Etape du Musée national : Un intérêt marque pour les manuscrits de TOMBOUCTOU

0

Etape du Musée national : Un intérêt marque pour les manuscrits de TOMBOUCTOUEn visite officielle dans notre pays le week-end dernier, le président tunisien Mohamed Moncef Marzouki s’est rendu au Musée national. Son centre d’intérêt a essentiellement porté sur les manuscrits anciens venus de la vieille ville de Tombouctou. Ecrivain prolixe en arabe et en français et chercheur dans l’âme, l’illustre hôte n’a pas été dépaysé par les manuscrits séculaires collectés et conservés  à l’Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba Ahmed Baba de Tombouctou et dont une bonne partie avait été transférée à Bamako pendant l’occupation des jihadistes.

Pour l’occasion, les responsables Musée ont exposé quelques uns des 40 000 écrits de savants touchant presque tous les domaines du savoir : histoire, littérature, géographie, pharmacopée traditionnelle, théologie, mysticisme… Bref, une mine inépuisable de connaissances que les habitants de la ville sainte de Tombouctou conservent aussi au sein de bibliothèques familiales. Malheureusement, l’invasion jihadiste a favorisé le vol de près de 5000 manuscrits,  qui n’ont toujours pas été retrouvés.

Selon commissaire de l’exposition, Mohamed Diagayété certains manuscrits sont mêmes écrits par de savants tunisiens qui s’étaient rendus en voyage d’études à Tombouctou il y a des siècles.

Vers 11 heures samedi, le président tunisien arrive au Musée national. Il est accueilli par notre ministre de la Culture, Mme N’Diaye  Ramatoulaye Diallo et des jeunes enfants qui lui ont souhaité la bienvenue en langue arabe. Touché par cette  chaleur humaine, le chef de l’Etat tunisien s’est livré volontiers à une séance de photos avec les mômes.

Une fois dans la salle de l’exposition, le visiteur de marque a scruté au plus près les précieux manuscrits avec une grande admiration. « C’est un trésor que vous avez là, a apprécié Mohamed Moncef Marzouki. C’est  une grande partie de la mémoire du monde musulman que vous détenez là ». Et le président tunisien de sortir son appareil photo personnel de sa poche pour faire des clichés de certains manuscrits. Tout un symbole.

A. M. CISSE

PARTAGER