le beau temps au vu et su de tout le Mali et la communaute internationale avec la France a la tete. Alors………….

  4. Il faut une mobilisation générale pour neutraliser ces bandits. En plus de l’armée, tous les Maliens doivent se mobiliser et se tenir prêt pour le front.Le discours et notre patience ont atteint leurs limites. A la guerre comme à la guerre. Vive le Mali pluriel et en paix.

  5. Serval et Minusma ont failli à leurs missions quand elles ont refusé de sécuriser le gouvernorat de Kidal qui abrite la réunion du Premier Ministre en visite officielle, le 17 Mai 2014.

    SERVAL a sanctuarisé le MNLA à Kidal, la MIUSMA sécurise les bandits armés en agissant comme une force d’interposition en lieu et place d’une force d’appui à la sécurisation territoriale du Mali et en lutte contre le terrorisme djihadiste.
    Le mandat de la MINUSMA stipule:
    1. Appuyer les autorités de transitions maliennes, stabiliser la situation dans les principales agglomérations, en particulier dans le nord du pays, et, dans ce contexte, écarter les menaces et prendre activement des dispositions afin d’empêcher le retour d’éléments armés dans ces zones;
    2. Aider les autorités de transition maliennes à étendre et rétablir l’administration de l’État dans tout le pays.
    A ces deux premiers points, la MINUSMA a failli quand elle a refusé de sécuriser le gouvernorat de Kidal qui abrite la réunion du Premier Ministre en visite officielle, le 17 Mai 2014.

    Les bandits apatrides du MNLA ont encore manifesté leur mauvaise foi lors de la visite du Premier Ministre à Kidal devant la communauté internationale. Rien ne devrait plus empêcher la représentation des Nations unies au Mali (MINUSMA) de tirer les oreilles de ces irrédentistes regroupés pour qu’ils reviennent dans le processus de négociation et d’aider le Mali à exercer sa pleine souveraineté. En tout état de cause, après ce qui s’est passé vendredi et samedi dernier lors de la tournée du Premier ministre Moussa Mara dans le nord du Mali dans la capitale de l’Adrar des Ifoghas, toutes les parties prenantes de la crise malienne doivent désormais se résoudre à ne plus faire confiance à des bandits qui ont pris les armes contre leur pays.

    Dans la perspective d’une reconduite du mandat de la Minusma qui arrive à son terme, une mission onusienne, sous la conduite du Sous-secrétaire M. Mulet, avait rencontré, début Mai 2014, les rebelles à Kidal avant les autorités gouvernementales ; rebelles que la MINUSMA reconnait avoir transportés à Kidal pour leur congrès du début Mali 2014 se tenant à Kidal; il est à craindre que cette force onusienne aurait assuré la logistique, « le gîte et le couvert » des bandits armés dans leur sanctuaire de l’Adagh!
    Cette attitude, plus qu’ambiguë de la MINUSMA, démontre, si besoin est, que cette force des Nations Unies agit en qualité d’interposition entre deux belligérants, le Mali et les rebelles touaregs sanctuarisés à Kidal par la volonté de Serval.
    Ce qui est troublant dans cette affaire, c’est que le Sous-secrétaire M. Mulet des Nations Unies occulte le rapport d’une mission précédente de l’ONU qui dit, en substance, que le MNLA est une organisation terroriste, je cite: ” Le secrétaire général de l’ONU reconnait, dans un récent rapport, que « depuis le début de l’offensive menée au début de 2012 contre les forces armées maliennes, le MNLA a été responsable de pillages généralisés d’installations publiques, d’actes visant les ressortissants du sud du pays, de viols et de violences sexuelles, ainsi que du recrutement et de l’utilisation d’enfants et de jeunes provenant de fractions Touaregs locales et de proches de cadres du Mouvement. ».
    Cette mise au point est nécessaire pour ressortir le rôle occulté du MNLA par Minusma et Serval dans la terreur qu’ont vécu les populations du septentrion malien pendant l’occupation en 2012 – 2013.
    Dans un souci de légalité, Minusma et Serval, alliés de circonstance du Mali, devraient se tenir, littéralement, à l’atteinte des objectifs que leurs mandants, respectivement les Nations Unies et la France, leur avaient assignés, à savoir rétablir l’intégrité territoriale du Mali et sécuriser la zone contre les terroristes, y compris le MNLA et les milices ethniques de tout bord.
    Aussi, je recommande aux autorités maliennes de tenir compte de cette analyse pour prolonger ou non la mission de la Minusma parce que, comme le dit un journaliste qui a analysé la situation, « las maliens ont besoin des sauveurs du Mali et non des sauveurs du Mali et de ses ennemis. Cela fait encore plus mal quand on est obligé de côtoyer, supplier le MNLA pour qu’il prenne part à d’hypothétiques pourparlers dont l’issue éventuelle risque bien d’aboutir à une distribution de privilèges. »

  6. ATTENTION AUX TIRS DE ROQUETTES SOL AIR TOUT DE MEME !

    LES TERROS ONT DES PORTATIFS STYLE STINGER QUI PEUVENT ENDOMMAGER SERIEUSEMENT L APPAREIL S ILS VISENT LES HELICES !

    BONNE CHANCE ET BON COURAGE POUR LA SUITE !

Comments are closed.