12ème édition du festival d’Essakane lancée le samedi dernier : Le festival aura bien et bel lieu malgré la situation au Nord

0
3

Le samedi 3 décembre, à l’hôtel Laïco Amitié, s’est déroulé le lancement officiel de la 12ème édition du festival au désert. Malgré l’insécurité grandissante que le Nord-Mali connait depuis un certain temps, les promoteurs ont décidé de maintenir  le festival afin de contribuer au développement du nord, contrairement à ceux qui cherchent à le déstabiliser. Lors de ce lancement, le directeur du festival, Anzar Manny, a déclaré que bien que le festival se tienne dans un contexte difficile, lui et ses partenaires ont décidé de l’organiser afin de ne pas donner la victoire à ceux qui cherchent à affaiblir les régions du Nord.

 

Créé en janvier 2001, le Festival au désert se tient chaque année dans la région de Tombouctou, à Essakane, à deux heures de piste de la ville de la Cité des 333 Saints et, plus récemment, aux portes mêmes de cette ville. Il est co-organisé par les associations AITMA, EFES et Essakane Production. Ce festival se greffe sur de grandes fêtes traditionnelles touareg telles que Takoubelt à Kidal et Temakannit à Tombouctou, qui constituèrent pendant longtemps un lieu de concertations et d’échanges entre les communautés. A l’origine on y voyait les différentes formes de chants et danses touareg, de la poésie, des courses de chameaux, des jeux.

Aujourd’hui, le Festival s’ouvre vers l’extérieur et accueille des artistes venus d’autres régions du Mali, d’Afrique mais aussi d’Europe et du reste du monde. Trois jours durant les invités des quatre coins du monde présenteront leur art. Ainsi, à travers l’intérêt médiatique qu’il suscite et la logistique qu’il mobilise, le Festival d’Essakane entre dans la catégorie des grands festivals modernes tout en gardant ses aspects traditionnels.  Malgré la crise touristique que connaissent les régions du Nord-Mali depuis un certain temps, le directeur du festival, Anzar Manny, a affirmé que la prochaine édition du festival se déroulera comme prévu les 12, 13 et 14 janvier 2012 à Tombouctou. A ses dires : “Bien vrai que le festival se tient dans un contexte difficile, nous avons décidé de l’organiser afin de ne pas donner la victoire à ceux qui cherchent à déstabiliser les régions du Nord”.

Par ailleurs, Anzar Manny a indiqué que les mesures sont en train d’être prises par le gouvernement afin d’assurer la sécurité des festivaliers.

Le Premier ministre, Mme Cissé Mariam Kaïdama Sidibé, a apporté le soutien du gouvernement à ce festival. Avant d’indiquer que le gouvernement sera présent à ce grand rendez-vous culturel.

Dans le désert du Sahara, un endroit magique, les festivaliers pourront  profiter de cet événement exceptionnel: un festival de la musique, l’un des meilleurs sur le continent africain, qui rassemble chaque année des musiciens venus des quatre coins de la planète, sans oublier la tradition: de la musique, des danses touareg, l’artisanat, des courses de chameaux, etc. Pour la programmation de cette année, sont attendus des artistes comme Salif Kéïta, Habib Koïté, les amis de Ali Farka Touré, Marcus James (USA) et des artistes du Niger et de la Mauritanie. Sans oublier les différents groupes Takamba de la région du Nord qui s’affronteront lors d’un concours où les meilleurs joueurs de n’goni et les meilleurs danseurs seront primés. Au cours de cette rencontre, plusieurs thèmes relatifs au développement du Nord seront également débattus

En prélude à ce grand événement, se tiendra les 5, 6, 7 et 8 janvier 2012 à Niafunké, le festival Ali Farka Touré.

Bandiougou DIABATE

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.