A la rencontre des acteurs de Tayinibougou

0

N’Dji¬† Yacouba Traor√© : ”Monsieur maire de Tayinibougou”

N’Dji Yacouba Traor√©

N√© √† Konobougou le 11 novembre 1978, NDji Yacouba Traor√© est un com√©dien issu de¬† la promotion 1998-2002 de l’INA. Le virus de la planche, Ndji l’a eu √† l’INA. Le regrett√© √©crivain Sada Samak√© lui donne son premier r√īle dans son spectacle ” la fin du serment “. Il est en 2√®me ann√©e. C’est un d√©clic. Ndji se d√©couvre une passion pour le th√©√Ętre. Depuis, il le vit intens√©ment. Cin√©ma, t√©l√©vision et th√©√Ętre n’ont plus de secret pour lui. Et puis,¬† il rencontre Alioune Ifra N’Diaye sur un plateau de t√©l√©vision. Celui-ci lui donne sa chance et le place comme assistant de metteurs en sc√®ne de renoms tels Claude Yersin et Patrick Le Mauf. Il joue aussi dans quelques pi√®ces de BlonBa comme “Sud-Nord, Kot√®ba de quartier ” diffus√©e par RFO et TV5. Ndji ambitionne d’exploiter cette exp√©rience dans une compagnie qu’il compte cr√©er bient√īt. En attendant, Alioune Ifra NDiaye lui confie des responsabilit√©s dans plusieurs projets artistiques. C’est le cas de Tanyinibougou dans lequel,¬† il est coauteur avec Ti√®bl√© Traor√© et Alioune Ifra N’Diaye. Il y joue √©galement le r√īle du maire de ” Tanyinibougou “. Il reprend le r√īle du c√©l√®bre personnage Guimba Kassambra de la tr√®s mythique pi√®ce¬† de Kot√®ba ” Wari “.

 

Ti√©ble Traor√©¬† : ”Tayini Bablen”

Tiéblé Traoré

N√© le 30 d√©cembre 1982 √† Bamako, Ti√®bl√© Traor√©, apr√®s le DEF comme candidat libre, int√®gre l’INA. Passionn√© de th√©√Ętre, Ti√®bl√© ne recule pas devant le travail. Toujours √† la recherche de nouvelles exp√©riences, il n’h√©site pas √† s’inscrire dans une formation propos√©e par le metteur en sc√®ne Claude Yersin avec BlonBa. Beaucoup d’√©tudiants abandonnent. Ti√®bl√© r√©siste.¬† Il est retenu dans la pi√®ce de th√©√Ętre ” Catherpillar “ qui servit de base √† cette formation o√Ļ il campe le r√īle principal. La pi√®ce tourne en France avec succ√®s. Ti√®bl√© d√©couvre un autre univers du th√©√Ętre. Le tr√®s professionnel univers du th√©√Ętre fran√ßais. √áa l’inspire.

Son professionnalisme s’en bonifie. BlonBa lance le programme ” le kot√®ba club de BlonBa “. Ti√®bl√© avec sa nouvelle exp√©rience internationale¬† postule. Il fait partie des 12 laur√©ats retenus. Trois ans et demi plus tard, il est du trio final de ce programme avec Isma√ęl N’Diaye et petit ATT. Depuis, il collabore dans beaucoup de projets artistiques. Notamment la troupe ” Topodjy “ de Kary Bogoba Couloubaly. Il a jou√© √©galement dans plusieurs t√©l√©films. Ti√®bl√© est coauteur du spectacle ” Tanyinibougou “. Il y joue le r√īle de ” Tanyinini Babl√© “, un personnage pervers qui ne recule devant rien pour se faire de l’argent.

 

Alimata Bald√© : ”pr√©sidente des femmes veuves de Tayinibougou”

Aminata Baldé

C’est lors du casting de la pi√®ce de Blonba, ‘‘Sud -nord Kot√©ba du quartier”, qu’Alimata Bald√© a commenc√© √† travailler avec la structure du fils d’Ifra N’Diaye. Alimata Bald√© et Ti√©bl√© Traor√© ont tous jou√© dans Caterpillar. C’est ainsi qu’ils ont √©t√© d√©tect√©s par Alioune, native de Bougouni, elle est n√©e le 27 juillet 1985 dans la capitale du Banimoniti√©. Sortante de l’INA promotion 2002-2006.

Apr√®s je suis all√©e √† Tunis pour repr√©senter le Mali √† une formation. C’√©tait sur l’art de l’interpr√©tation. Je fais le premier et le deuxi√®me degr√©. En 2011 et 2012, j’√©tais au th√©√Ętre de Carthage √† Tunis”. Bien avant la fin de ses √©tudes, elle travaillait avec Alioune.¬† Alimata Bald√© souhaite apprendre la mise en sc√®ne pour bien maitriser un secteur du th√©√Ętre afin de devenir aussi un metteur en sc√®ne.

