Vœux des forces de sécurité et des corps paramilitaires : Aucun sacrifice ne sera de trop pour la défense du territoire national

0
2

De nombreux indicateurs attestent de l’amélioration des conditions de vie et de travail du personnel des forces armées et de sécurité.

La présentation des vœux des forces de sécurité et des corps paramilitaires au président de la République Amadou Toumani Touré, chef suprême des armées a constitué la dernière séquence du marathon de vendredi. Le chef d’Etat-major général des armées, le général Gabriel Poudiougou, qui a présenté les vœux a demandé une minute de silence à la mémoire de tous les compagnons d’armes tombés sur le champ de l’honneur, avant de jeter un regard rétrospectif sur l’année écoulée. Il a indiqué que la nouvelle année s’annonce dans un contexte particulier où la bande sahélo-saharienne est à la croisée des chemins. Une situation caractérisée par le terrorisme et les trafics en tout genre aggravés par la survenue de la crise libyenne. Ainsi, les regards seront légitimement tournés vers les forces armées et de sécurité, seul rempart des populations qui n’aspirent qu’à la paix et à la quiétude.

Le général Gabriel Poudiougou s’est dit satisfait de quelques résultats forts appréciables obtenus par les forces armées et de sécurité dans le cadre opérationnel. Au plan des activités opérationnelles, nos forces ont mené à bien les opérations « Djiguitougou », « Soutoura », et « Benkan » respectivement dans les régions du Nord, à la frontière sud avec la Côte d’Ivoire et à la frontière nord-ouest avec la Mauritanie. Au nombre des activités majeures de l’année qui s’achève, il a noté l’intensification des patrouilles de contrôle de zones dans le Nord-Mali ; la poursuite de la sécurisation des frontières qui a permis aux populations des zones concernées de retrouver la quiétude dont elles ont besoin pour s’adonner aux activités de développement. Ces résultats ont été atteints grâce à l’implication personnelle, du chef suprême des armées qu’est le chef de l’Etat. De nombreux indicateurs attestent selon Poudiougou de l’amélioration des conditions de vie et de travail du personnel des forces armées. Ces indicateurs sont, entre autres, la réalisation de plusieurs infrastructures et équipements dans toutes les garnisons du pays, de Kati à Abeïbara, de Tombouctou à Kayes.

Notre pays a été en cette année 2011, le lieu de rencontres d’autorités militaires de la sous-région. Il a cité, à cet effet, la réunion extraordinaire en janvier 2011 du comité des chefs d’état-major de la CEDEAO dans le cadre des crises socio- politiques que traversaient certains pays de la sous régions. De par sa position, le Mali constitue un pays tampon entre le nord et l’ouest de notre continent. Ce facteur détermine ses engagements géopolitiques dans la région. Gabriel Poudiougou a réitéré le soutien des forces armées et de sécurité au chef suprême des armées pour sa gestion concertée des problèmes sécuritaires de cet espace.

Le chef d’Etat-major général des armées a indiqué que la situation des hommes armés revenus de la Libye peut être gérée mais avec beaucoup de tact et de discernement. Evoquant le volet des formations, il soulignera que l’année qui s’achève a été marquée par les certificats d’aptitude techniques n°I et II qui demeurent une étape cruciale dans la formation des militaires du rang de toutes les armes. Au titre des reformes structurelles, un projet portant relecture des textes relatifs à l’organisation et au fonctionnement de l’Etat major-général des armées et des autres Etats majors et directions de service a été initié et soumis à l’approbation du ministre de la Défense et des Anciens combattants. La validation de ce projet aura notamment pour avantage l’intégration de certaines capacités de gestions des ressources humaines dans chaque structure de gestion du personnel. Au plan de la participation au développement économique et social du pays, les forces Armées et de sécurité ont été présentes sur plusieurs chantiers : la protection des hautes personnalités civiles et militaires nationales et étrangères ; la réalisation d’actions civilo-militaires dans les zones d’opérations, etc…

Le général Gabriel Poudiougou a rappelé les efforts de recouvrement des douanes qui se chiffrent à des centaines de milliards de Fcfa. En réponse, le président de la République a exhorté a plus de courage et de détermination dans la défense de l’intégrité, de l’unité nationale et de la cohésion sociale du pays. Il a, dit-il, apprécié tous les efforts que les nos forces déploient au quotidien pour accomplir leurs missions qui sont parfois difficiles. Le chef suprême des armées a demandé aux forces armées et de sécurité de veiller et d’élever le niveau d’organisation de notre outil de défense et de l’adapter au besoin réel de la sécurité humaine et globale. Le problème sécuritaire de notre pays, attisé par la crise libyenne et ses conséquences collatérales, a conduit à la définition de la politique nationale de lutte contre l’insécurité et le terrorisme, a indiqué le chef de l’Etat. Aucun sacrifice ne sera de trop pour permettre aux forces armées et de sécurité de mener à bien leur classique mission de la défense du territoire.

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.