Une cinquantaine de militaires belges en route pour le Mali

0
militaires belgesCette mission, qui n’est pas totalement dĂ©nuĂ©e de risques, se dĂ©roule toutefois en partie dans l’environnement sĂ©curisĂ© de l’acadĂ©mie militaire de Koulikoro.

 

 

Une cinquantaine de militaires belges se sont envolĂ©s mercredi matin Ă  destination du Mali pour assurer Ă  partir de la mi-juillet la protection des instructeurs de la mission europĂ©enne de formation et de conseil Ă  l’armĂ©e malienne (EUTM) Ă  Koulikoro, non loin de Bamako, dans un pays en cours de stabilisation après l’occupation du nord par des islamistes, avec une Ă©lection prĂ©sidentielle prĂ©vue Ă  la fin du mois. Le ministre de la DĂ©fense, Pieter De Crem, est venu saluer ses hommes – et l’une ou l’autre femme – ainsi qu’un Luxembourgeois et un NĂ©erlandais Ă  leur dĂ©part de l’aĂ©roport militaire de Melsbroek, en rappelant devant la presse les diffĂ©rents Ă©pisodes de l’engagement militaire belge au Mali depuis janvier.

 

 

L’armĂ©e belge a en effet d’abord participĂ© Ă  l’opĂ©ration française Serval, lancĂ©e le 11 janvier contre les groupes islamistes armĂ©s occupant le nord du Mali. Le gouvernement a ensuite dĂ©cidĂ© le 20 juin de dĂ©pĂŞcher un “peloton renforcĂ©” pour assurer durant un an la protection des instructeurs de 22 pays europĂ©ens engagĂ©s dans l’UETM pour une durĂ©e d’un an et de retirer les deux hĂ©licoptères Agusta A109 qui assuraient des missions d’Ă©vacuation mĂ©dicale, au profit de Serval d’abord, puis de l’EUTM.

 

 

C’est le gros du contingent de “Force Protection”, fort de 66 militaires, qui s’est envolĂ© mercredi peu après 09h00 Ă  bord d’un Airbus A330 de la DĂ©fense Ă  destination de Bamako, a constatĂ© l’agence BELGA.

 

 

La plupart d’entre eux proviennent du bataillon LibĂ©ration/5ème de Ligne, une unitĂ© “mĂ©diane” stationnĂ©e Ă  Bourg-LĂ©opold (Limbourg). Ils vont rejoindre une avant-garde dĂ©jĂ  sur place et retrouver leurs vĂ©hicules blindĂ©s acheminĂ©s par bateau de Zeebrugge Ă  Dakar (SĂ©nĂ©gal), puis par train jusque Bamako.

 

 

Cette mission, qui n’est pas totalement dĂ©nuĂ©e de risques, se dĂ©roule toutefois en partie dans l’environnement sĂ©curisĂ© de l’acadĂ©mie militaire de Koulikoro, Ă  une soixantaine de kilomètres au nord-est de la capitale malienne et lieu principal de la formation dispensĂ©e aux soldats maliens par les instructeurs europĂ©ens.

 

 

Les fantassins belges, intĂ©grĂ©s dans une compagnie espagnole, escorteront Ă©galement les instructeurs lors des sĂ©ances d’entraĂ®nement sur le terrain, dans les environs de Koulikoro, et protĂ©geront les convois routiers en direction ou en provenance Bamako, a prĂ©cisĂ© le “numĂ©ro deux” de la brigade mĂ©diane, le lieutenant-colonel Bernard QuarrĂ©.

 

 

La mission de ce dĂ©tachement durera six mois – mais avec une relève Ă  mi-parcours – avant un remplacement en dĂ©cembre par des soldats francophones du bataillon 12ème de Ligne Prince LĂ©opold/13ème de Ligne de Spa, qui sĂ©journeront au Mali en principe jusqu’en mai 2014.

 

 

Quant aux deux hĂ©licoptères Agusta engagĂ©s depuis fin janvier dans les opĂ©rations militaires au Mali, ils sont rentrĂ©s mardi après-midi en Belgique Ă  bord d’un avion-cargo de type Iliouchine Il-76.

 

 

Selon le chef des opĂ©rations de l’armĂ©e, le lieutenant-gĂ©nĂ©ral Marc Compernol, ces deux appareils ont effectuĂ© 53 heures de vol et rĂ©alisĂ© six interventions “Medevac” (Ă©vacuation mĂ©dicale) durant l’opĂ©ration Serval (fin janvier-fin mars), puis 170 heures et trois transports de patients pour le compte de l’EUTM.

 

 

Les Agusta avaient initialement Ă©tĂ© dĂ©ployĂ©s au Mali fin janvier – Ă  SevarĂ© d’abord, puis Ă  Gao, respectivement Ă  600 et 1.200 km au nord-est de Bamako – pour appuyer l’opĂ©ration Serval. Ils Ă©taient ensuite passĂ©s, le 22 mars, avec la mĂŞme tâche, sous le commandement de l’EUTM, dĂ©mĂ©nageant par la mĂŞme occasion vers Bamako.

 

 

Le dernier vol des hĂ©licoptères a eu lieu mardi dernier, date Ă  laquelle ils ont cĂ©dĂ© le relais Ă  des Super Puma de la sociĂ©tĂ© Starlite, une entreprise sud-africaine enregistrĂ©e en Irlande – une première dans les opĂ©rations militaires de l’Union europĂ©enne, qui n’a jamais fait appel Ă  des appareils civils pour assurer des missions d’Ă©vacuation mĂ©dicale.

 

Les 35 personnes qui Ă©taient chargĂ©es de leur mise en oeuvre devraient rentrer jeudi en Belgique, Ă  bord du vol retour de l’Airbus A330.

 

dhnet.be/ Publié le mercredi 10 juillet 2013 à 10h05

PARTAGER