Exposition d’art  » quand le nord fête…  » Le centre culturel Korè magnifie le septentrion

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Le  centre culturel korè, a pour  mission principale la valorisation du patrimoine de la musique, de la danse et des masques et marionnettes. C’est dans ce contexte qu’a  eu lieu samedi 12 janvier dernier à Ségou, une exposition d’art  » quand le nord fête…  » pour magnifier les  communautés Sonrai, Touareg, Bellah et Maure du nord-Mali en cette période difficile.

La photo de famille lors du vernisage

La cérémonie qui se voulait sobre mais pleine de signification était présidée par le conseiller aux affaires économiques et administratives du Gouverneur de Ségou, en présence des autorités locales et communales de Ségou, du fondateur du centre culturel Korè, Mamou Daffé, des notables, des déplacés du Nord et une foule nombreuse.

Selon Mamou Daffé, fondateur du centre culturel Korè, «  Quand le nord fête… «  est la troisième exposition du Musée Korè. Cette fois-ci, il est question à travers ce thème, de rendre hommage à l’une des expressions culturelles les  plus complètes et les plus fédératrices des peuples du septentrion : la fête.  » Cette exposition rappelle à notre attention ce que ces peuples portent en héritage et que menacent les velléités seigneuriales de quelques sombres trafiquants de tout poils  » a-t-il déclaré. Avant d’ajouter qu’il appartient à l’art et la culture de concilier tous les maliens autour du projet de préservation et de sauvegarde de l’intégralité du patrimoine culturel du Mali. «  Loin d’une fête comme l’indique le thème, l’exposition de ce jour est un combat. Résistons par la culture ! «  a-t-il exhorté. Le centre culturel korè avait donné un autre sens à l’exposition. C’est dans une salle flambante neuve et peinte de couleur blanche qu’avaient été exposés  des instruments de musique, des armes de guerre traditionnelle, des parures, et des photographies en noir et blanc de danseurs et de joueurs d’instruments, traduisant toute la joie qui existait dans cette partie du territoire malien avant l’arrivée des bandits armés. Et, comme les photographies ne suffisent pas à traduire le fait que pour les Sonrai, les Touareg, les Bellah et les Maures, la fête est l’expression la plus totale de la joie collective, Amadou Chab Touré, commissaire de l’exposition, a pris toutes les dispositions pour occuper le centre de la salle, devenu le centre de la scène. Dans une scénographie qui met en scène trois cubes qui reçoivent 9 instruments de musiques, le tout placé dans un rectangle au sol, fait à l’aide d’une bâche imprimée d’images d’instruments, Amadou Chab Touré exprime tout son talent, par la suspension d’autres instruments, comme s’il leur ordonnait de danser.

 » Quand le nord fête « , ne peut être qu’une provocation artistique qui témoigne de la capacité de résistance du peuple malien, face un envahisseur qui nie une culture plus que millénaire.  » Cette belle provocation est pleine de signification et d’enseignement. Elle rappelle combien douloureux sont le silence et l’absence de fête dans cette partie du pays « , a-t-il expliqué. Avant de conclure  que   » cette belle provocation veut également dire un grand et fort  »NON » .  Après avoir coupé le ruban symbolique donnant accès à la salle d’exposition, le Conseiller aux affaires économiques et administratives du Gouverneur de Ségou, s’est réjoui de cette initiative qui est une prise de position claire pour la pérennisation d’un pan de la  culture du Mali.           

                                                            Envoyée spéciale à Ségou*

Clarisse NJIKAM

 

Festival International  au Féminin

Fantani Touré annule la 6ème édition à cause de la crise

Fantani Touré

Initialement prévue pour ce vendredi 18 janvier au Palais de la Culture, la 6ème édition du Festival international au féminin a été annulée par la présidente de l’Association Kolomba, l’artiste Fantani Touré. L’information a été donnée à la presse, le lundi, au cours d’une rencontre au siège de la Fédération des Artistes du Mali. Les raisons de ce report, selon l’organisatrice principale s’expliquent par le fait que le Mali vit dans une situation très critique à cause de la crise au Nord-Mali. Face à cette situation, précisera-t-elle, il est nécessaire d’annuler ce rendez-vous annuel pour la promotion de la culture malienne.

« Nous avons décidé d’annuler cette année notre festival avec l’accord de tous les membres de l’Association Kolomba. Nous ne pouvons pas nous permettre d’organiser un tel événement au moment où notre pays vit dans une crise. Nous donnons rendez-vous pour 2014 pour la prochaine édition. Nous présentations  toutes nos excuses à nos partenaires » précise Fantani Touré.

                                                                    A.B. HAIDARA 

SOURCE:  du   16 jan 2013.