1ère édition du Marché ivoirien de l’artisanat (MIVA) : Plus de 500 exposants dont le Mali au palais des sports de Treichville

0
Le ministre de l'Intérieur et  de la sécurité, Hamed  Bagayoko, coupant le ruban symbolique après la cérémonie d'ouverture (Photo Clarisse Njikam)
Le ministre de l’Intérieur et de la sécurité, Hamed Bagayoko, coupant le ruban symbolique après la cérémonie d’ouverture (Photo Clarisse Njikam)

Placée sous le thème ” la promotion de l’innovation et de l’excellence des produits africains “, la première édition du Marché Ivoirien de l’Artisanat (MIVA) a ouvert ses portes, le lundi 7 avril 2014, au palais des sports de Treichville à Abidjan. Plus de 500 artisans issus de 14 pays dont le Mali vont exposer pendant une semaine, leurs produits pour ” conquérir le cœur” des acheteurs et des visiteurs. La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des Pme, Jean-Louis Billon, avec à ses côtés SEM Per Carlson, l’Ambassadeur du Royaume de Suède, pays invité d’honneur, Idrissa Ly, directeur national de l’Artisanat du Mali. Et bien d’autres acteurs du secteur venus d’horizons divers.

Le MIVA a pour but de valoriser les produits de l’artisanat et de créer un espace de rencontre entre les créateurs et les acheteurs professionnels du secteur de l’artisanat de toutes les régions du monde intéressés par cette activité. Il ambitionne de devenir un grand forum international des produits artisanaux en provenance de toute l’Afrique. Pour cette première édition, tous les secteurs de l’artisanat sont représentés.

Accessoiristes, tanneurs, ébénistes, bijoutiers, mécaniciens, potiers, joailliers, céramistes, créateurs de mobilier ou de vêtements traditionnels. Tous sont des professionnels de ce métier souvent méconnus du grand public.

C’est pourquoi dans son discours d’ouverture, le ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des Pme, Jean-Louis Billon a expliqué que l’ambition du gouvernement est de placer les métiers d’art dans leur rôle de création de richesses. ” Premier pourvoyeur d’emplois avec quelque 40% de la population active, soit 3 millions d’hommes et de femmes, pour 12% du Produit intérieur brut, le secteur de l’artisanat, représenté par 245 corps de métiers répartis en sept branches, peine à sortir de l’informel ” a-t-il rappelé.

Le ministre Jean-Louis Billon s’est engagé à mettre tout en œuvre afin de maximiser les immenses potentialités ivoiriennes. ” C’est un secteur-clé, porteur de croissance”, a-t-il déclaré. “Cette vision nécessite l’amélioration constante des conditions d’exercice des artisans, la professionnalisation et la modernisation de leurs activités “, a-t-il dit.

Prenant la parole, SEM Per Carlson, Ambassadeur du Royaume de Suède, pays invité d’honneur, a déclaré que : ”  Ce secteur peut jouer un rôle de premier plan. Surtout que l’artisanat ivoirien est attractif, avec un fort potentiel pour l’exportation “.  En effet, par la mise en place de ce marché, le gouvernement ivoirien veut faire profiter aux artisans créateurs de la sous-région et d’Afrique de ses atouts dans les secteurs de l’artisanat, du tourisme, de la gastronomie et de ses capacités agricoles. ” Ce marché de l’artisanat vise, entre autres, à promouvoir l’esprit de créativité et d’innovation des artisans, mais aussi à les amener à accroître leurs productions “, a indiqué le commissaire général, Aïssata Doucouré.

 

Pour sa part, le ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, représentant le Premier ministre, a fait observer qu’il s’agit surtout de réfléchir aux moyens de perfectionner l’artisanat ivoirien pour le rendre plus compétitif et de créer une vraie industrie artisanale pour non seulement satisfaire les besoins existentiels des hommes de métier, mais aussi et surtout, être compétitifs sur les marchés régionaux et internationaux.

 

Il faut préciser que ce sont au total 40 artisans occupant, 20 stands qui représentent le Mali au Miva. Cette forte délégation est encadrée par Idrissa Ly, directeur national de l’Artisanat. ” C’est un honneur pour le Mali de participer à ce grand rendez-vous du savoir de la sous-région qui permettra aux artisans africains de créer un cadre de promotion de l’excellence. Jusqu’ici, tout se passe bien, nos artisans sont bien installés et nous sommes présentement en phase d’échange avec les professionnels venus d’ailleurs, car l’un de nos objectifs est de vendre la destination Mali” a-t-il déclaré. Le Mali, tout comme les autres pays, présentera trois lauréats dans le domaine du textile, de la bijouterie et de la maroquinerie.

Clarisse NJIKAM,

 Envoyée spéciale à Abidjan

PARTAGER