Première édition du festival de masques et des marionnettes de Yorosso :Valorisation de la culture et développement au centre des activités

0
1

Du 1er au 4 décembre, la commune rurale de Boura a vibré au rythme de la 1ère édition du Festival des masques et marionnettes de Yorosso. La cérémonie d’ouverture était placée sous la haute présidence du ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Modibo Kadjoké. Il était entouré du Secrétaire général de la Présidence de la République, Baba Berthé et des autorités politiques et administratives du cercle de Yorosso

Pari réussi pour l’ADECY (Association pour le développement de Yorosso), organisatrice de la première édition du FESMACY (Festival des masques et marionnettes de Yorosso), quant à l’adhésion massive des populations à cet important évènement. Celles-ci n’attendaient qu’une pareille occasion pour mettre en valeur les immenses richesses culturelles, aussi bien que les merveilles de la nature, dont regorge ce cercle de plus de 177 000 habitants.

 

Dans son allocution de bienvenue, le maire de Boura a énuméré les défis majeurs auxquels sa commune est confrontée. Il s’agit, selon lui, de la scolarisation des enfants, de la couverture sanitaire, de l’énergie et l’éclairage public et de l’enclavement. Le Président de l’ADECY (Association pour le développement de Yorosso, initiatrice du festival), Kloussama Goïta, a, pour sa part, tenu à remercier le Président de la République pour son plaidoyer en faveur du développement du cercle de Yorosso.     

 

Sitôt après les différentes allocutions qui ont marqué l’ouverture du festival, le ton fut donné par le passage des groupes de danses traditionnelles, des confréries des chasseurs, des masques et marionnettes, sans oublier celui des artistes et des sportifs. Cette première parade n’étant qu’un avant goût des merveilles que Yorrosso allaient présenter au public. Durant quatre jours, en effet, les festivaliers, 24 heures sur 24, se sont régalés, avec au menu des prestations de groupes de masques diurnes et nocturnes et de groupes d’animation musicale. Parallèlement à ces animations inédites se déroulaient plusieurs autres activités, telles que l’exposition des objets d’art, les jeux purement traditionnels et des conférences-débat.

Le Fesmacy n’avait pas que le côté festif, Il y avait aussi ce côté intégrateur, qui a vu l’éclat de ses activités rehaussé par la participation des confréries de masques diurnes et nocturnes du Burkina Faso, des villages de Farama et de Guy. A noter aussi, sur le même registre, la visite d’une délégation burkinabé forte d’une dizaine   d’officiels, avec à sa tête Mme le préfet de Tansila, Adèle Compaoré Ouédraogo, et le Commissaire Gustave Dabiré. Celle-ci a d’ailleurs pris part aux débats sur les thèmes mariage précoce dans le cercle de Yorosso et travail abusif des enfants. Plusieurs autres thèmes ont meublé les débats du festival. Et c’est au cours du débat sur «Le patrimoine enjeu de développement» qu’elle a animée que le Pr Diama Cissouma  a annoncé la réalisation à Boura d’un espace culturel.

 

La première édition du festival de Yorosso, à en juger par l’engouement des populations, a été un franc succès. Le président de l’ADECY dira d’ailleurs que ses espoirs sont comblés et les populations pressées de voir la réalisation de la prochaine édition. Il a surtout insisté sur la nécessité de préparer la relève des masques. Avant de conclure «on va tirer les enseignements de ce festival, pour préparer la 2ème édition, qui va se tenir à Koury».   

 

 

Pierre Fo’o Medjo


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.