Festival Culturel Dogon « Ogobagna » ; Exposition de la richesse culturelle du peuplement Dogon

1

Du 29 au 31 janvier 2015, s’est déroulé le festival culturel Dogon dénommé « Ogobagna » à la place du Cinquantenaire. Organisé par la Commission Technique des Cadres, entité du Bureau National de Ginna Dogon, ce festival avait pour but de faire découvrir la richesse culturelle du peuplement Dogon au reste des Maliens et le monde entier.

Riche en couleur, le festival l’a été tout au long des cérémonies qui ont pris fin le dimanche 31 janvier aux environs de zéro heure.  De ce qu’on retiendra, ce sont bien : les expositions, les conférences-débats, la lutte traditionnelle, les danses des masques, les concerts etc.

A l’ouverture, en présence de Mme le Ministre de la Culture, des chefs d’institution et autres, le président de Ginna Dogon a remercié tous ceux qui ont effectué le déplacement afin de rehausser l’éclat de ce festival qu’ils souhaitaient  voir si près loin des falaises comme les journées culturelles Dogon :

«   Ce festival, nous l’avons voulu ici à Bamako pour répondre à la sollicitation de ceux qui ont souhaité voir un tel évènement dans la capitale pour combler un vide entre deux Journées Culturelles Dogon (JCD), distantes de trois années ». a expliqué Monsieur Togo. Il a par la suite évoqué Le Toguna, ce lieu sacré, sous lequel se trouvaient les festivaliers.

 

« Après ce préliminaire, j’aimerais vous entretenir du « TOGOUNA » sous lequel nous nous trouvons mais qui n’a pas les mêmes vertus qu’un Togouna sacralisé.

 

Le Togouna prend sa source au Mandé et il est donc antérieur au « Hogon » qui en a fait une institution de son pouvoir.

  • Le togouna, patrimoine culturel dogon est un habitat qui répond à des normes architecturales dogon. Il sert en premier lieu de lieu de repos des décideurs du village qui échangent sur la vie sociale, économique, environnementale et culturelle du village, du quartier ou de la contrée.
  • Il y a deux (2) types de togouna, il y a celui du quartier et celui de tout le village. La confection du togouna ou son entretien périodique (3 à 7 ans) fait l’objet de plusieurs rites et manifestations ».

Ensuite, Monsieur Togo, pour conclure son discours, parlera des fonctions du TOGUNA

« Les fonctions ou missions du togouna sont nombreuses :

  1.  Le togouna joue le rôle de parlement, d’une Assemblée siège des délègues des quartiers, des villages ou contrées selon le degré de la décision à prendre ;
  2. Le togouna joue le rôle de palais de justice à compétence étendue. Les togounas de quartier servent de relais au togouna mère. Les plaignants et les accusés prennent place aux abords du togouna.
  3. Le togouna est centre de santé, les vieux et les vieilles viennent donner l’état de santé de leurs progénitures aux sages du togouna. On vend la maladie dit-on ;
  4. Le togouna est une école on y enseigne l’éducation civique et les vertus indispensables à la vie en société. Par exemple l’honnêteté, la fidélité, la franchise, l’assiduité, la patience, le courage, la bravoure, l’équité, la dignité, le respect de l’aîné, la protection du bien public, la sobriété, la modestie, l’humilité, la discrétion, la solidarité, le sens de l’honneur, le pacifisme ou culture de la paix, la droiture, l’histoire, l’agriculture, la préparation de certains médicaments etc. etc.…
  5. Le togouna est un centre d’information et de renseignement ;
  6. Le togouna est aussi un lieu de culte ou il est fait constamment appel à AMA, le Dieu Unique pour la manifestation de la vérité ;
  7. Le togouna garde un caractère sacré et mystique. La pluie est implorée au togouna, les femmes stériles accomplissent des rites sur l’aire du togouna pour devenir fécondes, la paix et la sécurité sont demandées à AMA au togouna. On ne ment pas sous le togouna ;
  8. Le togouna est un palais de culture. Les manifestations culturelles sont programmées par les sages ;
  9. Le togouna joue le rôle de chambre de commerce car c’est au togouna qu’on vient proposer la vente d’un animal ou d’un objet avant d’aller le proposer au marché ;
  10. Le togouna est aussi un lieu d’hébergement et de refuge. Quand on est poursuivi par une fauve ou un sorcier, une fois que vous atteignez le togouna, vous êtes sauvé. C’est l’auberge des voyageurs sans logeurs ;
  11. Le togouna joue office de tour de contrôle pour la sécurité du village contre les razzias ;
  12. Le togouna est entre autres un centre d’apprentissage. Les occupants du togouna enseignent aux autres leurs métiers. Les météorologues dogons scrutent le ciel et se prononcent sur la direction du vent et la tombée des pluies etc.

Permettez-moi de vous dire qu’aujourd’hui les mosquées et les églises ont fait que les togounas sont fréquentés par beaucoup de personnes mais peu de celles-ci confient leurs destinées au togouna ».

 

A sa suite, Madame Le Ministre de la Culture. Epoustouflée par la réussite de l’évènement a félicité la commission d’organisation. Elle a apprécié le geste de Ginna Dogon, à travers lequel, elle trouve une expression de  paix. Car la culture est une identité et qui dit identité dit aussi valeur  sacrée à défendre contre toutes forces étrangères.

Elle a offert par la suite du lait en grande quantité et un taureau.

A la clôture, le Président de la Commission d’organisation, Monsieur Amassagou Dougnon, le Secrétaire Général du Ministère de la Culture Monsieur Andogoli Guindo ainsi que Monsieur le Ministre des Sports ont tous remercié, à travers leur discours, ce public qui a effectué massivement le déplacement afin de rendre ce festival un succès.

Ils sont à leur première édition, mais les initiateurs  pensent à une seconde.

A rappeler que les retombées du festival serviront à la construction d’une adduction d’eau au pays dogon.

La Rédaction

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.