3ÈME Edition du festival du Beledougou : Un véritable creuset de sauvegarde du patrimoine culture matériel et immatériel

0

Bélèdougou a abrité la troisième édition du Festival qui porte son nom. C’était du 06 au 08 mai 2016  à Kolokani  en présence des chefs de villages, du représentant du ministère de la culture, du Directeur du festival du Beledougou, M. Amady Houry Diallo,  des  Honorables députés du Beledougou, du  sous-préfet,  des conseillers  de cercle,  des Artistes  du Bélèdougou, des Associations des ressortissants du bélédougou, etc. La cérémonie était placée sous le haut parrainage des 10 maires du cercle de Kolokani et la marraine était la Diva du Beleddougou, Mariam Bagayogo.

 

Un millier de festivaliers venus des quatre points cardinaux du Beledougou et d’ailleurs  ont pris part à l’événement dont l’ouverture a été présidée par le sous-préfet, M. Amadou H Maïga. Occasion pour ce dernier de faire observer une minute de silence aux disparus.

 

Dans son discours, le Directeur du festival, M. Amady Houry Diallo  soutiendra que «ce festival s’inscrit dans le cadre de la promotion de la culture du Bélèdougou. Nous savons tous, que le Beledougou est une zone riche de sa diversité culturelle. Aussi, c’est une zone  d’honneur, de dignité, et de la sauvegarde des patrimoines culturels. C’est vrai, nous avons été confrontés à d’énormes difficultés lors des préparatifs  des deux dernières éditions. Cette troisième édition, avec l’engagement de nos frères de Bélèdougou vient de gagner le pari. Je suis fier  du Bélèdougou à cause de sa culture. Car c’est une culture sensible et très riche. Aujourd’hui, le Bélèdougou peut avoir tout dans sa culture s’il arriver à le sauvegarder».

Dans son allocution, l’Honorable Modibo Kouyaté dit Mann affirme que « le Beledougou fait la fierté de sa localité et du Mali entier à travers sa diversité culturelle. Car nous nous identifions  dans ce festival. Et à travers ce grand festival,  la culture du  Bélèdougou est en train de se  faire connaitre.   Les deux dernières éditions ont été consacrées entre Kati et Kolokani. Et cette année, toutes les activités sont consacrées  dans la seule localité de Kolokani.  Et Cela prouve une cohésion totale du Beledougou… Nous venons de découvrir beaucoup comme le TIBARANI, le KOTEBA, LE Tièblétiè… Ce  sont des folklores qui se jouaient  dans les champs  collectifs ; Les jeunes se regroupaient alors  pour aller cultiver  le champ de la belle famille (Bouranti). Donc c’est à travers ces folklores  que les  gens étaient toujours motivés de se réunir… Aucun pays aujourd’hui ne peut se développer sans sa culture. Tous les fils du beledougou sont vivement appelés à se donner les mains  pour qu’ensemble nous puissions porter très haut notre tradition…»

 

Pour sa part, la marraine Mariam Bagayogo, ajoutera : « je suis heureuse d’être la  marraine du festival du Bélèdougou aujourd’hui à Kolokani, sinon dans le Beledougou. Je suis toujours prête à me sacrifier pour promouvoir notre culture. C’est à travers cette culture qu’on peut se reconnaitre. Ce n’est pas pour rien que nos grands parents nous ont légués cette culture. Elle nous donne une leçon de vie, un enseignement. Je lance un appel à tous les Maliens à se donner la main et de mettre l’accent sur la culture malienne en général».

La Rédaction

PARTAGER