Tchad/Mali : le vrai décompte des soldats tchadiens tués dans un attentat suicide perpétré à Tessalit

9
Un soldat de l'armée régulière tchadienne à Ndjamena. AFP
Un soldat de l’armée régulière tchadienne à Ndjamena.
AFP

A en croire le communiqué officiel publié par l’Etat major général des Armées de N’Djamena, seulement deux soldats – et pas plus – de son contingent en poste au nord du Mali auraient été tués dans un attentat suicide perpétré le 23 octobre 2013 à Tessalit par des kamikazes djihadistes. Des histoires : le bilan est bien plus lourd, car ce sont exactement 17 militaires tchadiens qui ont perdu la vie dans ce lâche attentat, auxquels il importe d’ajouter 6 autres de leurs compatriotes gravement blessés. Mais pourquoi ce gros mensonge ?

 

 

Selon nos informations recueilles auprès de sources militaires à Tessalit, non loin du site de l’attentat, cette meurtrière et lâche opération est survenue en plein jour dans un camp protégé par un barrage de contrôle assuré et tenu par des militaires tchadiens.

 

 

En effet, c’est au moment où près d’une quarantaine d’éléments des Forces Armées Tchadiennes en Intervention au Mali (FATIM) dans le cadre de la Minusma,  étaient regroupés pour parler de leurs très pénibles condition de vie au Mali – certains envisageant de déserter pendant que d’autres parlaient d’envoyer des doléances à N’Djamena –  qu’un véhicule lancé à toute allure fonça sur eux.

 

 

Prises au dépourvu en ce moment de fragilité psychologique, les sentinelles n’ont guère pu ouvrir le feu. Le véhicule explosa et ce fut l’enfer.

Puis le décompte macabre : Les kamikazes avaient été déchiquetés par leurs propres charges explosives, 17 militaires tchadiens tués sur le coup, et des blessés tout autour, parmi lesquels, six éléments du contingent tchadien dont l’état demeure précaire.

 

 

Avec cet attentat ignoble, la liste des militaires tchadiens tombés au Mali s’allonge davantage. Une liste, en tout cas,  que l’Etat major des Armées tchadiennes n’en finit pas de minimaliser pour des raisons incompréhensibles.  En effet personne n’ignore que de toutes les forces militaires mises à contribution au Mali, le Tchad est le pays ayant payé le plus lourd tribut. A ce jour près d’une centaine de morts.

 

 

Une centaine de militaires tchadiens abattus au front des Ifoghas, contre trois ou quatre militaires français. Pourtant N’Djamena n’a officiellement jamais parlé que d’une « trentaine »  de morts.

 

 

Aujourd’hui que près d’une vingtaine de militaires supplémentaires viennent d’être massacrés en plein jour, des esprits tordus douillettement assis à N’Djamena affichent  SEULEMENT deux morts. Pourquoi ?

 

 

Pourquoi cette obsession à minorer et minimiser le nombre des militaires tchadiens victimes de la sale guerre du Mali ?

 

 

Bien sorcier qui pourrait comprendre une logique aussi acrobatique. En attendant, les vaillants soldats tchadiens continuent à trouver la mort en première ligne dans des guerres qui ne sont pas celles de leur patrie. Il est certainement honorable, voire héroïque, que des militaires s’engagent pour la paix partout où l’armée peut contribuer à dissuader le langage des armes.

 

 

Mais quand ceux du Tchad ne sont que les pions d’une politique interventionniste et militariste d’un autocrate qui ne pense qu’à la guerre, il s’impose de conclure que les soldats tchadiens ne sont rien d’autre que des jouets. Des jouets d’un homme qui n’a jamais considéré les militaires de son armée que comme … des soldats de plomb !

