Atelier sur les dangers des «arômes cube Maggi » : Le rapport qui dérange : L’Etat malien complice des industries alimentaires

0
7

Faiblesse sexuelle chez l’homme, Saignements vaginaux, Troubles uro-génitaux, Troubles cardiaques, Hypo ou hypertension, Gastrite, Troubles du comportement chez l’enfant, Gonflement de la prostate, maladies de Parkinson, d’Alzheimer … Ce sont là les risques mis en évidence par un atelier national portant sur les dangers liés à la consommation des aromes et autres exhausteurs de goût (cube Maggie, Ajinomoto, etc.).

Si les participants ont salué l’initiative de la rencontre, ils ont cependant vite déchanté. Le rapport qu’ils ont produit ne sera jamais rendu public. La pression exercée par les industries alimentaires est passée par là. La complicité de l’Etat aussi… La synthèse du document !

 

C’est vers la fin de l’année 2010 que l’atelier en question s’est tenu au CICB. Il a regroupé tous les départements, directions et structurées spécialisées (ministères de la santé, de l’élevage,  Agences en charges de la sécurité des aliments, laboratoires de santé, vétérinaires, chercheurs et universitaires…). L’ordre du jour portait sur les dangers liés aux additifs alimentaires, entendez les exhausteurs de goût, tous abusivement appelés au Mali «cubes » et/ou «arome Maggi». 

 

Trois jours durant, les participants ont, chacun, livré les résultats de leurs recherches et fait des témoignages très poignants sur le sujet. Il ressort de la synthèse du rapport qui nous a été communiquée (non sans mal– lire encadré : «Quand la politique sanitaire des aliments de l’Etat malien ne s’adresse qu’aux pauvres »), que  l’élément chimique à la base de la plupart des additifs alimentaires dont les exhausteurs de goût, s’appelle le Glutamate mono sodique  ou GMS (E 621). Appelé aussi «potentialisateur de saveur», il s’agit d’une poudre blanche ayant l’apparence du sucre et avec la particularité de renforcer le goût des ingrédients auxquels il est mélangé. Il s’avère aujourd’hui, l’un des produits les plus contestés au même titre que la nicotine.

Le Glutamate monosodique en question

Voici la définition  des experts par rapport au produit :

Chimiquement parlant, le glutamate monosodique est le sel sodium de l’acide glutamique (l’un des 20 acides aminés naturels non essentiels qui composent les protéines). Cela explique le nom de «glutamate de monosodium».

Concrètement, il s’agit d’une poudre blanche (composée de petits cristaux) qui se dissout rapidement dans l’eau ou la salive. Une fois dissoute, cette substance se sépare en sodium et en glutamate.

Le glutamate est fabriqué en fermentant un féculent et un sucre (comme la canne à sucre, la mélasse).

L’acide glutamique fût isolé en premier lieu à partir du gluten (blé) et fût découvert comme l’essence des goûts délicieux des bonnes soupes préparées au Japon.

Il s’agit d’une substance chimique présente à l’état naturel), «protéines hydrolysés» et «épices» dans une étiquette de produit alimentaire

L’usage du glutamate monosodique est parfois caché dans les étiquettes alimentaires sous différents noms comme «assaisonnements naturels»…».

Des risques très élevés

 

Il est ressorti des différentes communications lors de l’atelier que le Glutamate mono sodique (GMS) est abusivement utilisé dans les additifs alimentaires au Mali et sans le moindre contrôle. Ce, aussi bien dans les produits d’importation que de fabrication locale. Les participants ont déploré la timidité, voire l’absence de contrôles à ce niveau. Déjà même à faible dose, le produit n’est pas sans  danger à long terme. 

 

Selon des témoignages, les chercheurs l’utilisent dans leurs labos en vue de rendre les souris obèses dans le cadre strict de leurs travaux sur le diabète. En clair, ils rendent les souris obèses en leur inculquant le Glutamate afin d’observer l’effet de l’insuline. Ces rongeurs sont appelés « RATS TRAITÉS AU MSG».

