Festival récréation : L’utile et l’agréable

0
3

La rencontre s’est attachée à créer une plate-forme culturelle pour les enfants et à éveiller leur curiosité artistique.

Le Musée national a abrité du 24 au 26 décembre la première édition du Festival récréation dédié aux enfants. L’événement était initié par Awa Traoré, la présidente de la maison de production « De Ka film ». Elle a permis aux enfants de toutes les couches socioéconomiques du pays de se côtoyer. Ils étaient ainsi plus d’une centaine d’enfants venus des écoles privés, publiques, coraniques, des enfants albinos, ceux de la rue à prendre part à cette première édition pour y apprendre surtout qu’on peut se distraire tout en travaillant. Le programme a été structuré autour de la photographie (exposition et atelier photo), des projections de films documentaires et de dessins animés, d’un atelier de dessins et de coloriages, d’un autre de lecture et de contes, d’animation sur les droits des enfants, de visite du Musée et du Parc national, d’un mini-marché pour enfants et d’une conférence sur le thème : « La découverte artistique et le développement intellectuel de l’enfant ». Les enfants, grâce à ces différents ateliers, ont joué et éveillé leur sens artistique.

Le festival a été pour eux un espace d’expression et d’appréciation de leur potentiel artistique. Ces talentueux artistes en herbe ont été chaleureusement applaudis par le public. Le rôle du conte, de la chanson, de la danse, du dessin dans la vie et dans l’éducation des enfants a été largement disséqué au cours du festival. Les uns et les autres ont appris que les comptines calment, bercent, amusent et rassurent. En effet, en associant le chant et le mouvement, elles procurent du plaisir et permettent aux enfants d’exprimer des émotions, des sensations ainsi que des sentiments. Les séances de conte ont permis en plus aux festivaliers de s’imprégner de leur culture. Le dessin permet aux enfants de s’exprimer et surtout de prendre position sur un sujet les concernant. La rencontre, selon la promotrice de l’événement, a comblé toutes les attentes. Car l’objectif principal était de créer une plate-forme culturelle pour les enfants mais en même temps les pousser à prendre des initiatives artistiques en suscitant leur éveil intellectuel. La session se proposait aussi d’être un espace d’ouverture à soi et au monde, un lieu d’interaction et de réduction des inégalités sociales.

Pour Awa Traoré, l’idée de ce festival lui est venue lors d’une projection de film organisée à Agadir au Maroc pour des enfants. L’idée n’était pas de faire un festival mais juste de montrer ces œuvres aux enfants maliens. Très vite, les organisateurs se sont rendus compte qu’il existe beaucoup d’activités culturelles pour les enfants, mais très peu liées à la curiosité artistique comme la peinture, le cinéma, la sculpture, la photographie, les contes pour ne citer que ceux-ci. Les initiateurs souhaitent installer un système d’appropriation et de décryptage artistique pour les enfants. Ce festival vient s’ajouter à d’autres activités para et extra scolaires pour une éducation culturelle à la base, s’est félicitée Awa Traoré. Au delà de l’aspect récréatif, il s’agit de donner aux enfants le goût de l’art et les amener petit à petit à une culture artistique. La rencontre a permis aux festivaliers d’apprendre leur histoire à travers leurs propres œuvres, mais aussi à travers la connaissance de l’autre. Lors de la cérémonie de clôture, la promotrice du Festival récréation a remercié ses partenaires et sollicité l’accompagnement de tous les acteurs évoluant dans le domaine de la promotion, la protection et l’épanouissement des enfants au Mali pour la pérennisation de l’évènement. Il peut, en effet, contribuer aux efforts déployés par notre pays pour atteindre les Objectifs pour le millénaire en matière de droits des enfants dans notre pays.

Mariam A. Traoré

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.