3ème édition de la rentrée littéraire : Les rideaux sont tombés, vendredi dernier, à l’hôtel Salam

0
1

Bamako a vibré du 7 au 10 février 2012 au rythme du livre et de la lecture. Cette vibration, riche en couleurs, s’inscrivait dans le cadre de la rentrée littéraire du Mali. Placée sous le signe suivant « l’Afrique se raconte à elle-même et au monde », cette 3ème édition  a mobilisé plusieurs  acteurs de la littérature africaine et internationale ainsi que les élèves et étudiants du Mali.

Durant trois jours, la salle d’exposition du musée national du Mali, l’Université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako ex FLASH, le Blomba, Medina (quartier Médine) et l’institut Français ex CCF, ont été le théâtre de ces activités littéraires. La clôture de cette rentrée s’est tenue, à l’hôtel Salam, sous la  présidence du ministre chargé des relations avec les institutions. Le ministre Abdoulaye Sall était accompagné pour la circonstance par un chaleureux public, constitué d’étudiants, de professeurs et d’écrivains.

Pour cette clôture,  plusieurs prix étaient à l’honneur. Le prix du meilleur roman de l’année a été remporté par l’œuvre « La Révolte de Zanguè, l’ancien combattant »  du professeur Fodé Moussa Sidibé. Le prix Massa Mankan Diabaté a été remporté par l’écrivain Seydou Diarra avec son œuvre « le Tabou ». Le prix du Meilleur manuscrit a été décerné à Paul Marie Traoré et enfin le prestigieux  prix Yambo Ouloguème à été décerné à l’écrivain et journaliste camerounais  Egène Ebodé. Il faut rappeler que cette rentrée littéraire est l’unique évènement conservant un prix littéraire continental. Et le Mali se réjouit d’être le point de convergence des professionnels du livre et des amoureux de l’écrit tout en faisant la promotion d’une production littéraire africaine qui soit universellement reconnue. Aux dires des organisateurs et participants, cette semaine culturelle aura comblé toutes les attentes. Vivement la prochaine édition !!!

TAO IBRAHIM


 

 

 

 

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.