 

 L’on comprend dès lors pourquoi en Afrique Centrale en l’occurrence, des femmes l’utilisent par voie anale, non sans danger, pour rendre leurs fesses plus rondes et plus rebondies (lire encadré : Le cube Maggi, pour des fesses rondes et sexy). 

 

D’autres témoignages émanant de vétérinaires révèlent qu’à forte dose, le Glutamate mono sodique est utilisé dans les milieux paysans pour castrer les bœufs de labours.  L’effet, dit-on, est immédiat ! 

 

Chez l’être humain et selon la sensibilité des individus, les maux peuvent varier  d’une personne à une autre (voir liste – complément d’informations : www.pubmed.com).

 

Il faut dire, en tout état de cause et au regard de l’ampleur du danger, que les participants ont suggéré aux plus hautes autorités du pays, la moralisation, voire l’interdiction pure et simple de ce produit dans les additifs alimentaires abusivement appelés «cubes » et/ou « aromes-Maggi ». Ces produits restent avant tout des marques déposées ayant donné  leur nom à tous les autres  exhausteurs de goût. 

 

 

La réaction des fabricants maliens

Il ressort des confidences recueillies auprès des organisateurs dudit atelier, que les industries agro-alimentaires et celles évoluant dans les additifs alimentaires en l’occurrence, se sont fermement opposées à la publication du fameux rapport. Arguant, dans un premier temps n’avoir pas été impliquées dans les travaux et mettant ensuite en garde contre le chômage d’une éventuelle réticence qu’auraient éventuellement les consommateurs pour leurs produits.

Le seul de leur argument ayant véritablement prévalu est que le Glutamate mono sodique dont il est question est bien et bel autorisé dans toutes les industries agro-alimentaires du monde, y compris en France, aux Etats-Unis… En somme, aucun pays n’a encore interdit cette substance qui, plus est, s’avère naturelle.

 

A  l’Agence nationale sur la sécurité des aliments, on a voulu nous édifier, bien entendu, dans l’anonymat : « Le Glutamate est en effet  autorisé en France  comme aux Etats-Unis, mais sous conditions avec des dosages bien réglementés et contrôlés. Il existe ici des quantités maximales et minimales autorisées selon les types d’aliments. Ce qui n’est pas le cas chez nous… ». 

 

A cause du tollé soulevé contre le glutamate aux Etats-Unis, révèle notre source, certains restaurants asiatiques furent contraints d’afficher la note «NO MSG HERE»!! » (Pas de Glutamate ici !).

Comme pour dire que l’argument des fabricants maliens ne tient qu’à un fil et que la pression exercée par les agro-alimentaires reste partout la même à travers le monde.

 

Au Mali, le fameux rapport dort toujours dans les tiroirs de l’administration d’Etat et nul parmi les organisateurs encore moins les participants, n’entend l’épousseter. 

 

B.S. Diarra



 

 Le cube Maggi, pour des fesses rondes et sexy

En RDC, des femmes utilisent le concentré d’aromates comme suppositoire pour arrondir leur postérieur

Certaines femmes de République Démocratique du Congo se servent du cube Maggi par voie anale pour arrondir leur croupe, que les hommes préfèrent dodue. La pratique n’est pas sans risque pour la santé.

 

Par Aurore Assombri

La chanson « Ntaba ya Bandundu » devient doucement un tube en République Démocratique du Congo. Cette rumba de Shiko Mawatu, plus connu comme parolier, traite dans ses grandes largeurs de l’infidélité d’une femme. Mais l’introduction du morceau évoque un sujet tabou. « T’en as déjà mis huit sur les dix qu’il y avait à la cuisine, lance en substance le morceau en lingala. Laisse les deux autres pour assaisonner les haricots. » Hélène se plaint en effet que son amie ait dilapidé le stock de cubes Maggi pour rester au top de sa forme fessière.

Cube Maggic ?

