Festival au désert Essakane : Une beauté qui ne se trouve nulle part ailleurs

0
0





A Tombouctou, ville mystique du nord  malien où des touristes ont été enlevés et un tué en novembre 2011 par AQMI,  des milliers de personnes dont des Occidentaux  ont défié les consignes  sécuritaires pour être présents une fois de plus au festival au désert Essakane. Oui, le Festival au désert Essakane s’est tenu pour la douzième fois consécutive du 12 au 14 janvier 2012 sur les dunes de la paix, à quelques 3km du monument de la paix à la porte de Tombouctou. 

C’est sous l’hymne de la paix, accompagné du discours de monsieur le Ministre de la culture, Hamane Niang que le "Festival au désert Essakane » a ouvert ses portes. Ce rendez-vous culturel annuel est à sa douzième édition.

Le thermomètre qui affichait 10  degrés Celsius n’a pas découragé les spectateurs nationaux et internationaux qui se dépêchaient pour découvrir le mystère du désert. En chèche, manteau, veste ou chaussettes doublées sous les sandales, ils  étaient environ 3.000 festivaliers, massés autour de la scène: une estrade dressée au milieu  de quatre dunes de sable où défilent pendant trois jours des artistes maliens,  nigériens, mauritaniens, soudanais, indiens, canadiens…On notait surtout la présence de la star internationale du rock, Bono.


En cette édition de 2012,Essakane a enregistré seulement quelques dizaines de touristes occidentaux, ils étaient très rares au festival cette année contrairement aux années précédentes où ils sont les plus nombreux. Les quelques rares étaient suivis de près par les forces de sécurité. C’est surtout les africains, surtout maliens qui étaient nombreux cette année.


Il faut encore rappeler cette déclaration du Ministre de l’artisanat et du tourisme monsieur Mohamed El Moctar lors de l’entretien qu’il nous avait accordé quelques heures avant le début du festival : <<le niveau de sécurité est au top>>.  C’était vraiment plus que le top, car la ville de Tombouctou ainsi que son vaste désert étaient entourés par des forces de sécurité avec tous les moyens pour dissuader tout malfaiteur. A quelques mètres du site du festival, patrouillait la sécurité avec des armes lourdes.
 Un banquier britannique indique anonymement avoir relié Tombouctou de Londres à bord d’un jet privé, peu soucieux des consignes officielles. « J’aime cette ambiance! J’aime le climat! Et les organisateurs (du festival)  m’ont donné des assurances sur la question de sécurité » nous a-t-il déclaré.


Ainsi le festival au désert s’achève avec le discours de clôture de Mme le Premier Ministre avec plusieurs membres du gouvernement.
Mohamed Salaha dit KMS

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.