Centre international de conférences de Bamako (CICB) : 19 ans fêtés en grandes pompes

1
cicb-Rama
Le PM et et le ministre de la culture lors de la cérémonie (au premier plan)

Haut lieu de rencontres nationales et internationales, le centre international de conférences de Bamako (CICB) a célébré en grandes pompes ses 19 ans. Pour l’occasion, la salle des 1000 places du CICB était en ébullition, le mercredi 13 août dernier. C’est dans une ambiance bon enfant que le premier ministre, chef du gouvernement, Moussa Mara, a présidé la cérémonie. Il avait à ses côtés, le ministre de la Culture, Mme Ndiaye Rama Diallo, le président du comité d’organisation du sommet Afrique-France 2016, Cheick Sidy Diarra, celui du GPAC, les membres du gouvernement, ceux des corps diplomatiques et consulaires accrédités dans notre pays, les acteurs culturels et une foule nombreuse.

 

Le CICB est un véritable joyau architectural, un des fruits de la coopération sino-malienne. Il est situé sur la rive gauche du fleuve Djoliba à proximité du pont Fahd. C’est un établissement Public à caractère administratif placé sous la tutelle du ministère de la Culture. Il se trouve à l’horizon de grosses attentes et des défis majeurs en cette nouvelle ère.

 

Les responsables mettent les bouchées doubles pour faire luire toujours davantage le blason d’une structure dans la continuité de son lustre séculaire. Le leitmotiv étant de mettre en place un plan de redynamisation et de redressement de ce vestige en vue de redorer son image. Jusqu’ici, le CICB a abrité moult évènements dira son tout-nouveau directeur, Paul Ismael Boro. Ce dernier dit souhaiter réussir sa mission avec le concours de tous.

 

Le CICB est d’office le siège des plus grandes rencontres internationales de très haut niveau tenues au Mali. Dans une projection vidéo, les invités et téléspectateurs de l’ORTM ont eu l’occasion de visionner les différentes manifestations que cette structure a abritées. On peut citer entre autres le 1er forum Panafricain pour le renforcement des capacités en Afrique, la 28ème Session de la conférence Islamique des ministres des Affaires Etrangères de l’OCI, la cérémonie d’investiture du Président Amadou Toumani Touré, en 2002, celle du président de la République par intérim, Diouncounda Traoré, en 2012, et même celle du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, en 2013, sans oublier l’organisation du sommet Afrique-France en 2005.

 

Dans son allocution, le ministre de la Culture s’est dite émue de tenir un discours dans cette salle. ” Intervenir dans ce Palais des congrès c’est d’abord vibrer au son des grands discours qui ont rythmé la vie politique, économique et socioculturelle du Mali “. Elle a ensuite remercié la République populaire de Chine qui en 1992 a entamé ce grand chantier de la construction du palais des Congrès. ” Le Mali a pu donner le cadre et la forme idéale aux contenus des grandes décisions qui se prenaient au sortir de chaque grande conférence, symposium, rencontre, colloque, etc. Quelle fierté de recevoir ici les chefs d’Etats africains lors de multiples sommets régionaux et sous-régionaux “.

 

Des doléances pour la rénovation du CICB

En 2005 déjà, le Mali recevait le Sommet Afrique-France et aucun effort n’a été mis de côté pour en faire une réussite. En 2016, le Mali recevra, à nouveau, le sommet Afrique – France. Cependant, la réussite d’un évènement est fonction de plusieurs facteurs dont le premier reste le ou les sites qui recevront ce chaleureux évènement. C’est pourquoi le ministre Rama a lancé un SOS à l’endroit du chef de l’Etat, à travers son chef du gouvernement, pour la rénovation totale du CICB, avant la tenue de cet évènement. ” La cérémonie des 19 années d’exploitation nous sert de prétexte pour entamer cette vingtième année avec un bilan serein et une vision claire du renouveau du CICB. Cette cérémonie préfigure également, une volonté de mon département de présenter le CICB comme, non plus une option, mais bien le centre incontournable de la réussite de ce sommet. Ainsi, j’associe ma voix par anticipation à celles autorisées pour que chaque Malien et Malienne s’intègre dans un schéma plus large de rénovation et de modernisation du CICB dans une perspective à court, moyen et long termes “.

 

Auparavant, le président du comité d’organisation du sommet Afrique-France, Cheick Sidy Diarra a réitéré son soutien sans faille à l’Etat malien, quant à la réussite de ce grand évènement. “ Le Mali a déjà fait preuve d’une belle organisation de cet évènement en 2005, lors du 23ème sommet Afrique-France. C’est ce joyau architectural, qui est une référence du Mali, qui avait abrité l’évènement. En 2016, le Mali abritera de nouveau le sommet et il serait souhaitable qu’une rénovation soit faite d’ici là “a souhaité le président du comité d’organisation du sommet Afrique-France 2016.

 

En réponse aux différents vœux, le premier ministre dira qu’il suffit pour le ministre de la Culture de bien présenter ses doléances. ” Il convient, aujourd’hui, 22 ans plus tard dans un contexte difficile de sortie de crise, de méditer les enseignements du fonctionnement de cette infrastructure pendant les 19 années écoulées et d’envisager les plus proches perspectives à l’orée de son 20ème anniversaire, en l’occurrence celles relatives à la bonne tenue du sommet Afrique-France en 2016 “. Il a ensuite lancé un message aux usagers. “Compte tenu de son statut d’Établissement public à caractère administratif, le CICB ne peut faire face à ses engagements si les usagers et les bénéficiaires de ces prestations ne remplissent pas leur part du contrat en s’acquittant de leurs obligations financières. Tout manquement ou retard de paiement pourrait compromettre ses perspectives d’évolution “.

 

L’ensemble instrumental a visité son répertoire durant la cérémonie, au grand plaisir des invités.

                                                                      

   Clarisse NJIKAM

PARTAGER

1 commentaire

  1. Je dis tout simplement quel gâchis. Est-ce que nous avons besoin de fêter les 19 ans de ce centre à des milliers de nos francs? et pour quel but? la Ministre de la culture a-t-elle besoin de lancer un SOS au PM pour la rénovation de ce centre sachant qu’il va abriter le sommet France- Afrique en 2016?
    Non, il est temps de cesser de nous distraire et de chercher à résoudre les vraies problèmes de ce pays qui ne manquent pas aujourd’hui surtout à cette période de soudure. Quand j’ai vu l’élément au journal télé du jeudi 14 août, j’étais tout simplement convaincu qu’il y a un problème de priorité au niveau de nos ministères, ce qui va forcement se répercuter au niveau du Gouvernement. Que pouvez vous faire pour faire revivre notre culture si “la culture malienne est à l’agonie”? d’après Lamissa. A cause de Dieu ne dépenser pas nos maigres ressources dans des futilités, penser aux autres qui tirent le diable par la queue, encore faudrait-il qu’ils le voit.

Comments are closed.