Festival Culturel du Cercle de Niono : La Cité du Kala a vibré au rythme des arts et de la Culture

0
2





C’est  du 16 au 18 décembre 2011, que se sont déroulées les activités du Festival Culturel de Niono. Déjà  la veille, toutes les délégations étaient en place et logées dans de très bonnes conditions par la Commission d’Organisation. A l’affiche, une ambiance festive et un enthousiasme sans égal. La ville de Niono  a vibré au rythme du Festival Culturel organisé par l’Association pour le Développement du Cercle de Niono (ADCN).

Un partenaire nommé TOGUNA Agro-Industrie :

La pose de la première pierre de l’Ecole Kilomètre 26 se trouvant derrière la Gare de l’Office,  a consacré le lancement des activités de cette première édition du Festival Culturel de Niono.  Trois salles de classe et trois latrines qui seront entièrement équipées ont été offertes par le Sponsor Officiel de l’Evènement: TOGUNA Agro-industrie dont le PDG Seydou Nantouné a honoré de par sa présence la cérémonie de pose de la première pierre.

Dans l’après midi, s’est ouvert le carnaval à travers la ville à l’occasion d’un lancement populaire. Carnaval qui a pris son départ au Stade Municipal suite  au coup d’envoi du Préfet du Cercle de Niono et du Président de l’Association pour le Développement du Cercle de Niono, Souleymane Coulibaly.

«L’évènement qui nous réunit aujourd’hui est le couronnement des efforts consentis pendant plusieurs années, tant par les ressortissants de Niono installés ailleurs au Mali que par ceux restés sur place». C’est par ces mots que le Prefet de Niono, M. Seydou TRAORE a commencé son allocution à la cérémonie de lancement des activités du Festival. Cela est d’autant plausible que depuis 2006, l’ADCN n’a cessé de nourrir la volonté d’organiser le Festival Culturel de Niono qui, à n’en pas douter, est le fruit des efforts conjugués.

Le Maire de la Commune de Niono a fait remarquer que l’organisation de ce premier festival est l’occasion la plus indiquée pour découvrir la richesse culturelle, économique et sociale du Cercle de Niono: «pendant quelques jours, la ville de Niono sera un véritable carrefour d’échanges et une vitrine d’expression de toutes les diversités culturelles(…) L’évènement permettra de mettre  en valeur l’attraction d’un Cercle chargé d’histoire en vue de promouvoir l’économie locale et valoriser les expressions culturelles du Cercle.»

C’est pourquoi d’ailleurs, en plus  des manifestations culturelles, veillée traditionnelle, conférence et exposition, réjouissance populaire à travers la ville, concert géant, les festivaliers ont visité des sites touristiques du Cercle  à savoir,  le Niono Pont Robert, la Piscine des Blancs à Falembougou, les sites de Niono, Pogo où se trouve la pierre sacrée. Il y a eu également une conférence, notamment la communication sur la santé.

L’amorce d’un décollage économique:

Le Président de l’ADCN, Souleymane Coulibaly a, au nom des populations du Kala, du Kouroumari, du Sana et du Méma, remercié le Président ATT pour toute la sollicitude et le vif intérêt qu’il a toujours manifesté à l’égard des populations de la Cité du Kala et pour son développement : «Niono  des immenses champs de riz et qui a naguère abrité les premières cotonnière, sucrerie, rizerie devra être le phare du développement de toute la quatrième région. Le Festival sera un vecteur essentiel de l’amorce de ce nouveau décollage économique, social et culturel. Ceci est d’autant plus réel que Niono  à lui seul résume toute la population malienne de par son cosmopolitisme.»

 Déjà la veille, le Président de l’ADCN nous confiait que «le Cercle de Niono étant une zone extrêmement cosmopolite, ce Festival qui sera très coloré, sera l’occasion pour nous de présenter au peuple malien et au monde entier, une partie de nos immenses richesses culturelles, touristiques à travers des danses, chants, masques, expositions d’objets  d’arts des ethnies bambara, peulh, tamasheq, bozo, somono, minianka,  mossi , dogon,  soninké, etc. Un moyen de regrouper la population du Cercle de Niono pendant un temps donné. Ce moment de communion est mis à profit pour échanger sur la problématique du développement de notre circonscription et faire prendre conscience à chacun que le développement dont il s’agit  est l’affaire  de chacun de nous, pris individuellement. Mais aussi et surtout collectivement autour des chantiers majeurs  dont l’objectif principal est d’amener les gens à prendre conscience de leurs situations, et de comprendre qu’ils n’ont pas d’autres choix que de s’unir dans l’entente pour relever le défi du développement de notre Cercle et ce, dans tous les domaines».