Elle joue le r√īle de la pr√©sidente des femmes veuves de Tayinibougou. Elle joue aussi celui de l’aveugle m√®re de deux enfants ” Avec le maire on fait des affaires juste pour vivre, on est pr√™t √† tout, on manigance pleins de faux projets pour arriver √† nos fins. Pour ce qui est de l’aveugle,¬† c’est un r√©sum√© de la pi√®ce, une femme aveugle avec deux enfants, les conseils qu’on doit tirer de la pi√®ce’‘. Elle est la seule femme de la pi√®ce mais Bald√© se sent bien avec les autres.¬† Les com√©diens ont l’habitude de jouer ensemble dans d’autres cr√©ations de Bblonba. Elle s’adapte bien en tant que com√©dienne.

 

Isma√ęl N’Diaye : ”apprenti chauffeur, ¬†aveugle et capitaine”

C’est un des rares jeunes com√©diens sur lequel, les grands de la com√©die misent.¬† Ousmane Sow qui n’est plus √† pr√©senter¬† lui fait appel chaque fois.¬† Alioune, Michel et Guimba national, sont tous unanimes qu’il peut percer. Mais le reste d√©pend de lui-m√™me. Il a le talent et le sens de l’humour. C’est un gar√ßon exceptionnel, peut √™tre comme il est n√© un 1er janvier 1983 √† Abidjan ce qui fait de lui un com√©dien talentueux. Artiste com√©dien et humoriste, il poursuit ses √©tudes au conservatoire des arts multim√©dia Balla Fass√©k√© Kouyat√©, cela apr√®s avoir fini l’INA :¬† ”j’ai commenc√© √† l’√©cole primaire en C√īte d’Ivoire, quand je suis venu pour les vacances √† Bamako, les parents ont trouv√© bon que je¬† reste l√†, j’ai continu√© mes √©tudes √† l’√©cole du Progr√®s et apr√®s je suis all√© √† l’INA”. Il avait en t√™te de devenir com√©dien, car ses idoles √©taient Bakary Bamba et Louis de Funes. C’est ainsi que tout petit, il imaginait des histoires dr√īles, qu’il racontait √† ses amis d’enfance, puis ses camarades de classe. Isma√ęl N’Diaye est de la promotion 2001-2004 de l’INA, c’est apr√®s qu’il a √©t√© dans un centre de cr√©ation artistique, il a fait une cr√©ation intitul√©e ‘‘Bogodj√©nin√©”, puis des s√©ries t√©l√© comme le grin, Baj√©n√©, et des pi√®ces aussi. Il fait partie des r√©v√©lations du Kot√©ba club de Blonba. Actuellement,¬† il veut se lancer dans l’√©criture pour cr√©er ses propres pi√®ces m√™me si ce sera en one man’s show.

L’homme aux trois r√īles,¬† c’est comme cela qu’on l’appelle dans Tayinibougou. Il est le commer√ßant, l’apprenti chauffeur et le cap’taine : ”c’est comme tout le monde √† Tayinibougou, le capitaine voit que chacun a eu son gain sauf les soldats, donc¬† ils r√©clament leur part en posant des actes que tout un chacun pourra juger en voyant la pi√®ce.¬† Dans le r√īle du commer√ßant,¬† je ne fais qu’acheter tout ce qu’on me pr√©sente. C’est un peu comme le font les commer√ßants pour ce qui est de l’apprenti chauffeur, il vient r√©clamer sa part, parce que le maire a tout vendu et partag√© une partie de l’argent en oubliant les apprentis chauffeurs”.

 

Nouhoum Ciss√© :¬† ”B√©l√©b√© et l’imam de Tayinibougou”