 

 

Par D.L | Ndjamena-matin

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. Merci mes chers amis pour vos commentaires positifs et encourageants. Ce journaliste est un ennemi de la paix, c’est ce que je comprend en lui. Il est plutot du cote des jihadistes et narco-traficants, que du monde democrate et civilise. C est tres dommage qu’un homme de presse se permet des actes decevants comme la publication de cet article. Quelqu’en soit le nombre des soldats tombes, le monde entier reconnait que la cause est juste et ils seront recompenses par Allah le tout puissant inshaallah. Car il nous a prescrit le jihad dans le contexte de la lutte pour la justice sociale, et l’equite. La mission de ces soldats s’inscrit belle et bien dans ce contexte de jihad, car ils sont venus combattre des envahisseurs, des narco-traficants qui lapidaient des innocents, les flagellaient, les emputaient, les violaients etc… La cause est vraiment noble.
    Nous prions toujours pour eux et leurs familles, le Mali, l’Afrique et le monde entier se souviendront d’eux.

  2. Maliweb, cesse de publier ce genre d’info qui nous rend encore plus triste, déjà 2 morts c’est trop et ce journaliste parle de 20.
    Nous maliens sommes très indignés qu’un militaire d’un autre pays tombe ici à la place des notres.

  3. Voilà un texte haineux qui sent mauvais. Un mensonge sans honte juste pour couvrir d’approbe et de mauvaises images un homme, un grand homme qui a une vision en longueur d’avance par rapport à beaucoup de ses compatriotes et même beaucoup d’africains, le Président Debi Itno.
    A Tessalit, les troupes tchadienne sont présent avec les français et les maliens. C’est d’abord l’état major de l’armée malienne qui a donné l’information et le bilan, ensuite confirmée par les français à travers l’AFP. Alors où ce situe le mensonge ? Dans ce texte bidon bien sur.
    Il y eu deux morts, oui deux de trop. Paix à leur âmes, et vive l’armée tchadienne, et le peuple du Tchad.

    A bas Djamena-matin, qu’ils pourissent dans les sables de Aouzzou.

    • Relax madame ou continuez a dormir debout,toutes les declarations a propos de cet drame etaient incoherentes,cette source parait plus credible, les autres etaient justes pour calmez les esprits et masquer la defaite. Un malien ou un autre contingent cedeao tombé dans cette guerre me fait plus mal qu’un tchadien.
      (tchadien+francais=MNLA-djihadistes). La solutions de cette equation nest pas pour des gens qui dorment debout. Et l avenir nous dira.depuis que ces trois amis avancaient seuls sur les montagnes,quil fallait comprendre quil y avait un agenda caché.et les tchadiens avaient pour seule mission de leur president idriss de venir se servir de bouclier et mourir a la place des francais. Qu’ils aillent en enfer.

      • des aneries,on a l’impression que vous etes du mnla donc antiinterventionniste comme la mauritanie l’egypte la tunisise la lybie le quatar et consorts ce qui donne au conflit un caractere racial ou des araboberberes voudraient ne pas se laisser gouverner par des noirs.le mali sera pour eux un second israel determine resolument a ne pas abdiquer a rester respectueux des droits de l’homme plus que ces enturbannes feodaux esclavagistes attardes /

  4. Monsieur le journaliste. Si ces militaires Tchadiens n’étaient pas aussi intervenus au Mali, ces djihadistes seraient maîtres de Bamako et je me demande bien comment vous alliez écrire votre brûlot. Surement, vous seriez sur les routes ou dans un camp de réfugiés.

  5. Le gouvernement Tchadien est responsable des informations fournies
    Qui sait si ce journal n’est pas de l’opposition
    De toute façon Paix à leur âme

  6. Monsieur le journaliste, vous n’avez rien compris à l’affaire. Les Barbares que la vaillante armée tchadienne est en train de combattre n’allaient pas tarder à envahir le Tchad. D’ailleurs, ce n’est pas fini, puisque leur baser est en Libye. Donc, il s’agit bel et bien d’une guerre qui regarde le Tchad, comme tous les pays sahéliens d’ailleurs

Comments are closed.