Un défilé impressionnant:

Après l’intervention des différents responsables, les délégations  des 12 communes du Cercle ont défilé, faisant étalage de leurs immenses richesses culturelles. Les Communes de  Niono, Siribala, Sokolo, Pogo, Diabaly, Dogofry, Kalasiguida, Marico,  Sirifila, Boundy, Toridagako, Yéyédon-Saniona, Nampalari étaient au rendez-vous. Dans la foulé, Bambaras, Bozos, Somonos, Dogons, Peulhs, Tamasheq… ont défilé dans une ambiance festive avec des maques, marionnettes et objets d’arts très prisés par les festivaliers.

Zoom sur le Cercle de Niono.

Le Maire la Commune de Niono, M. Moriba Coulibaly a retracé le riche parcours historique du cercle de Niono. Selon lui, Niono, Cité du Kala a appartenu  à différents royaumes au cours des 19ème et 20ème Siècles : Royaumes bambara de Ségou, du Kaarta et Peulh du Macina. Mais depuis le 5 janvier 1893, le Cercle de Sokolo  fut créé par le colonisateur pour lui permettre de mieux dominer les chefs bambara et Peulh de la Contrée.

L’histoire récente du Cercle de Niono se confond en grande partie avec celle de l’Office du Niger créé en 1932. Suite au morcellement du Cercle de Sokolo, le Cercle de Niono fut une subdivision de Ségou (1942), puis de Macina (1943) avant d’être érigé en Cercle  en 1962.

Précédemment composé de quatre  arrondissements : Niono Central, Sokolo, Pogo , Nampalari, le Cercle de Niono est aujourd’hui une Collectivité territoriale décentralisée avec 12 Communes dont une urbaine et onze rurales.

Situé au nord de la 4ème Région à la porte du Sahel, le Cercle de Niono est limité au nord par la République Islamique de Mauritanie, au Sud par les Cercles de Ségou et Macina, à l’Est par les Cercles de Ténékou (Région de Mopti) et Niafunké (Région de Tombouctou), à l’ouest par les Cercles de Nara et Banamba (Région de Koulikoro). Il s’étant sur une superficie de 23 063 Km2 soit 36% du territoire de la 4ème région, et une population de 383 349 habitants.

Rappelons que ce Festival qui a vu la participation des personnalités venus d’horizons divers,  a été un espace du donner et du recevoir, un moyen d’expression culturel, mais aussi de développement. 

La boucle de cette rencontre festive sera marquée par la finale de la Coupe ADCN et la remise des diplômes.

Boubacar KANTE

Envoyé spécial à Niono


La parole aux festivaliers :

Seydou Nantoumé, PDG Toguna Agro-Industrie, Sponsor Officiel du Festival :

On est prêt à accompagner cette manifestation pour toujours

 

«On est très content. On vient de découvrir que le Mali est multiculturel. On doit valoriser cette richesse culturelle, surtout au Mali profond. On est prêt à accompagner cette manifestation pour toujours s’il plait à Dieu».

 

Tahirou Sy, 1er Vice-Président de la CCIM, invité d’honneur :

Je serai là l’année prochaine au premier rôle

«J’ai été très agréablement surpris pour une première par la diversité que par la richesse de la Culture (…) On a vu  les dogons, les bowa, les mossi, les bambara, les peulhs. Tout était intéressant. Inchallah, je serai là l’année prochaine  au premier rôle»

Honorable Belco BA, député élu à Niono :

Niono est un grand centre économique

«La mobilisation a été de taille. Tout le monde doit  s’approprier ce festival qui va être continuel. Les retombées peuvent être beaucoup économiques que culturelles. Economiques parce que partout où l y a un regroupement de ce genre, les opérateurs économiques sont intéressés. Surtout que Niono est un grand centre économique. Culturel parce que Niono est très riche en culture mais complètement méconnu. Ça donne l’occasion à tous ceux qui sont intéressés par la culture malienne de venir se ressourcer».

B. KANTE

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.