Festival international de Nyamina : Cinéma et paix au centre des préoccupations ce samedi au CCF

1 réaction [-] Texte [+] Email Imprimer

Contrairement aux éditions précédentes, la 9ème  édition des Rencontres cinématographiques de Bamako (RCB) et le Festival international de Nyamina (FINA), aura lieu en une seule journée, le 22 décembre 2012, à l’Institut Français de Bamako. Pour annoncer la manifestation, Souleymane Cissé, Président de l’Union des créateurs et entrepreneurs du cinéma et de l’audiovisuel de l’Afrique de l’Ouest (UCECAO), en compagnie du troisième adjoint au Maire de Nyamina et du réalisateur Salif Traoré, Précédent de l’union des cinéastes du Mali, a animé une conférence de presse, le 17 décembre 2012, au siège de l’UCECAO.

Placée cette année sous le thème « Rôle du cinéma dans la culture de la paix », la 9ème  édition des Rencontres cinématographiques de Bamako (RCB) et le Festival international de Nyamina (FINA), sous l’égide de l’UCECAO, se tiendra cette année dans un contexte particulier. Selon Souleymane Cissé, ce contexte est caractérisé par une crise multiforme : un conflit armé au nord et une crise institutionnelle au sud. « Pour cela, nous avons, en accord avec la Mairie et la population de Nyamina, décidé d’organiser la 9ème édition du Festival international de Nyamina à Bamako et en une seule journée que nous voulons très riche », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que cette journée sera mise à profit pour interroger le cinéma, quant au rôle qu’il a joué, qu’il joue et qu’il continuera de jouer dans la promotion de la culture de la paix.

Mais, au-delà du cinéma, il a estimé que l’édition de cette année sera une belle occasion pour mettre un accent particulier sur la culture comme facteur essentiel de la paix. Souleymane Cissé a ensuite levé le voile sur le programme de la manifestation. Selon lui, en plus d’une conférence débat sur le thème « Le rôle du cinéma dans la culture de la paix » qui aura lieu le 22 décembre 2012, à partir de 10 heures à l’Institut français, les bamakois sont invités à venir voir des films. Dans l’après midi, aux environs de 14 heures, les festivaliers, dans le cadre somptueux de l’Institut français de Bamako, auront le privilège de voir en trente minutes, des courts métrages sur la crise malienne, réalisés par les jeunes talents de l’UCECAO-Mali.

Ensuite aux environs de 15 heures, le film « Korafola » de Mamadou Cissé qui vient d’être honoré de la « Mention spéciale » du jury aux « Journées cinématographiques de Carthage » sera projeté. Aux environs de 16 h, les festivaliers et tous les amoureux du cinéma sont invités pour venir voir le film « Tombouctou », une réalisation de Tewfik Farés d’Algérie. Ce film sera suivi par le film « Les Petits Soldats », réalisé par François Margolin de la France. « Mama Africa-Mariam Makeba », un film réalisé par Mika Kaurismaki, sera projeté aux environs de 18 h 30. Et, à 21 heures, un film surprise viendra boucler la 9ème  édition des Rencontres cinématographiques de Bamako et du Festival international de Nyamina, qui aura été une journée pleine d’images et de sons, le tout pour magnifier la paix.

De son coté, Salif Traoré, Président de l’Union des cinéastes du Mali, a indiqué que cette journée sera une contribution des cinéastes maliens à l’enracinement de la paix au Mali. Gaoussou Dembélé, 3ème  adjoint au Maire de Nyamina, est intervenu pour mettre un accent particulier sur le rôle majeur que la manifestation a joué dans la promotion de la Commune rurale de Nyamina. Mais, face à la crise, il a estimé qu’il était judicieux d’organiser la manifestation cette année à Bamako. Il a  formulé le vœu ardent que la paix revienne rapidement au Mali pour que Nyamina retrouve son festival sur son sol.

Assane Koné

 

SOURCE:  du   18 déc 2012.