Devoir de Conscience ’’Odyssée d’un Jeune Etudiant ‘ : Un essai, un coup de maître !

0

C’est sur la colline du savoir, à la Flash de Badalabougou, que Fousseyni Maïga a dédicacé son essai Devoir de Conscience ’’Odyssée d’un Jeune Etudiant ‘’, le samedi 20 avril 2013.

Fousseyni Maiga
Fousseyni Maiga

Consultant en communication, journaliste, chargé de cours de Droit Privé, Fousseyni Maïga, a consacré sa première oeuvre à ses expériences vécues et à ses combats estudiantins.

A la cérémonie, au présidium, on notait la présence de Mamadou B Coulibaly, du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique ; Diadié Sogoba, du Ministère de l’Education, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales ; Mme N’Diaye Habibatou Gadjigo, Chef de Cabinet du Ministre de la Communication ; Moussa Mara, Maire de la Commune IV. Etaient également présents les professeurs, les enseignants, les parents, amis ainsi que de nombreux étudiants.

Publié aux Editions Presses Universitaires du Mali (PUM), l’ouvrage Devoir de Conscience ’’Odyssée d’un Jeune Etudiant ‘’de Fousseyni Maïga se veut un ramassé de ses six ans (2006-2012) d’expériences vécues et de combats estudiantins. A travers les 164 pages du livre, reparties en 30 chapitres, l’auteur s’est donné pour mission d’aider, au mieux de ses connaissances, de ses expériences et de ses capacités, les étudiants, voire l’enseignement supérieur malien, à sortir de l’ornière.

Il n’a pas manqué, dans son livre, de lever le voile sur les problèmes minant cet ordre d’enseignement, en pointant un doigt accusateur sur les étudiants.

Le livre est préfacé par Amadou Tiéoulé Diarra, Avocat au barreau, Mohamed Gakou, Directeur Général de l’Institut des Sciences Politiques, Relations Internationales et Communications (ISPRIC).

Dans l’avant-propos du livre, l’auteur mentionne que ‘’Devoir de Conscience’’ doit être un hymne pour la prise de conscience de tous les étudiants maliens, un appel pour bannir la violence dans l’espace universitaire, et amener la jeunesse à comprendre qu’elle est la détentrice de son avenir.

Les premiers mots de Fousseyni Maïga, lors de la cérémonie, ont été un hommage, d’abord au Dieu Tout Puissant, ensuite à ses parents, surtout de sa très chère mère. «Je veux que vous vous joignez à moi pour remercier ma mère, pour les bons conseils et les valeurs du travail, qu’elle n’a jamais cessé de nous inculquer durant l’éducation que nous avons reçue» a-t-il demandé.

Il a indiqué que le livre «Devoir de Conscience ’’Odyssée d’un Jeune Etudiant ‘’» est une restitution, une remise en cause, un mea-culpa et une projection dans l’avenir, afin de proposer des solutions idoines pour sortir l’école de l’ornière. «Il est important que les étudiants comprennent que ce livre est dédié à leur cause.. » a souhaité Fousseyni Maïga.

Pour Mamadou B Coulibaly, représentant du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche Scientifique, « Fousseyni Maïga doit servir d’exemple pour toute la jeunesse malienne ».

Quant au chef de cabinet du ministre de la communication, Mme N’Diaye Habibatou Gadjigo, elle confesse que le jeune Fousseyni Maïga est talentueux. « Il a osé et il a réussi » a-t-elle ajouté. Elle se dit impressionnée par la place que la maman occupe dans la vie de Fousseyni Maïga.

Diadié Sogoba, du Ministère de l’Education, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales, a abondé dans le même sens que les autres intervenants. Il a facilité et encouragé l’auteur. Il a laissé entendre que, suite à la requête des organisateurs de l’événement, le département verra comment il peut appuyer le jeune auteur en achetant beaucoup de livres.

Il ya eu également beaucoup de témoignages louant la qualité du jeune auteur.

La présentation du livre et des témoignages ont été suivis d’une conférence-débat sur ‘’ Jeunesse et processus démocratique du Mali : Enjeux et défis ‘’ animée par Moussa Mara.

Il faut signaler que la cérémonie a été agrémentée par la prestation musicale de Fouken J et d’Iba One.

‘’Devoir de Conscience’’, un livre à lire absolument, il coûte 5.000 FCFA.

A.M

 

PARTAGER