Nouhoum Cissé, Baniengo

Il a √©t√© connu gr√Ęce √† la campagne de citoyennet√© √† travers le petit film ”Bayengo”.¬† Nouhoun Ciss√© a commenc√© ses √©tudes √† Kouroula √† 20 Km de Kita. Apr√®s avoir d√©croch√© son DEF √† Kita ville, il a √©t√© orient√© au lyc√©e de Badalabougou pour terminer ses √©tudes √† l’√©cole normale sup√©rieure en psychop√©dagogie. Nouhoun Ciss√© est professeur d’enseignement¬† secondaire. Malgr√© ce cursus scolaire, Nouhoun Ciss√© est devenu com√©dien, mais d’apr√®s lui-m√™me tout a¬† commenc√© en bas √Ęge.¬† Car il a toujours √©t√© un amuseur public dans son village et √† chaque c√©r√©monie de mariage,¬† il √©tait charg√© de faire rire les nouveaux mari√©s, c’est apr√®s qu’il a √©t√© envoy√© √† Kita pour participer aux phases locales des semaines nationales qui vont aboutir √† la biennale. ”Un jour quand j’ai vu quelqu’un jouer sur la sc√®ne, √ßa m’a beaucoup inspir√©, il s’agit de Kardjigu√© La√Įco Traor√©.¬† A l’√©poque,¬† il √©tait enseignant. C’√©tait l’un des meilleurs acteurs de la r√©gion de Kayes, sinon le premier c’est quand je l’ai vu jouer sur sc√®ne, j’ai aim√© le th√©√Ętre comme √ßa, et je me suis dit que je veux √™tre comme lui”. Inspir√© par Kardjigue, il a √©t√© recrut√© pour la phase r√©gionale comme danseur et chanteur, il faisait le sport, l’athl√©tisme et jouait dans la pi√®ce aussi. Apr√®s Kita, il arrive √† Bamako o√Ļ il a particip√© √† la mise en place de la premi√®re troupe de Badalabougou. ‘‘J’ai form√© la troupe du lyc√©e, tous mes promotionnaires de 1974 √† 1975 me connaissent dans ce sens, apr√®s j’ai fait trois phases de la pr√©paration de la biennale avec Kati avant de participer √† la biennale avec Koulikoro, c’√©tait en d√©but 1968 parce qu’on n’a m√™me pas achev√© qu’il y a eu le coup d’Etat”.

C’est gr√Ęce √† Karamoko Ouedraogo qu’il a √©t√© form√© √† Kati et particip√© √† la biennale. Ce qui lui a valu d’√™tre responsable √† la jeunesse et √† la culture √† Kati au temps de l’UDPM. C’est ainsi qu’il a appris √† jouer le n’goni, √† monter des pi√®ces et faire le chŇďur √† Kati.

En 1984-1985,¬† il √©tait en stage √† l’INA. C’est ainsi qu’il a √©t√© d√©couvert par Ousmane Sow qui l’a utilis√© dans ”Wari II’‘ dans le r√īle du policier. L√† commence le v√©ritable amour pour le th√©√Ętre. Il c√ītoie les grands de la com√©die et du th√©√Ętre et l’amateur profite des professionnels pour s’aguerrir.¬† Apr√®s Ousmane Sow,¬† il continue avec Aguibou Demb√©l√©. √Ä ne pas confondre avec Guimba national qui est Habib Demb√©l√©. ‘‘ C’est ainsi qu’un jour √† l’ORTM, il y a Alioune Ifra N’Diaye qui m’a vu, et m’a fait confiance pour Bayengo, je lui ai dit de me faire un texte, il dit non, de faire comme je¬† veux. Il m’a tout simplement expliqu√© l’histoire. J’ai fait Bayengo.¬† C’est devenu un boum. Les cin√©astes ont commenc√© √† me chercher, j’ai jou√© dans les rois de S√©gou, sud-nord, les concessions etc ‘‘. Nouhoun Ciss√© est du cercle de Kita plus pr√©cis√©ment de Founya Moribougou o√Ļ il est¬† n√© le 31 d√©cembre 1956 dans Tayinibougou. il joue deux r√īles, il explique lui- m√™me ” le premier r√īle c’est une femme qui n’a pas accept√© de vieillir qui veut rester toujours jeune fille. Qui essaye de capter les jeunes gar√ßons et les mettre √† son compte. C’est une femme perverse qui ne veut pas vieillir.

Le deuxi√®me r√īle,¬† c’est l’imam. Ce n’est pas l’imam¬† que nous voulons qui apparemment est tr√®s bien, mais qui fout en l’air le sens du vrai islam et fait tout le contraire d’un bon imam, c’est un corrupteur, un coureur de jupon, il le fait de mani√®re discr√®te croyant qu’il n’est pas vu alors qu’il a un Ňďil invisible sur lui”. Nouhoun Ciss√© est aussi sur un one man’s show intitul√© ‘‘la d√©mocratie selon Bayengo’‘. Quelle est la perception de la d√©mocratie selon Bayengo. Ce spectacle sera pr√©sent√© √† Sikasso en d√©cembre en marge du festival th√©√Ętre des r√©alit√©s. Il veut faire un documentaire sur les jeux traditionnels en milieu malink√©. Il a enfin un projet des contes pour enfant qui varient de 5 √† 20 minutes, et des contes pour les grandes personnes.

                                                         Rassemblés par Kassim TRAORE

PARTAGER