Certaines introduisent en effet ce concentré d’aromates par voie anale pour avoir le postérieur généreux dont une majorité de Congolais raffolent. Elles l’utilisent dans sa forme brute comme suppositoire ou le liquéfient afin de l’introduire plus facilement par le biais d’une seringue. « Les femmes se disent que comme le cube Maggi est plein d’élément nutritifs, si on le place à cet endroit, seules les fesses prendront de la masse », résume Kerwin Mayizo, chroniqueur radio sur RFI et France Inter.

Le spécialiste musical souligne que de grands artistes du pays demandent à leurs danseuses d’utiliser le « cube ». Il se remémore des scènes qu’il a vues, des informations qu’on lui a fournies et dresse un emploi du temps type des filles : « Elles restent dans une villa où, le matin, un chorégraphe les fait danser. Vers 10h, elles voient leur conseiller en esthétique qui leur donne des lotions et des produits décapants. Après, on s’arrange pour qu’elles fassent au moins trois repas copieux et très gras. Le soir, le médecin du coin vient avec du Durabolin. Comme au final sur dix filles on n’en garde que cinq, certaines demandent à ce qu’on leur amène du cube Maggi pour mettre toutes les chances de leur côté ».

 

Belle à mourir

Une mode qui peut se révéler dangereuse pour la santé. De nombreuses femmes ont développé des infections, notamment à cause des épices contenues dans le cube Maggi. Les moins chanceuses ont succombé.

 

MALIBA INFO

Quand la politique sanitaire des aliments de l’Etat ne s’adresse qu’aux pauvres

Notre tentative de nous procurer le document en intégralité est restée vaine. Les participants approchés par nos soins affirment n’avoir pas encore reçu le rapport malgré la promesse des organisateurs de leur  adresser des exemplaires.

Rappelons que les séminaristes étaient venus de toutes les régions du Mali en plus des experts de l’étranger, dans le cadre strict dudit atelier. Mais le document a été finalement classé sans suite.

Certains des acteurs ont cependant bien voulu nous livrer une synthèse des travaux. Non sans la crainte de subir d’éventuelles représailles.  D’où l’anonymat.

 

L’on constate, en tout état de cause, que la politique de la sécurité sanitaire des aliments de l’Etat malien ne s’adresse pas à tous. C’est selon ! N’est-ce pas les petits restaurateurs qui sont particulièrement ciblés ? Bien entendu, la sécurité alimentaire des aliments va au delà des gargotiers du marché de Médine et des auto-gares Sogoniko.     B.S.DIARRA

 

Groupement des commerçants  du Mali

 

Soya Golfa sonne le renouveau

Après l’Assemblée générale statutaire du groupement des commerçants du Mali qui a reconduit  Soya Golfa à sa tête, le tout nouveau président entend prendre ses responsabilités en redonnant une nouvelle dynamique à l’une des plus vieilles associations du Mali.

Comme l’a si bien souligné Mr Guitteye à l’occasion de la mise en place du nouveau bureau la semaine dernière, « exception faite à l’USRDA, le groupement des commerçants est l’une des plus  vieilles associations apolitiques, légales en République du Mali ». Elle a été  créée en 1947 et a pour but la défense des intérêts de tous les  operateurs économiques du Mali (commerçants, industriels et prestataires de services).

Le renouvellement du bureau a donné l’occasion au nouveau président d’exhorter les commerçants du Mali à plus d’unité pour un groupement plus uni et prospère. Il a, par ailleurs, invité ceux qui n’ont pas encore adhéré au groupement à le faire car cette entité, dira-t-il, est un groupe d’actions pour un développement durable et  effectif du Mali et pour un mieux être et un bien être du citoyen malien.

En clair, le président envisage, par cet appel, un renouveau de sa structure dans un contexte marqué par plusieurs enjeux sociopolitiques et économiques.

 

Rappelons qu’à l’issue des assises du groupement,  un bureau de 150 membres a été mis en place présidé par Soya Golfa ,1er vice président, Karamoko Oulalé , 2ème vice président , Amadou Djigué, 3ème vice président  Ousmane Guitteye, secrétaire général, Mamadou Baba Sylla. Le mandat du nouveau bureau est de 4 ans.  

 

 

Ben 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.