La 5ème région se dote d’infrastructures artisanales : Le village et les maisons de l’artisan inaugurés

0
La 5ème région se dote d'infrastructures artisanales
Une vue du village artisanal de Mopti, un joyau architectural

La 5ème région se dote d'infrastructures artisanales

Le président de l'assemblée régionale dans une belle tenue peulh offerte par les Mopticiens
Le président de l’assemblée régionale dans une belle tenue peulh offerte par les Mopticiens

En 2010, Ousmane Ag Rhissa, alors ministre de l’Artisanat et du Tourisme, procédait à la pose de la première pierre du village artisanal de Mopti, bâti sur une superficie de 2Ha 80 A 14 Ca et comprenant une zone de production, une zone d’exploitation vente, une zone d’animation et une zone de bureaux, pour un cout de 1,75 milliard de Fcfa, financé exclusivement par le budget national. La cérémonie d’inauguration de ce joyau architectural s’est déroulée le lundi 1er septembre dernier, sous la présidence du président de l’Assemblée nationale.

 

Il avait à ses côtés les ministres de l’Artisanat et du tourisme, de l’Emploi et de la Formation professionnelle, de la Fonction publique et du Travail, de la Femme de l’Enfant et de la Famille, l’ancien ministre Ousmane Ag Rhissa. On notait également la présence du gouverneur de Mopti, du représentant de l’Ambassadeur du royaume du Danemark, du président de l’Assemblée permanente des chambres de métiers du Mali (APCMM), les notabilités et une foule nombreuse.

 

 

Le ministre de l’Artisanat et du Tourisme, Mme Berthé Aïssata Bengali, dans son allocution a rappelé que l’artisanat joue un grand rôle dans la vie économique, sociale et culturelle du Mali. Selon elle, il représente 40 à 46% de la population active et sa contribution au produit intérieur brut est d’environ 15%. Cependant, Berthé Aïssata Bengali a souligné que le secteur est confronté à d’énormes difficultés qui ont entravé son épanouissement. Il s’agit entre autres, de la faiblesse des moyens de production et de promotion et le manque de débouchés, le manque d’organisation et d’intégration professionnelle ; la précarité des entreprises.

 

 

C’est pour toutes ces raisons que, dit-elle, dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action du document de politique nationale du développement du secteur de l’artisanat, son département a mis en place un vaste programme de construction de 9 villages artisanaux dans les capitales régionales et le district de Bamako.

 

 

Par ailleurs, le ministre Bengali a fait savoir que le village artisanal de Mopti se justifie par le dynamisme et la diversité de l’offre artisanale et touristique de la 5ème région. Elle a expliqué que le village artisanal, espace privilégié de conservation du savoir-faire traditionnel, constituera un produit d’appel touristique pour les visiteurs nationaux et étrangers.

 

 

Prenant la parole, le président de l’Assemblée nationale a illustré la présence de sa forte délégation à Mopti par l’engagement de faire de l’artisanat un pilier de relance et d’épanouissement social et culturel du pays. ” L’artisanat a souffert des crises et joue un rôle dans la relance économique, sociale et culturelle malgré ces difficultés. Il s’agit pour nous d’encourager les différents acteurs à poursuivre cette dynamique qui parviendra à terme à soutenir les petites et moyennes entreprises“, a-t-il déclaré.

 

 

Avant de féliciter le gouvernement et l’ensemble des partenaires pour la réalisation de l’ouvrage sur le budget national. Il a enfin lancé un appel afin que les amis du Mali viennent à Mopti pour voir les gestes touristiques.

 

Le président de l’APCMM, Mamadou Minkoro Traoré, au nom des artisans, a remercié les autorités pour leur soutien au secteur de l’artisanat du Mali. Il dira que le problème d’espace pour les activités artisanales se pose aujourd’hui avec beaucoup d’acuité dans toutes les localités du Mali. Cette situation, dit-il, pénalise énormément non seulement les artisans, mais aussi les consommateurs et singulièrement les touristes étrangers à Mopti, quand on sait que la Venise malienne est un haut lieu du tourisme. Il a enfin lancé un appel aux artisans de prendre soin de ce joyau architectural pour lui donner toute sa plénitude.

Les maisons des artisans de Bandiagara et Djenné inaugurées

La forte délégation a fait d’une pierre deux coups, en procédant à l’inauguration de la maison des artisans de Bandiagara et de Djenné, le mardi 2 septembre. Le coût total de chacune de ces infrastructures s’élève à 300 millions de Fcfa. C’est le fruit du partenariat entre le ministère de l’Artisanat et du Tourisme, le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle et le Royaume du Danemark.

 

Construite sur les ruines de l’ancien palais de justice, la maison des artisans de Djenné, qui a coûté près de 300 millions de Fcfa, comme celle de Bandiagara. Elle comprend un rez-de-chaussée (un accueil orientation, une cafeteria, une salle informatique, des bureaux, des ateliers de production, des blocs de toilettes et un local de sécurité) ; à l’étage (des ateliers boutiques, bureaux, un secrétariat, une salle de réunion, et un hall de circulation).

 

 

Selon le président de l’Assemblée nationale, Issiaka Sidibé, la construction de ces maisons est le meilleur moyen de lutter contre la pauvreté. D’autant que à l’en croire, ce sont les artisans qui créent, c’est à partir des artisans qu’on montre notre pays. “Si Bandiagara est réputé pour les merveilles du pays Dogon, Djenné, est une ville religieuse et de tourisme. Ceci va stimuler le tourisme et c’est pour cette raison que je suis là. C’est un immense honneur pour moi de me retrouver aujourd’hui ici. Ce joyau va permettre la fixation des jeunes ici. Je suis sûr que ce bâtiment va donner le départ à quelque chose de merveilleux à Djenné”, a déclaré Issiaka Sidibé.

 

Pour le ministre de l’Artisanat et du Tourisme, Berthé Aïssata Bengali, doter Djenné d’une maison des artisans n’est que rendre justice aux populations de Djenneri, de Pondori et de Fakala quand on sait qu’ici, très tôt, leur génie créateur a façonné des produits artisanaux de belle facture. Il s’agit, entre autres, de la célèbre mosquée de Djenné, architecture unique en son genre ; des célèbres boucles d’oreille peulh ; des symboliques masques Bamanan et de la légendaire poterie Bozo.

 

Il faut rappeler que la réalisation des villages artisanaux et des maisons des artisans est un vaste programme entrepris par le gouvernement afin de booster le secteur de l’artisanat retenu comme un pilier de la relance économique et de l’épanouissement social au Mali.

 

Clarisse NJIKAM

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER