AJPC-YIRIWA : promouvoir la culture

0
1

A la faveur de la conférence débat, qu’elle a organisée Samedi dernier au  Centre International de Conférence de Bamako, l’Association des Jeunes pour  la Promotion de la Culture  (AJPC YIRIWA), entend  donner un nouveau souffle à la culture de la paix et à la non violence. De nombreuses personnalités ont effectué le déplacement pour participer à cette tribune des jeunes.

 

A la différence des autres associations l’AJPC – YIRIWA est coparrainée par deux Amazones réputée pour  leur leadership. Il s’agit de Madame Seck Oumou Sall, Maire de Goundam et non moins présidente de l’Association Annia et Madame Traoré Oumou Touré Présidente dela CAFOet membre dela Commission ElectoraleNationale  Indépendante. Pour donner  à l’événement un cachet particulier   l’Honorable  Assarid Ag Inbarcawane a été choisi comme parrain.  Dans  son allocution le président de la jeune association, Issa Imhasse a lancé un appel à la jeunesse pour qu’elle reste souder partout au Mali « que les jeunes de Kokofata, de Kadiolo, Kati, se sentent chez eux à Kidal, à Abeibara et même à Aguelhok à Ménaka, à Tessalit et à Léré ». Et d’ajouter  « que les jeunes de Bamba, de Bourem,   de Tessalit  de Koro, de Goundam se sentent chez eux à Diboli, à Mahina, à Nara ». L’objectif de la conférence est de créer un cadre de concertation et d’échange  entre les jeunes autour des questions relatives à la paix et à la sécurité. Lequel  objectif coïncide  avec la recrudescence des combats entre forces gouvernementales et les rebelles  du MNLA.   Pour le  président de l’AJPC les jeunes doivent être au cœur de la vie dela Nation.

Dans ses propos liminaires, la conférencière  principale Madame Traoré Oumou Touré,  a fustigé le comportement de certains politiques qui préfèrent utiliser les jeunes comme caisse de résonnance lors des scrutins. Selon elle        seule une jeunesse forte peut avoir son mot à dire  dans la vie dela Nation.  Desspécialistes   en question sécuritaire et en tourisme ont pris la parole pour expliquer à l’auditoire l’impact de la rébellion   sur les activités économiques. Pour le professeur Yoro Diakité,  président du Bara «  seule une jeunesse cultivée peut s’acquitter de ses devoirs citoyens ». Pour Conclure   l’honneur est venu à Madame Seck Oumou Sall de prendre la parole. Elle a salué cette initiative qui à l’en croire doit devenir une culture pour que la jeunesse du Mali puisse avoir sa place dans le concert des Nations.    

Badou S. Koba          

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.