Rétrocession du camp ” Damien Boiteux ” aux autorités militaires : La régionalisation de l’opération Barkhane se confirme

5

Rétrocession du camp " Damien Boiteux " aux autorités militaires Le camp Damien Boiteux a été rétrocédé aux autorités militaires du Mali le 27 octobre dernier. Ce camp, situé sur la base aérienne de Sénou, a servi de base à Serval dans la reconquête des régions du nord jadis occupées par les djihadistes. Cette cérémonie qui était présidée par le général de division Jean-Pierre Palasset, commandant de l’opération Barkhane (COMANFOR), a enregistré la présence de l’ambassadeur de France au Mali, Gilles Huberson, le chef d’état-major général des armées, le général de division Mahamane Touré et le chef d’état-major de l’armée de l’air du Mali, le colonel-major Souleymane Bamba.

A l’ouverture de la cérémonie, le général Palasset a réaffirmé l’engagement de la France au Mali à travers l’opération Barkhane. Il a rendu hommage à la mémoire du chef de bataillon Damien Boiteux, mort pour la France le 11 janvier 2013, au Mali.

” Nous voici réunis, pour marquer une évolution de la présence militaire française et du camp Damien Boiteux, tournant ainsi une page de l’histoire des hommes de l’opération Serval et de l’opération Barkhane. Cette page que nous tournons ne constitue pas un adieu. Certes, elle marque la fin d’un dispositif visible et important, ici à Bamako. Mais elle manifeste surtout le retour de ce site stratégique sous le contrôle des autorités maliennes “, a déclaré le général français.

Cependant, le général Palasset a rassuré les autorités militaires maliennes que le désengagement de ce camp à Bamako ne signifie pas la fin de la collaboration et des liens tissés avec les soldats maliens. Pour lui, Damien Boiteux symbolise ces liens profonds tissés dans la victoire et la peine partagées.

” La force Barkhane, quant à elle, poursuit la lutte contre le terrorisme dans le cadre régional des pays de la bande sahélo-saharienne. Elle est déterminée à affaiblir durablement les groupes armés terroristes et à appuyer le renforcement des capacités opérationnelles de ses partenaires, dans le même état d’esprit que Damien Boiteux, aux premiers jours de la reconquête “, a dit le commandant de l’opération Barkhane.

Les clés du camp ont été symboliquement remises au colonel Daouda Dembelé, président directeur général des aéroports du Mali. La cérémonie s’est achevée par la descente des couleurs françaises et la montée des couleurs maliennes.

Les opérations de désengagement du camp Damien Boiteux ont débuté à la fin du mois de juillet 2014, lors du transfert du poste de commandement interarmé de théâtre (PCIAT) de l’opération Barkhane à N’Djamena, au Tchad. Ces opérations ont été conduites par le centre opérationnel de désengagement de Bamako.

Malgré cette rétrocession, le service de la communication de Barkhane assure que l’opération sera toujours présente à Bamako grâce à la représentation militaire Barkhane au Mali (RMBM), créée le 17 juillet dernier et dirigée par le général Francois de Lapresle. Sa mission consiste à être un relais et un coordinateur au profit du COMANFOR en maintenant au quotidien des relations étroites avec l’ambassade de France à Bamako et avec les autorités militaires maliennes et de la MINUSMA.L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

 

Moussa SIDIBE

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Moussa SIDIBE écrit :”Il a rendu hommage à la mémoire du chef de bataillon Damien Boiteux, mort pour la France le 11 janvier 2013, au Mali.”

    Mort pour la France au Mali….à méditer

    On pourrait ajouter mort pour les Maliens et une certaine idée de la solidarité…

    Même si l’orgueil nous tiens il faut savoir reconnaitre ..

    • Plus de 17 000 maliens sont morts pour liberer la france0…

      Ce soldat boiteux est mort pour assurer l’apprivisonnment de la france en uranium. Je me fiche de ce type, je lui souhaite un bon sejour en enfer…

  2. Espérons que nos “FAMA” n’abandonnent pas ce camp à la vue du premier pick-up contenant 1 ou 2 enturbannés, habitués qu’ils sont aux replis stratégiques devant ces “seigneurs de guerre”.

  3. 😀 😀 😀

    ‘tin, sont un peu tordus quand même, ces français !!!

    ils rendent une base, réduisent leurs effectifs … alors qu’ils sont censés avoir créé un vaste complot de

    ( ) partitionnement
    ( ) recolonisation
    ( ) vol de ressources
    cocher la ou les cases correspondantes

    va falloir trouver un complot derrière le complot maintenant …

    😀 😀 😀

Comments are closed.